Ou­vert mais dé­ser­té

Le Magazine de l'Île-des-Soeurs - - ACTUALITÉS - DEL­PHINE BERGERON dber­ge­ron@me­tro­me­dia.ca

Le golf de L’Île-des-Soeurs est ou­vert, mais au­cun joueur n’est vi­sible sur le ter­rain. Les nou­veaux ta­rifs d’abon­ne­ment pour­raient en être la cause puis­qu’il en coûte main­te­nant 10 000$ à ceux qui veulent faire le par­cours de neuf trous ou sim­ple­ment frap­per quelques balles.

Le golf de L’Île-des-Soeurs a en­re­gis­tré deux an­nées d’in­ac­ti­vi­té due à plu­sieurs fac­teurs, dont l’ob­ten­tion d’un per­mis de bar et la construc­tion d’un bâ­ti­ment. Et après avoir at­ten­du son ou­ver­ture tout l’été, les ré­si­dents sont en fu­rie puisque le ter­rain semble tou­jours in­ac­ces­sible pour la plu­part d’entre eux.

L’es­pace se­rait main­te­nant dé­dié prin­ci­pa­le­ment aux en­tre­prises, comme on peut le lire sur son nou­veau site in­ter­net dont le nom était Golf IDS Mon­tréal et qui a été re­bap­ti­sé Golf Exé­cu­tif Mon­tréal. Un abon­ne­ment an­nuel d’en­vi­ron 10 000$ est né­ces­saire pour pou­voir pro­fi­ter des ins­tal­la­tions.

En com­pa­rai­son, le Club de Golf de Bea­cons­field qui dis­pose d’un par­cours de 18 trous de­mande des frais d’ins­crip­tion de près de 7 500$ et une co­ti­sa­tion an­nuelle de 6 450$ pour les membres ré­gu­liers âgés de 38 à 65 ans. Quant aux 19-24 ans, ils peuvent bé­né­fi­cier d’un ta­rif jeu­nesse de 3 620$, payable en plu­sieurs ver­se­ments.

MAN­QUE­MENTS

Le contrat entre la ville de Mon­tréal et l’Is­land Golf Group est une en­tente de ser­vice d’une du­rée de 40 ans. Si­gné en 2006, il y est écrit que le golf s’en­gage à «oc­troyer une prio­ri­té aux ci­toyens de l’ar­ron­dis­se­ment de Ver­dun».

«On a des clauses au contrat ini­tial, qu’on est en train de va­li­der avec le conten­tieux. Il y a eu des mo­di­fi­ca­tions de la mis­sion du golf et la Ville n’a ja­mais été avi­sée», an­nonce le maire de Ver­dun, Jean-Fran­çois Pa­ren­teau.

D’autres in­frac­tions ont été re­pé­rées par la Di­rec­tion de l’amé­na­ge­ment ur­bain et des ser­vices aux en­tre­prises, comme les nui­sances liées à l’éclai­rage du ter­rain de pra­tique. Elle a donc émis des avis de non-confor­mi­tés à ré­gler avant le mois de sep­tembre.

En plus des pro­blèmes avec l’ar­ron­dis­se­ment, la com­pa­gnie est aus­si pour­sui­vie au cri­mi­nel à la suite d’une en­quête du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment qui re­monte à 2016. Elle n’a tou­jours pas amé­na­gé un ma­rais fil­trant, ni un bas­sin de ré­ten­tion ou en­core une prise d’eau à l’in­té­rieur d’une conduite plu­viale exis­tante du fleuve Saint-Laurent. Les pro­cé­dures au­ront lieu fin no­vembre.

L’en­tre­pre­neur Pierre Thé­riault, de l’en­tre­prise Ter­ras­se­ment Golf Thé­riault, pour­suit au ci­vil pour non-paie­ment de tra­vaux réa­li­sés en 2017. La fac­ture de 170 200$ com­prend l’amé­na­ge­ment d’une par­tie du par­cours et de l’aca­dé­mie de golf. L’af­faire se trou­ve­ra de­vant les tri­bu­naux en sep­tembre.

Le pro­prié­taire de Golf Exé­cu­tif Mon­tréal, Pierre Emond, n’a pas re­tour­né l’ap­pel de IDS/ Ver­dun Heb­do.

Le golf a l’obli­ga­tion de se bran­cher à une sta­tion de pom­page que l’ar­ron­dis­se­ment a mise en place pour ali­men­ter le lac des Bat­tures en eau brute, mais il ar­rose tou­jours avec de l’eau po­table, ce que je trouve com­plè­te­ment scan­da­leux» — Jean-Fran­çois Pa­ren­teau, maire de l’ar­ron­dis­se­ment de Ver­dun

(Pho­to: IDS/Ver­dun Heb­do – Isa­belle Bergeron)

L’en­tre­pre­neur Pierre Thé­riault pour­suit de­vant les tri­bu­naux Golf Exé­cu­tif Mon­tréal pour ne pas l’avoir payé pour les tra­vaux d’amé­na­ge­ment réa­li­sé à L’Île-des-Soeurs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.