AGROPUR PERD L’UN DE SES PI­LIERS

-Serge Rien­deau, sur ses 15 an­nées à titre de pré­sident d’Agropur

Le Progres de Coaticook - - La Une - VINCENT CLICHE vincent.cliche@tc.tc

Pré­sident de cette co­opé­ra­tive de­puis tout près de 15 ans, le Coa­ti­coo­kois Serge Rien­deau quit­te­ra ses fonc­tions en fé­vrier pro­chain. Il consa­cre­ra do­ré­na­vant la plu­part de ses temps libres au bon fonc­tion­ne­ment de la ferme fa­mi­liale.

BI­LAN. De­puis que Serge Rien­deau a pris les com­mandes d’Agropur en 2002, le chiffre d’af­faires de la co­opé­ra­tive est pas­sé de 1,8 mil­liard de dol­lars à tout près de six mil­liards de dol­lars au­jourd’hui. À l’aube de son dé­part, le pré­sident se confie sur son en­trée en poste et sur les bons coups qu’il a pi­lo­tés au fil du temps.

Le par­cours au sein de dif­fé­rents or­ga­nismes a me­né le prin­ci­pal in­té­res­sé à oc­cu­per un siège au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion d’Agropur, en fé­vrier 1991. «D’une im­pli­ca­tion à l’autre, c’est comme ça que j’ai che­mi­né dans l’or­ga­ni­sa­tion, ré­sume Serge Rien­deau. Dans un pre­mier temps, j’ai été im­pli­qué à la Coop des Can­tons, qui s’ap­pe­lait à l’époque la Co­opé­ra­tive agri­cole de Coa­ti­cook. J’ai aus­si été ad­mi­nis­tra­teur à la Pro­mu­tuel, en plus de faire un p’tit bout de temps dans le monde mu­ni­ci­pal. Un mo­ment don­né, un poste d’ad­mi­nis­tra­teur chez Agropur s’est li­bé­ré et on me l’a of­fert. J’ai sau­té sur l’oc­ca­sion, pen­sant que ça pour­rait être une belle ex­pé­rience.»

Au fil du temps, M. Rien­deau a ob­te­nu la confiance de ses col­lègues au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, ce qui le mène à suc­cé­der à Jacques Car­tier à titre de pré­sident en 2002. Du temps qu’il a été pré­sident, il a veillé au dé­ve­lop­pe­ment de la co­opé­ra­tive jus­qu’aux États-Unis. «Nos clients se dé­ve­loppent aus­si du nord au sud, alors il était de notre de­voir de les ser­vir des deux cô­tés de la fron­tière», laisse-t-il en­tendre.

DES BONS COUPS… ET DU YOGOURT

S’il y a une chose dont il est fier, c’est bien de la re­la­tion qu’il a en­tre­te­nue avec ses membres. «On a une vie as­so­cia­tive unique et très riche. Ça fait en sorte qu’on a un lien pri­vi­lé­gié avec notre base. Je pense que c’est as­sez unique pour une grande or­ga­ni­sa­tion», in­dique-t-il.

Cô­té en­tre­pre­neu­rial, M. Rien­deau a sem­blé par­ta­ger la phi­lo­so­phie des fon­da­teurs, dont le pré­sident de l’époque, en 1938, Omer Des­lau­riers. «Ce sont des gens qui avaient une cer­taine clair­voyance, sou­ligne le pré­sident d’Agropur. Ils s’étaient dit que leur co­opé­ra­tive n’au­rait pas de fron­tière. Qu’elle al­lait être au­de­là de leur pa­roisse. Ils ont tou­jours eu cette lon­gueur d’avance, ce qui a per­mis à plu­sieurs agri­cul­teurs de se prendre en main.»

Un peu avant 2013, Yo­plait a dé­ci­dé de ne pas re­nou­ve­ler sa fran­chise avec Agropur pour la fa­bri­ca­tion de son yogourt. «Ça nous met­tait dans une po­si­tion dé­li­cate, avoue Serge Rien­deau. On avait en­core les usines, les ma­chines et les em­ployés, mais plus de marque. Nos gens ont été créa­tifs en dé­ve­lop­pant la marque Iö­go. On a re­fait les re­cettes et on a pro­cé­dé à un lan­ce­ment qui fait en­core l’en­vie de bien des com­pa­gnies au­jourd’hui. Je pense qu’on a pris une dé­ci­sion cou­ra­geuse, car, à l’époque, les ta­blettes étaient pleines de yogourt et lan­cer une nou­velle va­rié­té n’était pas né­ces­sai­re­ment gage de suc­cès.»

UNE RE­TRAITE À LA FERME

Serge Rien­deau quit­te­ra la pré­si­dence d’Agropur en fé­vrier pro­chain. Qu’est- ce qui l’at­tend une fois que la re­traite au­ra son­né? «Je m’at­tends à du bon temps», lance-t-il en riant.

«Je compte m’oc­cu­per de ma ferme. Être pré­sident d’Agropur, c’est un tra­vail à temps plein. Si la ferme fa­mi­liale fonc­tionne tou­jours aus­si bien, c’est grâce à mon fils Be­noît. Il a tout le mé­rite. Ça va me faire un grand plai­sir d’y re­tour­ner pour l’ai­der»

(Pho­to TC Me­dia – Vincent Cot­noir)

Lors­qu’il quit­te­ra ses fonc­tions de pré­sident d’Agropur, Serge Rien­deau compte pas­ser beau­coup de temps à la ferme fa­mi­liale, si­tuée à Coa­ti­cook.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.