Mé­lange des cultures mu­si­cales

Le Messager La Salle - - CULTURE - ÉRICK RÉ­MY

La for­ma­tion tient son nom de la ville lé­gen­daire fon­dée en l’an 330 par l’em­pe­reur ro­man Cons­tan­tin 1er, ins­pi­ré de Rome, un car­re­four de connais­sances et d’échanges de plu­sieurs ci­vi­li­sa­tions.

«À l’image de la ville, Cons­tan­ti­nople, le groupe, est un lieu de ren­contre entre dif­fé­rentes pé­riodes, époques et tra­di­tions mu­si­cales. Nous sommes des pas­seurs de mé­moires. Nous avons le sou­ci de sa­voir d’où l’on vient pour mieux sa­voir où l’on va», ex­plique le fon­da­teur et di­rec­teur ar­tis­tique, Kiya Ta­bas­sian.

COU­LEURS MU­SI­CALES

S’ins­pi­rant d’une longue tra­di­tion mu­si­cale, les pièces du groupe sont très ac­tuelles. Quant à ses so­no­ri­tés, elles viennent de par­tout. Kiya Ta­bas­sian joue le Sé­tar (luth pré­is­la­mique), Pierre-yves Tremblay de la Viole de gambe (sorte de vio­lon d’ori­gine es­pa­gnole) et Pa­trick Gra­ham per­cus­sion­niste.

Dans Jar­din mi­gra­teur s’est ajou­té Ablaye Cis­so­ko en tant qu’ar­tiste in­vi­té. Ce mu­si­cien d’ori­gine sé­né­ga­laise est un vir­tuose de ré­pu­ta­tion in­ter­na­tio­nale de Ko­ra. Cet ins­tru­ment à cordes à la fois harpe et luth, dont la caisse de ré­son­nance est cou­verte d’une peau d’ani­mal, est d’ori­gine man­dingue, un peuple de l’afrique de l’ouest.

«Notre mu­sique a des ra­cines qui viennent de dif­fé­rents arbres et es­pèces mu­si­caux. Elles sont per­sanes, jazz, orien­tales et afri­caines. Elles forment ce jar­din», pré­cise M. Ta­bas­sian.

Le lea­der du groupe hé­site tout de même à uti­li­ser le mot mé­tis­sage pour dé­fi­nir leur mu­sique.

«Il est tou­jours dif­fi­cile de mettre des mots sur ce que nous fai­sons, car ce­la ba­na­lise un peu. Notre mu­sique est un uni­vers so­nore qui va au-de­là d’une telle dé­fi­ni­tion», ajoute-t-il.

MU­SIQUE. Kiya Ta­bas­sian ne se dou­tait sû­re­ment pas qu’en ar­ri­vant au Ca­na­da avec sa fa­mille, en pro­ve­nance de l’iran, il al­lait de­ve­nir un jour un am­bas­sa­deur de la di­ver­si­té cultu­relle qué­bé­coise. De­puis 20 ans, avec son groupe Cons­tan­ti­nople, il ar­pente le monde avec sa mu­sique per­sane dans son spec­tacle pré­sen­té au Centre cultu­rel et com­mu­nau­taire Henri-le­mieux.

COM­MU­NI­CA­TION

La mu­sique est un vec­teur de ren­contres qui per­mettent de mieux connaître ce­lui ou celle qui en joue se­lon lui.

«Elle nous en ap­prend beau­coup sur la culture, mais sur­tout elle fa­vo­rise la com­mu­ni­ca­tion avec au­trui. Avec Cons­tan­ti­nople, on ne fait pas que des jam-ses­sions, on va plus loin. Il y a un dia­logue qui s’ins­talle entre nous», men­tionne M. Ta­bas­sian, ajou­tant que les Qué­bé­cois sont un des pu­blics les plus ré­cep­tifs aux autres cultures.

De­puis 1998, Cons­tan­ti­nople a créé plu­sieurs di­zaines de ren­contres mé­mo­rables dans plus de 125 villes et 30 pays. Après la pres­ta­tion à Lasalle, ils par­ti­ront pour Florence, en Ita­lie. Jeu­di 17 mai, 20h. Centre cultu­rel et com­mu­nau­taire Henri-le­mieux (7644, rue Édouard).

(Pho­to: Gra­cieu­se­té – Mi­chael Slo­bo­dian)

Cons­tan­ti­nople pro­pose un voyage mu­si­cal, géo­gra­phique, his­to­rique et cultu­rel avec leur spec­tacle

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.