Des bi­joux aux pe­tits oi­gnons

Le Progrès Weekend - - LE MAG - MÉLYSSA GA­GNON

L’hor­lo­ger traite aux pe­tits oi­gnons les montres et les bi­joux qui lui sont confiés pour ré­pa­ra­tion, peu im­porte leur va­leur.

Il cite l’exemple du pro­prié­taire d’une montre-bra­ce­let de 29,95 $ dont la va­leur était, à ses yeux, in­es­ti­mable.

« Ce n’est pas à moi de ju­ger de la va­leur d’un bi­jou. Qu’il vaille 1500 $ ou quelques di­zaines de piastres, ça ne change ab­so­lu­ment rien. C’est une ques­tion de res­pect et je fais les ré­pa­ra­tions de la même fa­çon. Quand je vais au ga­rage, j’aime sa­voir que ma voi­ture a été bien ré­pa­rée. Ici, c’est la même chose », note Jean Gué­rin.

À en­vi­ron cinq ans de la re­traite, Jean Gué­rin pose un re­gard em­preint de fier­té sur les 40 der­nières an­nées. Il est heu­reux d’avoir ac­cep­té de prendre la re­lève et d’être ain­si de­ve­nu le digne re­pré­sen­tant de son grand-père et de son père, d’avoir contri­bué à la vi­ta­li­té com­mer­ciale de son mi­lieu, tout en fai­sant un tra­vail qu’il aime.

DER­NIER CHA­PITRE

L’his­toire de fa­mille amorce tou­te­fois son der­nier cha­pitre puisque les en­fants de Jean

Jean Gué­rin a ap­pris son mé­tier au­près de son père, puis a pris part à plu­sieurs stages et for­ma­tions tout au long de sa car­rière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.