Une pro­po­si­tion qui ne fait pas l’una­ni­mi­té

Le Plateau - - NEWS - CHAR­LOTTE LO­PEZ

Des di­zaines de joueurs sont ve­nus lun­di soir au conseil d’ar­ron­dis­se­ment dé­fendre leur ter­rain qui a été dé­truit il y a deux se­maines pour des rai­sons de sé­cu­ri­té pu­blique, lors de tra­vaux de réa­mé­na­ge­ment des ter­rains de ten­nis du parc.

Ma­ri­sa Ber­ry Mén­dez, membre de l’As­so­cia­tion de balle-molle du parc Jeanne-Mance, dit ap­pré­cier la pro­po­si­tion de M. Fer­ran­dez, mais pense que celle-ci n’est qu’une dis­trac­tion.

« L’ar­ron­dis­se­ment nous avait dé­jà pro­po­sé ça lorsque l’on s’est ren­con­tré au mois de mai et on leur avait dit que le ter­rain sud était dé­jà uti­li­sé à pleine ca­pa­ci­té », sou­ligne-t-elle.

Dans le parc Jeanne-Mance, deux com­mu­nau­tés se cô­toient et jouent sur les ter­rains de ba­se­ball, la com­mu­nau­té de jeux im­pro­vi­sés qui existe de­puis plus de 50 ans et une ligue de balle molle qui existe de­puis 2006.

«Il y a beau­coup de che­vau­che­ment entre les membres de ces com­mu­nau­tés. Si on doit al­ler dans le ter­rain sud, ce n’est vrai­ment pas as­sez pour ré­pondre à nos be­soins et il ne faut pas non plus dé­pla­cer la ligue», lance Mme Ber­ri Mén­dez.

Luc Fer­ran­dez avance que d’ac­cep­ter deux ter­rains de ba­se­ball en­gen­dre­rait l’ins­tal­la­tion de trop de clô­tures dans un parc pa­tri­mo­nial, alors que la Ville sou­haite en ré­duire au maxi­mum dans les parcs. « C’est une ques­tion d’amé­na­ge­ment, de pay­sage. Il n’y a pas juste les be­soins des joueurs de ba­se­ball », ex­plique-t-il.

La Com­mu­nau­té pré­ser­vée

En ac­cep­tant de dé­truire le ter­rain, Luc Fer­ran­dez a exi­gé que la com­mu­nau­té de balle molle soit pré­ser­vée. « Ce que je veux conser­ver, ce n’est pas le ter­rain, mais bien la com­mu­nau­té, donc je ga­ran­tis que ces gens-là vont avoir le ter­rain sud en ex­clu­si­vi­té à par­tir de 2019. Les autres ligues pour­ront al­ler jouer dans d’autres parcs de la ville, quatre nou­veaux vont être créés cet été », as­sure-t-il.

« Il y a tel­le­ment d’his­toire sur ce ter­rain, c’est in­ac­cep­table de l’éli­mi­ner. On veut tra­vailler avec l’ar­ron­dis­se­ment pour que le ter­rain soit plus sé­cu­ri­taire », lance Ma­ri­sa Ber­ry Mén­dez, ajou­tant qu’il n’y a eu qu’une plainte pour bles­sure en 50 ans.

De son cô­té, le conseiller mu­ni­ci­pal Alex Nor­ris avance que «si on rem­place une ins­tal­la­tion qui n’est pas ré­gle­men­taire, il faut la rem­pla­cer par une ins­tal­la­tion qui l’est, et dans ce cas-ci on ne peut pas le faire, car il n’y a pas as­sez de places pour faire un ter­rain ré­gle­men­taire pour adulte ».

(PHO­TO CHAR­LOTTE LO­PEZ/MÉ­TRO MEDIA)

Le ter­rain de ba­se­ball a été dé­truit la se­maine der­nière pour des ques­tions de sé­cu­ri­té pu­blique

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.