Une an­née char­gée pour An­nie Pot­vin

Le Progrès Weekend - - SPORTS - DAVE AINSLEY

L’an­née 2019 s’an­nonce très char­gée pour An­nie Pot­vin. L’en­traî­neuse d’ath­lé­tisme ori­gi­naire d’Al­ma se ren­dra no­tam­ment en juillet à Que­ré­ta­ro, au Mexique, en com­pa­gnie de l’équipe ca­na­dienne pour les Cham­pion­nats nord-amé­ri­cains, Amé­rique Cen­trale et Ca­raïbes (NACAC) U23 et U17, où au moins cinq de ses pro­té­gés se­ront en ac­tion. Le per­son­nel pour toutes les com­pé­ti­tions d’en­ver­gure a été an­non­cé der­niè­re­ment par les di­ri­geants d’Ath­lé­tisme Canada. Pour An­nie Pot­vin, il s’agi­ra d’une deuxième ex­pé­rience in­ter­na­tio­nale après les Jeux du Com­mon­wealth jeu­nesse en 2017, aux Ba­ha­mas. « Je ne suis pas tel­le­ment in­té­res­sée à al­ler faire la scène in­ter­na­tio­nale. C’est seule­ment que mes ath­lètes sont ren­dus là. Ça de­vient plus in­té­res­sant et mo­ti­vant. C’est un beau dé­fi et une belle ex­pé­rience », de faire va­loir l’an­cienne ath­lète d’hep­tath­lon qui s’est jointe au per­son­nel du club Dy­na­miques de La­val en 2004.

Au Mexique, sous la di­rec­tion de Ch­ris­tine La­ver­ty, la na­tive d’Al­ma au­ra la res­pon­sa­bi­li­té des épreuves com­bi­nées et les sauts chez les femmes. Nor­ma­le­ment, cinq de ses pro­té­gés par­ti­ci­pe­ront à la com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale, dont trois chez les moins de 17 ans. Quelques autres ath­lètes au­raient pu chez les femmes, mais le ca­len­drier char­gé a fait en sorte qu’elles se­ront ailleurs sur le globe. « Ce se­ra une grosse an­née avec plu­sieurs com­pé­ti­tions de ni­veau in­ter­na­tio­nal », rap­pelle An­nie Pot­vin, no­tant que se dé­rou­le­ront si­mul­ta­né­ment les Jeux pan­amé­ri­cains ju­niors au Cos­ta Ri­ca et les mon­diaux uni­ver­si­taires de la FISU en Ita­lie.

« C’est un peu mé­lan­geant et com­pli­qué, mais on vise le plus haut. Si elles n’y ac­cèdent pas, on va prendre les pan­amé­ri­cains ju­niors ou les CANAC U23, ex­plique-t-elle.

« Comme elles sont en­core d’âge ju­nior, on va re­gar­der éga­le­ment leurs chances po­ten­tielles de mé­dailles. Si les chances sont meilleures pour les pan­amé­ri­cains, on va fa­vo­ri­ser cette épreuve. La FISU, elles ont en­core quatre ans pour se qua­li­fier, c’est à chaque deux ou trois ans. Elles se­ront ca­pables de les faire en­core plus tard », de pré­ci­ser An­nie Pot­vin, don­nant en exemple Ta­tia­na Aho­lou, clas­sé 6e au monde en salle au saut en lon­gueur chez les moins de 20 ans, ain­si que Ch­loé Royce, cin­quième en plein air au hep­tath­lon chez les moins de 18 ans.

« N’ayant pas d’uni­ver­si­té à La­val ni de piste, on est vrai­ment per­for­mants », si­gnale An­nie Pot­vin à propos du troi­sième plus gros club au Qué­bec avec 125 membres. La te­nue des Jeux du Qué­bec à l’été 2020 per­met­tra d’ajou­ter l’in­fra­struc­ture alors que la construc­tion de la piste dé­bu­te­ra au prin­temps. Les ath­lètes s’en­traînent pré­sen­te­ment au Centre Claude-Ro­billard ce qui amène des coûts sup­plé­men­taires ain­si qu’une lo­gis­tique plus im­por­tante. Club de l’an­née en 2017, l’or­ga­ni­sa­tion la­val­loise était de nou­veau en no­mi­na­tion l’an der­nier, tout comme An­nie Pot­vin en tant qu’en­traî­neuse de l’an­née, ayant été nom­mée en­traî­neuse de dé­ve­lop­pe­ment à trois oc­ca­sions par le pas­sé.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.