Le Nouvelliste : 2020-05-02

ARTS MAGAZINE : 93 : E25

ARTS MAGAZINE

ARTS MAGAZINE E25 leNouvelli­ste SAMEDI 2 MAI 2020 2 Au robot-mélangeur, émietter le bloc de tofu. Couper les poivrons en deux, les épépiner et les déposer dans un plat allant au four. Réserver. Dans une poêle, faire revenir l’oignon et l’ail dans un filet d’huile d’olive. Ajouter les asperges et le céleri et faire cuire pendant cinq minutes ou jusqu’à tendreté. Ajouter le tofu émietté et la sauce hoisin (optionnel) et bien mélanger. Poursuivre la cuisson deux minutes. Mettre le mélange dans les poivrons et couvrir de fromage. Cuire au four pendant 30 minutes. 3 Celle-ci pourrait rapidement être revue à la hausse. La pénurie de tofu est moins criante que l’an dernier, mais en pleine pandémie, il y a quand même des jours où les étalages sont vite dégarnis. «Avec l’engouement qu’on sent déjà sur le marché, on a l’impression qu’on devra agrandir avant longtemps. On pense éventuelle­ment passer à un volume de 4000 à 6000 blocs par semaine. Le tofu a l’avantage d’être un aliment protéiné qui se conserve longtemps au frais et qui se congèle sans aucun problème.» Les amateurs vous diront d’ailleurs qu’un bloc qui a été congelé absorbe encore mieux toutes les saveurs des sauces et marinades avec lesquelles on l’apprête. «C’est aussi une caractéris­tique de notre tofu. Parce qu’il est fabriqué avec du chlorure de magnésium, il est plus poreux et “boit” donc davantage les aromates.» Longtemps mal-aimé, le tofu est un aliment qui avait à sa traîne quantité de préjugés. On n’en est plus là. Mais il reste encore quelques barrières à faire tomber. «On a fait une journée portes ouvertes et ce qu’on a constaté, c’est que les gens ne savent pas toujours comment cuisiner leur brique. Ils manquent parfois d’inspiratio­n. C’est pourtant un aliment très polyvalent. On peut l’employer de diverses façons. C’est facile de remplacer la viande hachée par du tofu émietté dans pas mal toutes les recettes», remarque Dany Deshaies, qui partage d’ailleurs une recette de poivrons farcis qui a eu beaucoup de succès dans sa chaumière. «On a adoré ce plat. Je pense qu’il plaira à tous, aux végétarien­s convaincus autant qu’à ceux qui apprivoise­nt la cuisine sans viande», résume-t-il. 4 5 6 7 8 Recette tirée du site SoyXpert Après s’être beaucoup documentés pour comprendre tous les paramètres qui influencen­t le produit final, ils ont multiplié les essaiserre­urs jusqu’à ce qu’ils trouvent la recette parfaite. «On a ensuite envoyé nos blocs en laboratoir­e pour compléter les analyses de durée de vie du produit. Du moment qu’on a eu l’info, il y a quatre semaines, on était prêt à se lancer.» En termes de distributi­on, la PME vise local. Pour l’instant. «Notre tofu était jusqu’ici disponible au CVA et à la Coop d’Alentour. On doit maintenant le distribuer dans plus d’une vingtaine de points de vente. En raison de la proximité, on veut garder l’Estrie, les Cantons-de-l’Est et le Centre-du-Québec dans notre mire principale.» C’est déjà pas mal. «Au cours des dernières années, la production de tofu, au Québec, a augmenté d’environ 20 % par année, souligne M. Deshaies. C’est une bonne croissance. La plupart des joueurs, comme Unisoya et la Soyarie, se sont concentrés sur la production de masse. De notre côté, nous avons développé un produit plus niché, un tofu qu’on qualifie de haut de gamme. Nos blocs sont fabriqués de façon plus artisanale, ils sont coupés à la main. On veut valoriser cet aspect-là dans notre entreprise. On est passé en mode embauche il y a deux semaines et on prévoit une production hebdomadai­re de 2000 blocs.»

© PressReader. All rights reserved.