Les com­merces peuvent-ils sur­vivre à la vente en ligne?

Le Progres de Coaticook - - Actualités - VINCENT CLICHE vcliche@le­progres.net

INI­TIA­TIVE. L’ave­nir du com­merce de dé­tail est-il si sombre qu’on ne le laisse pa­raître? Se­lon l’homme d’af­faires JeanPierre Le­febvre, l’in­dus­trie est en pleine mu­ta­tion, mais il ne faut pas si­gner l’ar­rêt de mort des ma­ga­sins phy­siques, dits «briques et mor­tiers», pour au­tant.

«Il y a beau­coup de chan­ge­ments qui s’en viennent, ra­conte ce­lui qui pas­sé plus d’une ving­taine d’an­nées au Conseil qué­bé­cois du com­merce de dé­tail (CDCQ) à titre de pré­sident et de vice- pré­sident, en plus d’être nom­mé gou­ver­neur de ce même or­ga­nisme. Oui, il y a beau­coup de consom­ma­tion qui se fait en ligne, mais ça ne veut pas dire que les ma­ga­sins phy­siques ne se­ront plus là de­main ma­tin. Au contraire, il y a même des géants du web qui se construisent des es­paces phy­siques. Ils re­cherchent l’ef­fet per­ron de l’église. Ils veulent que les gens s’iden­ti­fient à leur marque, qu’ils fassent par­tie de leur com­mu­nau­té. C’est une grande ten­dance dans l’in­dus­trie.»

En plus d’être deux fois plus aver­ti qu’avant, le consom­ma­teur sou­haite vivre une ex­pé­rience lors­qu’il se dé­place dans un lieu phy­sique, chose qu’il ne peut avoir en ma­ga­si­nant en ligne. «Le com­merce de­vra lui faire vivre cette ex­pé­rience, et ça, ça se vit avec tous les sens qu’on pos­sède. Par exemple, dans l’ali­men­ta­tion, j’ai vu une ban­nière of­frir un grand buf­fet. Tu en­trais et les gens se ser­vaient gra­tui­te­ment. C’était pour mon­trer aux clients tous les pro­duis qu’ils peuvent com­man­der sur le web » , ex­plique le ges­tion­naire de la Place J. R. Le­febvre à Coa­ti­cook.

Par­lant de cette mu­ni­ci­pa­li­té, ce mar­ché est-il à l’abri de tous ces chan­ge­ments? «Si on n’est pas ca­pable d’of­frir une di­ver­si­té dans nos pro­duits, de les of­frir à un bon prix, c’est cer­tain qu’on en souf­fri­ra», ré­sume M. Le­febvre.

L’en­droit qu’il gère a d’ailleurs vé­cu de grandes trans­for­ma­tions au fil du temps. Au dé­but des an­nées 2000, le com­merce a adop­té le style ma­ga­sin à rayons. En 2009, il a ame­né de nou­veaux ser­vices, comme la cli­nique mé­di­cale. « Hon­nê­te­ment, ce que toute ville de­vrait avoir, c’est quelque chose d’at­trayant pour conser­ver ses consom­ma­teurs. Si une ville se prend en mains et se donne une sa­veur, une cou­leur, une fa­çon de ma­ga­si­ner que tu ne re­trouves nulle part ailleurs, ça de­vient une re­cette ga­gnante.»

(Pho­to Le Pro­grès de Coa­ti­cook – Vincent Cliche)

Les com­merces qui s’adap­te­ront et qui of­fri­ront une ex­pé­rience à leurs clients au­ront plus de chances de sur­vivre aux contre­coups du web, af­firme Jean-Pierre Le­febvre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.