Com­mu­nion d’ar­tistes

Le Nouvelliste - - WEEK-END - FRAN­ÇOIS HOUDE fran­cois.houde@le­nou­vel­liste.qc.ca

TROIS- RI­VIÈRES — Le Cirque du So­leil au­rait pu faire af­faire avec des ar­tistes mon­tréa­lais ou d’ailleurs pour réa­li­ser les dé­cors de

Juste une p’tite nuite. Per­sonne ne se se­rait in­sur­gé. Ils ont op­té pour deux ar­tistes tri­flu­viens, Jé­ré­mie Des­champs Bussières et Fé­lix La­my. Rien n’em­pêche d’ailleurs de croire que le Cirque a tout sim­ple­ment choi­si les meilleurs ar­tistes dis­po­nibles.

Ce qui étonne c’est que le duo d’ar­tistes vi­suels n’a pas tra­vaillé sur des dé­cors de scène de­puis une bonne quin­zaine d’an­nées et en­core, c’était dans un cours à l’école se­con­daire! Ce­la dit, ce n’est pas la pre­mière fa­çon de faire du Cirque qui dé­con­certe. Et puis, c’est un hom­mage à la po­ly­va­lence de ces deux créa­teurs qui se sont ra­pi­de­ment sen­tis à l’aise dans le rôle qu’on leur oc­troyait.

«On a tou­jours ai­mé ce que fait le Cirque mais le fait que ce soit un hom­mage aux Co­locs, ça nous a tout de suite at­ti­rés, ex­plique Jé­ré­mie. On n’est pas de la gé­né­ra­tion qui a dé­cou­vert les Co­locs à par­tir de leurs dé­buts; on est ve­nu à leur mu­sique un peu après mais ils ont oc­cu­pé une grande place dans notre culture mu­si­cale. S’il y avait un spec­tacle sur le­quel on avait en­vie de tra­vailler c’est as­su­ré­ment ce­lui-ci.»

« On n’avait ja­mais pen­sé qu’on pour­rait un jour tra­vailler avec le Cirque mais quand l’op­por­tu­ni­té s’est pré­sen­tée, c’est sûr qu’on a sau­té sur l’oc­ca­sion, plaide Fé­lix. Je ne m’étais ja­mais ar­rê­té à pen­ser que nos pro­duc­tions, à Jé­ré­mie et moi, au­raient pu s’in­té­grer à ce que fait le Cirque. En même temps, ce qu’on a fait a tou­jours été créa­tif, co­lo­ré et fi­na­le­ment, on s’aper­çoit que ça se ma­rie par­ti­cu­liè­re­ment bien avec l’ap­proche créa­tive du Cirque. L’autre chose qui fai­sait qu’on ne rê­vait pas du Cirque, c’est qu’on tra­vaille es­sen­tiel­le­ment en 2- D: on n’est pas du tout dans les dé­cors de théâtre, ha­bi­tuel­le­ment.»

Pour­tant, les contacts avec les es­prits créa­tifs du Cirque n’ont été faits que d’ou­ver­ture. « Au dé­part, ils nous ont don­né une idée de leur orien­ta­tion mais d’une fa­çon très large pour lais­ser toute la place à notre créa­ti­vi­té, re­late Jé­ré­mie. Ils se sont en­suite mon­trés ex­trê­me­ment ou­verts à tout ce qu’on pro­po­sait. On parle le même lan­gage. Je pense que l es choses ont été fa­ciles parce qu’ils savent re­con­naître l es qua­li­tés qu’ils

re­cherchent chez des col­la­bo­ra­teurs. Ils com­prennent ra­pi­de­ment à qui ils ont af­faire et voient si ça peut fonc­tion­ner avec eux.»

« Con­crè­te­ment, on sa­vait qu’ils vou­laient ha­biller la scène avec des graf­fi­tis, ce qui était dé­jà proche de notre créa­tion per­son­nelle, pour­suit son col­lègue. Nous tra­vaillons dé­jà avec la pein­ture en aé­ro­sol sur nos ta­bleaux alors on sa­vait qu’on pou­vait faire quelque chose d’in­té­res­sant avec des graf­fi­tis en uti­li­sant cette tech­nique.»

« Ils nous ont en­li­gnés avec cer­taines chan­sons qui, à leurs yeux, étaient évo­ca­trices et nous, on s’est ins­pi­ré par­ti­cu­liè­re­ment de

la chan­son co­mète. Le texte est vrai­ment fort et on s’est aper­çu que dans leurs textes en gé­né­ral, les mots sont par­ti­cu­liè­re­ment évo­ca­teurs. On peut par­fois sor­tir un seul mot d’une chan­son, l’ins­crire dans le dé­cor et ça évoque plein d’idées, d’images. C’était vrai­ment ins­pi­rant de tra­vailler ain­si avec les chan­sons du groupe.»

Les deux ar­tistes sou­tiennent qu’ils n’ont es­suyé au­cun re­fus ca­té­go­rique de­vant leurs pro­po­si­tions. Que des ajus­te­ments au cours du pro­ces­sus qui a consis­té d’abord à pré­sen­ter des idées, en­suite des cro­quis, puis des ma­quettes qui ont, plus tard, été trans­po­sées à l’échelle de la très grande scène de l’Am­phi­théâtre

Co­ge­co. « Du dé­but à la fin, on a été sur la même lon­gueur d’ondes » , ré­sument-ils.

GRAND FOR­MAT

Le plus grand dé­fi pour ce dé­cor? « La gran­deur! On n’a ja­mais fait quelque chose d’aus­si gros. On a tra­vaillé sur lo­gi­ciels pour mettre nos des­sins à l’échelle pour s’as­su­rer que ça fonc­tion­nait bien. On n’avait ja­mais fait ça au­pa­ra­vant, mais on n’avait ja­mais eu une telle sur­face à cou­vrir! Ça prend toute la gran­deur de la scène», d’ex­pli­quer Jé­ré­mie Des­champs Bussières.

La pré­pa­ra­tion a été telle que le tra­vail di­rect sur la sur­face à cou­vrir n’a été que d’une se­maine. «On sa­vait tel­le­ment bien à quoi s’en

te­nir qu’on était as­sez confiants pour i mpro­vi­ser au be­soin au mo­ment d’ap­pli­quer la pein­ture. Le tra­vail fi­nal a du­ré une se­maine mais on ne cal­cule pas les deux mois qu’on a pris à ré­flé­chir au pro­jet et à le conce­voir. Pen­dant toute cette pé­riode- là, il y a eu un sui­vi as­si­du par cour­riels et ren­contres.»

« On est très fiers du ré­sul­tat et l es com­men­taires qu’on a eus des gens du Cirque, aus­si bien les concep­teurs que les ar­tistes et tech­ni­ciens, ont été très po­si­tifs. Ils nous disent tous que ça fonc­tionne par­fai­te­ment avec le spec­tacle.»

Pour Jé­ré­mie Des­champs Bussières et Fé­lix La­my, leur contri­bu­tion à Juste une p’tite nuite n’est pas

qu’un tra­vail de sou­tien, mais une oeuvre en soi. « Pour moi, on pour­rait prendre sé­pa­ré­ment ce qu’on a fait et c’est une oeuvre qui nous re­pré­sente très bien. On se­rait fiers de la mon­trer dans un autre contexte dé­ta­ché du spec­tacle. J’ai même l’im­pres­sion que je pour­rais en dé­cou­per des por­tions qui se jus­ti­fie­raient comme oeuvres com­plètes en elles-mêmes.»

«Ce que j’ai dé­cou­vert du Cirque du So­leil, c’est qu’ils vont cher­cher le meilleur de chaque col­la­bo­ra­teur en leur per­met­tant de s’ex­pri­mer. C’est comme un dé­fi lan­cé à chaque par­ti­ci­pant du spec­tacle, un dé­fi à se dé­pas­ser et c’est l’en­semble de tout ça qui fait un spec­tacle réus­si», dit Fé­lix La­my.

PHOTO: FRAN­ÇOIS GER­VAIS

Jé­ré­mie Des­champs Bussières, à gauche, et Fé­lix La­my, au­teurs des dé­cors du spec­tacle Juste une p’tite nuite.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.