Guy Har­dy se re­ti­re­ra de la vie po­li­tique cet au­tomne

Le Progres de Coaticook - - Actualités - VINCENT CLICHE vcliche@le­progres.net

SAINT- FRAN­ÇOIS. Le dé­pu­té de Saint-Fran­çois, Guy Har­dy, ne sol­li­ci­te­ra pas un deuxième man­dat cet au­tomne, lors des élec­tions pro­vin­ciales pré­vues le 1er oc­tobre pro­chain.

Sa dé­ci­sion est le fruit d’une dé­ci­sion sa­ge­ment mû­rie du­rant le temps des Fêtes, as­sure le prin­ci­pal in­té­res­sé. « J’en ai par­lé avec mon épouse, mes en­fants ain­si qu’avec mon en­tou­rage, ra­conte M. Har­dy. Ma dé­ci­sion, elle est sage. »

« La po­li­tique, ce n’est pas qu’un simple « job » , ra­joute le dé­pu­té de Saint- Fran­çois. C’est un tra­vail qui de­mande qu’on soit là pra­ti­que­ment 24 heures par jour, 365 jours par an­née. Des ac­ti­vi­tés tôt le ma­tin, tard le soir et les week- ends, ça fai­sait par­tie de mon quo­ti­dien. Ç’au­ra été très in­té­res­sant, très en­ri­chis­sant, mais éga­le­ment épui­sant. »

Le tra­vail de dé­pu­té au­rait- il été plus de­man­dant qu’il ne l’ait pen­sé lors­qu’il s’est pré­sen­té au scru­tin de 2014 ? « On a tou­jours une pe­tite idée que ça l’est, mais, plus ça va, plus on voit que c’est très de­man­dant. J’ai tout de même eu le pri­vi­lège, et je l’ai en­core quelques mois, de re­pré­sen­ter les gens du com­té de Saint- Fran­çois. »

DES DOS­SIERS DONT IL EST FIER

Tout au long de son man­dat, le dé­pu­té de Saint- Fran­çois, Guy Har­dy, dit avoir dé­fen­du les in­té­rêts des gens de son com­té. L’un des dos­siers dont il est le plus fier est ce­lui de l’en­fouis­se­ment des fils du pro­jet d’In­ter­con­nexion Qué­bec – New Hamp­shire, dans le sec­teur d’East He­re­ford.

« Au point de vue po­li­tique, je crois avoir été le pre­mier à ap­puyer les gens d’East He­re­ford. J’ai fait face à la mu­sique. J’ai ap­por­té les dos­siers au mi­nistre ain­si qu’au pre­mier mi­nistre. Peu de temps après, j’ai re­çu leur ap­pui. Di­sons que j’ai tra­vaillé fort et qu’on a fait une bonne re­pré­sen­ta­tion au­près de mes col­lègues. »

La su­per- cli­nique mé­di­cale dans l’Est de Sher­brooke ain­si que ses in­ter­ven­tions à la suite des inon­da­tions de Coa­ti­cook et de Comp­ton en juin 2015 fi­gurent éga­le­ment par­mi ses « bons mo­ments. »

Par­lant des inon­da­tions, Coa­ti­cook de­mande tou­jours un ap­pui fi­nan­cier pour son pro­jet de bas­sins de ré­ten­tion. « Le dos­sier che­mine » , se contente de dire M. Har­dy.

BIEN­TÔT LA RE­TRAITE ?

M. Har­dy quit­te­ra l’As­sem­blée na­tio­nale l’au­tomne pro­chain. A- t- il des idées sur ce qui l’at­tend ? « Je n’ai pas pen­sé à ce­la pour l’ins­tant. J’es­saie de me concen­trer sur ce qui reste à faire et à mes res­pon­sa­bi­li­tés dans le com­té. »

Un re­tour dans le monde des af­faires peut- il être en­vi­sa­geable ? « Di­sons que je suis plus près de la re­traite » , avance- t- il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.