Nou­veau pa­trouilleur bleu

Le Magazine de l'Île-des-Soeurs - - LA UNE - DEL­PHINE BER­GE­RON del­phine.ber­ge­ron@tc.tc

EN­VI­RON­NE­MENT. Un nou­veau pa­trouilleur «bleu» anime des ac­ti­vi­tés de sen­si­bi­li­sa­tion pour le grand public et donne des ateliers sur l’eau dans les écoles. Pierre-Luc Ba­ril, un étu­diant de 23 ans, se consa­cre­ra à l’économie d’eau jus­qu’à la fin du mois de mai.

La Mai­son de l’en­vi­ron­ne­ment de Ver­dun est la ré­fé­rence de l’ar­ron­dis­se­ment pour la pratique écologique en mi­lieu ur­bain. De­puis 2010, la Pa­trouille bleue tente de pré­ser­ver notre ri­chesse qu’est l’eau.

«Parce qu’on paie une faible taxe mu­ni­ci­pale, les gens ont l’impression que l’eau est gra­tuite. Mais ce n’est pas parce qu’elle est abon­dante qu’on doit la gas­piller», sou­ligne M. Ba­ril, dont le porte à porte sur le ter­ri­toire oc­cupe la plus grande par­tie de son temps.

Ses prin­ci­paux man­dats consistent à in­for­mer les ré­si­dents sur l’orien­ta­tion des gout­tières, l’ar­ro­sage ex­té­rieur, l’économie de l’eau à l’in­té­rieur de la mai­son et le bon usage de la res­source au quo­ti­dien.

En der­nière an­née de bac­ca­lau­réat en his­toire et en science po­li­tique, Pierre-Luc Ba­ril s’in­té­resse aux chan­ge­ments cli­ma­tiques dans les villes. Sen­sible aux ques­tions en­vi­ron­ne­men­tales, il sou­haite, avec sa nou­velle fonc­tion, in­for­mer la po­pu­la­tion sur les saines ha­bi­tudes de consom­ma­tion de l’eau po­table.

La re­la­tion avec l’eau, c’est fon­da­men­tal. On en a be­soin pour vivre, c’est une res­source qu’il faut pro­té­ger.»

— Pierre-Luc Ba­ril, Pa­trouille bleue

PAS UNE POU­BELLE

«Les gens vont avoir ten­dance à je­ter dans la toi­lette des pro­duits li­quides qu’on ne veut pas mettre dans la pou­belle comme des graisses, de la nour­ri­ture, des mé­di­ca­ments et des mor­ceaux de plas­tiques, ex­plique M. Ba­ril. Il faut prendre en consi­dé­ra­tion qu’à chaque fois qu’on jette quelque chose dans l’égout, ça amène des coûts parce qu’il faut en­suite trai­ter cette eau pour pou­voir la ren­voyer dans le fleuve.»

Le Mau­ri­cien aide à faire ap­pli­quer les rè­gle­ments municipaux sur le bon usage de l’eau po­table, comme ceux sur l’ar­ro­sage ex­té­rieur. Se­lon la rè­gle­men­ta­tion de la Ville, il est per­mis d’ar­ro­ser par as­per­seur amo­vible ou par boyau po­reux seule­ment entre 20h et 23h. Les sys­tèmes d’ar­ro­sage au­to­ma­tique sont res­treints entre 3h et 6h.

Dans les deux cas, l’ar­ro­sage est per­mis sur les pro­prié­tés aux adresses paires les jours pairs, et sur celles aux adresses im­pairs, les jours de la se­maine im­pairs.

La récupération de l’eau de pluie pour l’ar­ro­sage est en­cou­ra­gée.

À la fin de son man­dat de Pa­trouille bleue, Pierre-Luc Ba­ril va in­té­grer, pour le reste de l’été, la Pa­trouille verte, qui se consacre à la fo­rêt ur­baine et à la ges­tion des ma­tières ré­si­duelles.

(Photo: Mé­tro Mé­dia – Del­phine Ber­ge­ron)

La Pa­trouille bleue ins­pecte l’orien­ta­tion des gout­tières, qui doivent se dé­ver­ser dans la terre et non pas sur une sur­face im­per­méable comme l’as­phalte. Ce­la évite le dé­bor­de­ment des égouts lors de grosses pluies.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.