Sad­dam Hus­sein, pen­du un 30 dé­cembre

Le Nouvelliste - - TÉLÉVISION -

MON­TRÉAL (PC) — Sad­dam Hus­sein a ré­gné sur l’Irak du­rant 25 ans, pays par­ta­gé entre les sun­nites dont il fait par­tie, les chiites et les Kurdes, dont il s’ap­plique à ré­pri­mer les mou­ve­ments de contes­ta­tion ré­vo­lu­tion­naires. On lui doit la guerre du Golfe, dont il sort dé­fait.

Puis, l e 11 sep­tembre 2001 an­nonce le dé­but de la fin de ses «beaux jours». On le qua­li­fie de ty­ran bru­tal, im­pla­cable et san­glant et voi­là que George W. Bush, alors pré­sident des États-Unis, pré­texte que le dic­ta­teur pos­sède des armes de des­truc­tion mas­sive et en­tre­tient des liens avec al-Qaï­da, rai­sons qui jus­ti­fient d’en­trer en guerre contre l’Irak. Puis, Sad­dam Hus­sein dis­pa­raît.

Tra­hi par un proche, il est re­trou­vé fra­gile, vain­cu, ca­ché au fond d’un trou, dans la ré­gion de Ti­krit. Ac­cu­sé d’une liste im­pres­sion­nante d’actes cri­mi­nels en­vers les per­sonnes al­lant jus­qu’au crime contre l’hu­ma­ni­té, il est condam­né à la pen­dai­son le 30 dé­cembre 2006. « Les der­niers jours de Sad­dam Hus­sein», le jeu­di 13 dé­cembre, 20 h, à RDI.

UN GRAND QUI N’EST PLUS SEUL

Si Ma­rio Tes­sier avait in­ti­tu­lé son pre­mier spec­tacle so­lo Seul comme un grand, en 2015, alors qu’il pour­sui­vait sa car­rière sans son aco­lyte Jo­sé Gaudet, des Grandes Gueules, il de­vait ef­fec­ti­ve­ment se sen­tir un peu seul. Mais ce fut un vé­ri­table suc­cès alors qu’on dé­cou­vrait le Ma­rio friand de danse, de chant, d’his­toires. Après avoir sé­duit le pu­blic des salles, il s’ap­prête à conqué­rir les té­lé­spec­ta­teurs à TVA, le jeu­di 13 dé­cembre, 19 h.

Il fal­lait de l’au­dace et de la per­sé­vé­rance à Wal­ter Dis­ney pour rendre son rêve pos­sible. En trois étapes, Té­lé- Qué­bec ra­conte la dif­fi­cile as­cen­sion de ce créa­teur achar­né. Les lun­di, mar­di, mer­cre­di, 10, 11 et 12 dé­cembre, 20 h. Âgé d’à peine 20 ans, Walt Dis­ney, mal­gré des échecs et une faillite, est dé­ter­mi­né à faire sa marque dans le ci­né­ma, d’où la nais­sance de Mi­ckey Mouse. Puis il se ré­vèle au ci­né­ma avec « Blanche-Neige et les sept nains», avant d’abou­tir, après la Deuxième Guerre mon­diale, à l’éla­bo­ra­tion de Dis­ney­land.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.