« Le Ca­na­dien est là où il vou­lait être »

Le Progrès Weekend - - SPORTS -

BROS­SARD - Le dé­fen­seur Jor­die Benn croit qu’il était jus­ti­fié que les ob­ser­va­teurs s’at­tendent à une autre sai­son dif­fi­cile de la part du Ca­na­dien après une cam­pagne ca­tas­tro­phique l’hi­ver der­nier. Peut-être mo­ti­vés par les at­tentes mo­destes, les joueurs de la for­ma­tion mont­réa­laise ont trou­vé le moyen de ren­ver­ser la va­peur. Et voi­là qu’ils ont at­teint la mi-sai­son dans une po­si­tion qui leur per­met­trait de par­ti­ci­per aux sé­ries éli­mi­na­toires si elles com­men­çaient avant les matchs de ven­dre­di dans la LNH.

« C’est agréable d’être les né­gli­gés et amu­sant de prou­ver aux autres qu’ils avaient tort, a dit Benn, ven­dre­di, alors que le Ca­na­dien pré­sente un dos­sier de 22-14-5 après 41 ren­contres. Nous sa­vions bien sûr ce qui était dit à notre su­jet avant la sai­son. C’est comme ça. Mais nous n’avions pas connu une très bonne sai­son et il n’y avait pas de rai­son de s’at­tendre à mieux cette fois-ci. »

Un vent nou­veau a ra­pi­de­ment ba­layé le Centre Bell cet au­tomne. L’équipe joue avec une éner­gie constante et quelques en­traî­neurs ad­verses ont af­fir­mé après des duels contre le Tri­co­lore que c’était la for­ma­tion la plus rapide qu’ils avaient af­fron­tée cette sai­son.

« C’est un beau com­pli­ment, a re­con­nu Benn. Nous vou­lons jouer à un rythme aus­si sou­te­nu que pos­sible. Les équipes ra­pides ne donnent pas le temps à l’ad­ver­saire de ré­flé­chir. Quand vous faites ça, vous êtes dan­ge­reux. »

Le Ca­na­dien af­fiche éga­le­ment le deuxième meilleur pour­cen­tage de vic­toires du cir­cuit quand il est en re­tard au poin­tage après deux pé­riodes (37,5 pour cent) en ver­tu d’un dos­sier de 6-10-0. Le Light­ning de Tam­pa Bay (55,6) est la seule for­ma­tion à faire mieux, avec une fiche de 5-4-0. « Le poin­tage im­porte peu. Nous croyons avoir une chance de ga­gner même s’il reste cinq mi­nutes à jouer et que nous sommes en re­tard par un ou deux buts, a no­té Benn. Nous avons un groupe qui ne baisse ja­mais les bras. »

Les ar­ri­vées de Max Do­mi et To­mas Ta­tar ont été payantes, alors qu’ils oc­cupent res­pec­ti­ve­ment les pre­mier et troi­sième rangs des poin­teurs chez le Ca­na­dien. Jes­pe­ri Kot­ka­nie­mi conti­nue son ap­pren­tis­sage, et le re­tour au jeu de Shea We­ber tard en no­vembre semble avoir sta­bi­li­sé la si­tua­tion en dé­fen­sive. De son cô­té, Ca­rey Price a re­trou­vé un cer­tain aplomb après un dé­but de cam­pagne dif­fi­cile, mal­gré une « ir­ri­ta­tion » au bas du corps qu’il traîne de­puis « en­vi­ron sept se­maines ».

« Nous avions une équipe qui avait la chance de s’amé­lio­rer et gran­dir puisque nous comp­tions sur beau­coup de jeunes et de nou­veaux joueurs. Nous avons aus­si peau­fi­né notre sys­tème, a af­fir­mé l’en­traî­neur-chef Claude Julien. Toutes ces choses-là ne ga­ran­tis­saient rien, mais il s’est pro­duit ce que nous es­pé­rions.

« Au mo­ment où l’on se parle, nous sommes dans la po­si­tion que nous vou­lions. Nous sommes en po­si­tion pour faire les sé­ries. Mais il reste la deuxième moi­tié de la sai­son et elle se­ra en­core plus dif­fi­cile. »

La po­si­tion du Ca­na­dien dans le por­trait des éli­mi­na­toires de­meure pré­caire. Avec ses 49 points, la troupe de Claude Julien oc­cupe le der­nier rang don­nant ac­cès au tour­noi de fin de sai­son. Les Is­lan­ders sont à la pour­suite du Tri­co­lore avec 48 points et la for­ma­tion new-yor­kaise a deux matchs de plus à dis­pu­ter. Les Blue Ja­ckets de Co­lum­bus ont éga­le­ment 49 points au comp­teur au troi­sième rang de la sec­tion mé­tro­po­li­taine, avec eux aus­si deux matchs en main.

« Il va fal­loir être constants, a dit le dé­fen­seur Shea We­ber au su­jet des dé­fis en deuxième moi­tié de sai­son. Il fau­dra évi­ter les creux de vague quand vous per­dez deux ou trois matchs de suite. Tout est plus dif­fi­cile en deuxième moi­tié de cam­pagne, le jeu se res­serre.

« Nous comp­tons sur beau­coup de jeunes joueurs, j’es­père que ça si­gni­fie que leurs jambes res­te­ront fraîches plus long­temps, qu’ils au­ront plus d’éner­gie. Peut-être que leur manque d’ex­pé­rience va les ai­der en ne sa­chant pas à quoi s’at­tendre et ce se­ra aux vé­té­rans de les ai­der en gui­dant le na­vire. »

Le Ca­na­dien tra­ver­se­ra une autre sé­quence cri­tique au cours des pro­chaines se­maines, alors qu’il dis­pu­te­ra neuf matchs en 15 jours. On pour­rait en sa­voir plus sur le sort de l’équipe au terme de cette sé­quence.

— PHOTO PC

Le Ca­na­dien pré­sente un dos­sier de 22-14-5 après 41 ren­contres.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.