Ca­mille St-laurent, can­di­date pro­vin­ciale

Le Messager La Salle - - ACTUALITÉS - PAS­CA­LINE DA­VID

PO­LI­TIQUE. À l’âge de 23 ans, Ca­mille St-laurent se­ra la pre­mière can­di­date non­voyante de l’his­toire des élec­tions provinciales. Ori­gi­naire de Gran­by, elle re­pré­sen­te­ra Qué­bec so­li­daire dans la cir­cons­crip­tion Mar­gue­rite-bour­geoys.

Après des dé­col­le­ments de ré­tine et plu­sieurs opé­ra­tions lourdes, Ca­mille St-laurent a per­du la vue il y a quatre ans. Son han­di­cap, elle le conçoit da­van­tage comme une force.

«Étant non-voyante et ma­riée à un im­mi­grant sikh, j’in­carne mes che­vaux de ba­taille», ex­plique celle qui sou­haite se battre pour l’in­clu­sion et l’ac­ces­si­bi­li­té uni­ver­selle.

Elle-même sikh, elle a par­rai­né son conjoint qui vient du Pun­jab, en Inde. «Je connais très bien les pro­ces­sus d’im­mi­gra­tion et les réa­li­tés qui viennent avec ce­la», in­dique-t-elle.

La ré­si­dente de Ro­se­mont-la Pe­tite-pa­trie ai­me­rait aus­si dé­cons­truire les idées re­çues en mon­trant qu’un han­di­cap n’est pas un obs­tacle pour ac­cé­der à des postes im­por­tants et de­ve­nir un mo­dèle de réus­site.

«Si on in­clut da­van­tage ces per­sonnes, elles ne se­ront plus dé­pen­dantes des aides du gou­ver­ne­ment et contri­bue­ront plus lar­ge­ment à la so­cié­té», in­dique la jeune femme.

QUÉ­BEC SO­LI­DAIRE

«Je vote pour Qué­bec so­li­daire de­puis que j’ai 18 ans, lance-t-elle. Je veux ame­ner les idées de ce par­ti dans Mar­gue­rite-bour­geoys, car il s’agit d’un vrai pro­jet de so­cié­té qui va ai­der les Qué­bé­cois.»

Cette trans­for­ma­tion so­ciale pas­se­rait par l’édu­ca­tion po­pu­laire et la trans­mis­sion des va­leurs de so­li­da­ri­té, de re­dis­tri­bu­tion des ri­chesses, de di­ver­si­té et d’in­clu­sion.

L’en­sei­gne­ment du fran­çais est aus­si très im­por­tant pour Mme St-laurent, qui a été men­tore à la Chambre de com­merce du Mon­tréal mé­tro­po­li­tain. Elle s’est ain­si ren­due, chaque se­maine pen­dant deux heures, chez un com­mer­çant pour lui ap­prendre la langue. Se­lon elle, c’est un pi­lier, puisque sa maî­trise aide à s’in­té­grer plus fa­ci­le­ment, à trou­ver un em­ploi et à bri­ser l’iso­le­ment.

LASALLE

Qu’elle soit élue ou non, Ca­mille St-laurent a pour pro­jet de créer une as­so­cia­tion lo­cale de son par­ti dans la cir­cons­crip­tion. Elle ai­me­rait aus­si, à terme, ve­nir vivre à Lasalle. «J’y suis dé­jà ve­nue avant de perdre la vue, c’est vrai­ment un bon com­pro­mis entre ville et ban­lieue», es­time-t-elle.

Avec son conjoint, elle se rend ré­gu­liè­re­ment au temple sikh Gurd­wa­ra de Lasalle. «Il existe là-bas un es­prit de par­tage et de so­li­da­ri­té», dit-elle.

L’ar­ron­dis­se­ment pré­sente tou­te­fois des dé­fis pour les per­sonnes vi­vant avec un han­di­cap. «Des choses sont faites comme les poin­tillés en re­lief sur les coins des rues, mais on pour­rait faire en­core da­van­tage», cer­ti­fie Mme St-laurent.

Elle sou­haite d’ailleurs or­ga­ni­ser des consul­ta­tions pu­bliques avec les ci­toyens pour sa­voir ce qu’ils sou­haitent pour leur cir­cons­crip­tion. La can­di­date a fait des études en édu­ca­tion spé­cia­li­sée, en vic­ti­mo­lo­gie, ain­si qu’en lit­té­ra­ture de langue fran­çaise. Elle s’im­plique beau­coup au­près de l’as­so­cia­tion qué­bé­coise des pa­rents d’en­fants han­di­ca­pés vi­suels (AQPEHV), où elle anime des confé­rences et des ate­liers pour les adultes. Elle a éga­le­ment écrit plu­sieurs ar­ticles pour la re­vue de l’as­so­cia­tion, L’éclai­reur. «J’aime beau­coup le concret, être avec les gens, et ce­la man­quait dans mes études, dé­voile-t-elle. J’ai donc dé­ci­dé de me lan­cer en po­li­tique.» En 2013, elle par­ti­cipe au Par­le­ment jeu­nesse du Qué­bec et à plu­sieurs si­mu­la­tions par­le­men­taires, avant de s’im­pli­quer dans la cir­cons­crip­tion de Gouin, où elle a été élue porte-pa­role de l’as­so­cia­tion lo­cale de Qué­bec So­li­daire. Elle a en­suite été en­cou­ra­gée par son en­tou­rage à se pré­sen­ter. La jeune femme a choi­si Mar­gue­ri­teBour­geoys, no­tam­ment pour sa di­ver­si­té cultu­relle.

(Pho­to: Mé­tro Mé­dia – Pas­ca­line Da­vid)

Ca­mille St-laurent a per­du la vue il y a quatre ans, et sou­haite au­jourd’hui faire une dif­fé­rence dans la vie des gens en se pré­sen­tant aux élec­tions provinciales avec Qué­bec so­li­daire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.