Faire de la qua­li­té de vie des per­sonnes vul­né­rables une prio­ri­té na­tio­nale

Le Nouvelliste - - OPINIONS -

Les au­teurs, Mi­chel Clair et Jo­hanne Pratte, sont res­pec­ti­ve­ment pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et di­rec­trice gé­né­rale de l’As­so­cia­tion des res­sources in­ter­mé­diaires d’hé­ber­ge­ment du Qué­bec (ARIHQ).

L’As­so­cia­tion des res­sources in­ter­mé­diaires d’hé­ber­ge­ment du Qué­bec ( ARIHQ) sa­lue l a de­mande d’ac­tion col­lec­tive pour mal­trai­tance in­ten­tée par le Conseil pour la pro­tec­tion des ma­lades.

Sa dé­marche nous in­vite à une im­por­tante ré­flexion sur la fa­çon dont nous trai­tons les plus vul­né­rables de nos ci­toyens. À l’aube de la cam­pagne élec­to­rale, le mo­ment ne sau­rait être mieux choi­si pour qu’en­fin, l’en­jeu de la qua­li­té de vie des per­sonnes vul­né­rables ob­tienne l’at­ten­tion mé­dia­tique et po­li­tique qu’il mé­rite.

UN COM­BAT CONSTANT POUR LA QUA­LI­TÉ

L’ARIHQ re­groupe 900 res­sources in­ter­mé­diaires d’hé­ber­ge­ment ( RI) à tra­vers le Qué­bec. À mi­che­min entre les soins à do­mi­cile et les CHSLD, elles offrent des mi­lieux de vie adap­tés à plus de 14 000 per­sonnes vul­né­rables, par­mi les­quelles se re­trouvent des aî­nés en perte d’au­to­no­mie, des per­sonnes vi­vant avec une dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle ou phy­sique ou en­core une pro­blé­ma­tique de san­té men­tale.

Les condi­tions de vie dans les res­sources in­ter­mé­diaires sont, fort heu­reu­se­ment, loin de celles dé­non­cées par le Conseil pour la pro­tec­tion des ma­lades. En fait, l’ob­jec­tif de l’ARIHQ est jus­te­ment d’as­su­rer di­gni­té et qua­li­té de vie aux per­sonnes vul­né­rables dans leurs com­mu­nau­tés. Les ges­tion­naires so­ciaux que sont les pro­prié­taires de RI as­pirent à of­frir un en­vi­ron­ne­ment où les ré­si­dents co­ha­bitent se­rei­ne­ment et où l’hu­main re­çoit toute l’at­ten­tion qu’il mé­rite.

As­su­rer l a qua­li­té des s er­vices dans nos ins­tal­la­tions n’en de­meure pas moins un com­bat de tous les ins­tants. De nom­breuses RI font face à des dif­fi­cul­tés ré­cur­rentes de­puis plu­sieurs an­nées. L’ARIHQ se bat pour ob­te­nir un fi­nan­ce­ment adé­quat per­met­tant d’of­frir des ser­vices de qua­li­té, dis­pen­sés dans la di­gni­té et le res­pect des per­sonnes vul­né­rables qui lui sont confiées.

La réa­li­té est que plu­sieurs de nos membres doivent re­dou­bler d’ima­gi­na­tion pour of­frir des ser­vices qui tiennent réel­le­ment compte des be­soins tou­jours plus im­por­tants de leur clien­tèle, pour of­frir des condi­tions de tra­vail dé­centes à leurs pré­po­sées aux bé­né­fi­ciaires, voire tout sim­ple­ment joindre les deux bouts et évi­ter la fer­me­ture.

UNE PRISE DE CONSCIENCE COL­LEC­TIVE

Les per­sonnes vul­né­rables n’ont mal­heu­reu­se­ment pas la même ca­pa­ci­té à faire en­tendre leur voix que d’autres groupes de la so­cié­té. Vous les ver­rez ra­re­ment ma­ni­fes­ter dans les rues ou exer­cer des moyens de pres­sion qui per­tur­be­ront l’éco­no­mie ou le quo­ti­dien des gens. Trop sou­vent, c’est dans l’in­dif­fé­rence col­lec­tive qu’ils ont vu leurs condi­tions de vie se dé­té­rio­rer.

L’ ARIHQens ait quelque chose. Après des an­nées à plai­der en vain pour de meilleures condi­tions pour nos tra­vailleurs et nos usa­gers, il au­ra fal­lu une vaste mobilisation de toutes les RI du Qué­bec et une ma­ni­fes­ta­tion de­vant l’ As­sem­blée na­tio­nale l’au­tomne der­nier, pour qu’en­fin les mé­dias s’in­té­ressent à notre cause et que le gou­ver­ne­ment ré­ponde à cer­taines de nos de­mandes.

Nous le­vons donc notre cha­peau à Da­niel Pi­lote et à tous les usa­gers des CHSLD qui ont choi­si d’af­fir­mer, haut et fort, que leur si­tua­tion n’est plus to­lé­rable.

Nous es­pé­rons que leur cou­rage mar­que­ra un chan­ge­ment de cap et qu’il in­ci­te­ra nos dé­ci­deurs à faire de la qua­li­té de vie des per­sonnes vul­né­rables une vé­ri­table prio­ri­té na­tio­nale. C’est ce à quoi l’ARIHQ et ses 900 ges­tion­naires de coeur s’at­tèlent de­puis plus de 25 ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.