Stor­my Da­niels ar­rê­tée, les ac­cu­sa­tions aban­don­nées

Le Nouvelliste - - NECROLOGIE -

WA­SHING­TON (AFP) — Quelques heures d’in­ter­pel­la­tion et des ac­cu­sa­tions de «coup mon­té» : l’ac­trice de films X Stor­my Da­niels, en­ga­gée dans une ba­taille ju­di­ciaire contre Do­nald Trump avec le­quel elle au­rait eu une liai­son, est re­ve­nue sur le de­vant de la scène après avoir été ar­rê­tée dans un club d’ef­feuillage de l’Ohio.

Ste­pha­nie Clif­ford, de son vrai nom, a été ac­cu­sée « d’at­tou­che­ments» sur des clients dans ce club où elle se pro­dui­sait dans la nuit de mer­cre­di à jeu­di, se­lon la po­lice.

« C’est un coup mon­té pour des rai­sons po­li­tiques. Ce­la montre [que la par­tie ad­verse] est déses­pé­rée. Nous com­bat­trons ces ac­cu­sa­tions bi­don», a ra­pi­de­ment ac­cu­sé son avo­cat, le très mé­dia­tique Mi­chael Ave­nat­ti, qui l a re­pré­sente dans sa ba­taille ju­di­ciaire face à Do­nald Trump.

L’a v ocat a i mmé­dia­te­ment pro­mis de se battre contre les trois chefs d’in­cul­pa­tion pour dé­lit mi­neur re­te­nus contre sa cliente.

Avec suc­cès, puis­qu’il a an­non­cé quelques heures plus tard sur Twit­ter que les pour­suites avaient été «aban­don­nées dans leur to­ta­li­té».

Tout avait com­men­cé mer­cre­di soir comme une soi­rée nor­male pour Stor­my Da­niels, qui se pro­duit ré­gu­liè­re­ment à tra­vers les États-Unis dans des clubs d’ef­feuillage. Son spec­tacle avait dé­mar­ré à 23 h 30 au Si­rens Gent­le­men’s Club de la ville de Co­lum­bus, dans l’Ohio.

Mais « pen­dant sa per­for­mance, après avoir ôté son haut et ex­po­sé ses seins, elle a com­men­cé à ame­ner de force les têtes des clients contre sa poi­trine en uti­li­sant ses seins nus pour les gi­fler », se­lon un pro­cès-ver­bal de la po­lice dif­fu­sé par les mé­dias lo­caux.

Or une loi de cet État in­ter­dit aux em­ployés qui ap­pa­raissent ré­gu­liè­re­ment « nus ou à moi­tié nus dans les lo­caux d’une en­tre­prise à vo­ca­tion sexuelle » d’être tou­chés par ou de tou­cher des clients du club, à moins qu’ils ne soient membres de leur fa­mille proche.

Par­mi les clients pré­sents ce soir­là se trou­vaient plu­sieurs po­li­ciers qui se se­raient ap­pro­chés de la scène après avoir ob­ser­vé cette « ac­ti­vi­té in­frac­tion­nelle » . Et Stor­my Da­niels au­rait alors re­pro­duit des gestes si­mi­laires sur deux po­li­ciers, dont une femme, se­lon les au­to­ri­tés.

L’ac­trice de films X s’est en­suite rap­pro­chée d’un troi­sième agent des forces de l’ordre. Le do­cu­ment de po­lice dé­crit des « at­tou­che­ments » sur le « fes­sier » et la « poi­trine » puis une ré­pé­ti­tion de gestes si­mi­laires à la per­for­mance pra­ti­quée sur les deux pré­cé­dents po­li­ciers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.