Coa­ti­cook conser­ve­ra ses boîtes pos­tales

Le Progres de Coaticook - - Actualités - VINCENT CLICHE vcliche@le­progres.net

COUR­RIER. Même si Postes Ca­na­da cesse l’ins­tal­la­tion de nou­velles boîtes pos­tales com­mu­nau­taires au pro­fit de la li­vrai­son du cour­rier à do­mi­cile, les mu­ni­ci­pa­li­tés des­ser­vies par ces mêmes boîtes, comme Coa­ti­cook, conser­ve­ront ce sys­tème.

L’or­ga­nisme fé­dé­ral en a fait l’an­nonce le 24 jan­vier der­nier. Rap­pe­lons qu’en cam­pagne élec­to­rale, le gou­ver­ne­ment li­bé­ral de Jus­tin Tru­deau avait pro­mis de ra­me­ner la li­vrai­son du cour­rier à do­mi­cile à ceux qui avaient per­du ce ser­vice. Après plus de deux ans de mo­ra­toire, on a fait une croix sur cette pro­messe.

L’ex- conseiller mu­ni­ci­pal coa­ti­coo­kois, Ray­nald Dro­let, a long­temps dé­crié la me­sure de Postes Ca­na­da d’ins­tal­ler des boîtes pos­tales com­mu­nau­taires. Au­jourd’hui, même s’il ne siège plus au­tour de la table des élus [il a été dé­fait aux élec­tions mu­ni­ci­pales de no­vembre 2017], il dit être très dé­çu de cette nou­velle. « Ceux qui n’ont pas de boîtes pos­tales conti­nue­ront d’être des­ser­vis par la li­vrai­son du cour­rier à do­mi­cile. À Coa­ti­cook, on a été qua­si par­mi les pre­miers à avoir ces fa­meuses boîtes pos­tales. Avec cette nou­velle, c’est comme si on était pé­na­li­sé. On paie le même prix pour les timbres et on n’a pas les mêmes ser­vices que les autres. Il y a une cer­taine in­jus­tice dans tout ça. »

M. Dro­let au­rait ai­mé un com­pro­mis. « Les dé­ci­deurs au­raient pu prendre la dé­ci­sion de li­vrer le cour­rier deux ou trois jours par se­maine. Ç’au­rait été ac­cep­table. »

Se­lon l’ex- élu, tout n’est pas joué. « S’il y a en­core de la vo­lon­té de la part des élus ac­tuels, il y a tou­jours moyen de faire pres­sion au­près de notre dé­pu­tée fé­dé­rale », in­siste-t-il.

Quant à la FADOQ Es­trie, l’or­ga­nisme se dit sou­la­gé d’ap­prendre que Postes Ca­na­da cesse dé­fi­ni­ti­ve­ment l’ins­tal­la­tion de nou­velles boîtes pos­tales com­mu­nau­taires. « En dé­pit de cette an­nonces, ceux qui ont per­du ce ser­vice ne le re­trou­ve­ront mal­heu­reu­se­ment pas. Des mil­liers de per­sonnes vul­né­rables, no­tam­ment celles à mo­bi­li­té ré­duite, ont su­bi les consé­quences né­ga­tives de cette triste dé­ci­sion », a men­tion­né le pré­sident du ré­seau FADOQ, Mau­rice Du­pont.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.