L'as­té­roïde du Pe­tit Prince

Le Messager La Salle - - CULTURE - ÉRICK RÉ­MY

« Au fil du temps, plus par­ti­cu­liè­re­ment au théâtre, on s’était éloi­gné de la dra­ma­tur­gie du texte ori­gi­nal pour en faire des adap­ta­tions un peu bon­bon. On gar­dait les grandes phrases sans al­ler vrai­ment dans la pro­fon­deur de l’oeuvre », men­tionne l’au­teur, Éric Noël, qui a donc te­nu à re­ve­nir à l’es­sence du ro­man pu­blié en 1943 et écou­lé à plus de 150 mil­lions d’exem­plaires ain­si que tra­duit en 288 langues.

L’oeuvre, par­tout où elle est pré­sen­tée, crée des at­tentes par les sou­ve­nirs qu’elle sus­cite.

« J’ai vu ce­la comme un beau dé­fi. Ça a été un pro­ces­sus d’hu­mi­li­té, car au dé­part, j’avais l’in­ten­tion de chan­ger plus de choses, mais au fur et à me­sure je me suis ren­du compte que ce clas­sique n’en était pas un pour rien », ex­plique-t-il, pré­ci­sant qu’il a lu tous les écrits et la bio­gra­phie de Saint-exu­pé­ry afin de s’as­su­rer de bien cer­ner le pro­pos.

PER­TI­NENCE

Ce qui a plus par­ti­cu­liè­re­ment in­ter­pel­lé M. Noël, c’est le thème sous-ja­cent au Pe­tit Prince qui, en­core au­jourd’hui, a une ré­son­nance ac­tuelle.

« Comment fait-on, tout comme le Pe­tit Prince le fait de pla­nète en pla­nète, pour ac­cueillir et com­prendre l’autre à tra­vers les fron­tières ain­si que ses dif­fé­rences », ex­plique-t-il, trou­vant per­ti­nent que l’on adresse la ques­tion aux en­fants qui sont aus­si concer­nés par la crise des mi­grants.

Sans avoir ajou­té de ré­fé­rences ac­tuelles, As­té­roïde B612 a réus­si, sans ar­ti­fice, à être de son temps.

« Le rôle du Pe­tit Prince est joué par une fille. Le roi est de­ve­nu une reine. Et il n’y a pas de genre dans ma pièce », ajoute l’au­teur.

Outre ces quelques dif­fé­rences, on re­trouve les prin­ci­paux per­son­nages du conte, comme le va­ni­teux, le bu­si­ness­man, l’al­lu­meur de ré­ver­bères et le ser­pent.

Quant au Pe­tit Prince, il a gar­dé son cô­té rê­veur et pen­seur. « C’est un phi­lo­sophe et poète. Ce­pen­dant, dans cette ver­sion, il peut se fâ­cher et être en co­lère. J’ai vou­lu le dy­na­mi­ser. Il est aus­si plus in­tré­pide afin que les en­fants se voient en lui », men­tionne M. Noël.

THÉÂTRE. La Rou­lotte s’ar­rê­te­ra parc J. Du­charme, à La­salle pour pré­sen­ter la pièce

Pour sa 66e sai­son, le théâtre am­bu­lant of­fri­ra cette ver­sion in­édite du ro­man d’an­toine de Saint-exu­pé­ry, 75 ans après sa parution.

NOU­VEAUX TA­LENTS

Tous, sauf le met­teur en scène Jean-si­mon Tra­ver­sy et l’au­teur Éric Noël, sont des fi­nis­sants et gra­dués de l’école na­tio­nale de théâtre du Ca­na­da, ain­si que du Conser­va­toire d’art dra­ma­tique de Mon­tréal. En plus de par­ti­ci­per aux dé­cors, à la bande so­nore, aux cos­tumes et à tous les rouages de la pro­duc­tion, y com­pris la di­rec­tion tech­nique, ils jouent sur scène.

« Ils amènent une éner­gie folle. C’est leur pre­mier contrat pro­fes­sion­nel. Après les re­pré­sen­ta­tions, les en­fants peuvent les ren­con­trer pour voir l’en­vers du dé­cor, les cos­tumes et les ma­rion­nettes. Les co­mé­diens et les ar­ti­sans sont vrai­ment tous gé­né­reux », pré­cise l’au­teur.

La pièce des­ti­née aux 6 à 12 ans, d’une du­rée de 45 mi­nutes, est jouée à l’ex­té­rieur sur une scène am­bu­lante si les condi­tions mé­téo­ro­lo­giques sont fa­vo­rables. « As­té­roïdes B612 » du Théâtre La Rou­lotte. Jeu­di 9 août, 19h, parc J. Du­charme (La­salle).

(Pho­to: Gra­cieu­se­té – Shan­ti Loi­selle)

Éric Noël a tra­vaillé un an pour son adap­ta­tion du Pe­tit Prince qu’il a bap­ti­sé

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.