Du fro­mage, des lé­gumes… et une bonne dose de re­con­nais­sance

Le Progres de Coaticook - - Actualités - VINCENT CLICHE vcliche@le­progres.net

MAR­CHÉ. Lors­qu’on fait ses em­plettes à l’un ou l’autre des dif­fé­rents mar­chés pu­blics de la ré­gion, on peut mettre dans son pe­tit pa­nier du fro­mage, des fruits ou en­core des lé­gumes. Gar­dons éga­le­ment une place pour une bonne dose de re­con­nais­sance pour les pro­duc­teurs.

Cé­lé­brée pour une dixième an­née du 10 au 19 août, la Se­maine qué­bé­coise des mar­chés pu­blics a pris son en­vol au Mar­ché de soir de Comp­ton. Sa porte-pa­role, la nu­tri­tion­niste Ju­lie Au­bé, a rap­pe­lé la thé­ma­tique de cette an­née où les ac­ti­vi­tés tournent au­tour de la gra­ti­tude. « Quand on fait nos courses au mar­ché, on sai­sit mieux tout le tra­vail der­rière la pro­duc­tion ali­men­taire, sou­ligne- t- elle. Forcément, on de­vient plus re­con­nais­sant d’avoir ac­cès à ces ali­ments. On cé­lèbre aus­si le cô­té gour­mand, fes­tif et ras­sem­bleur des mar­chés. »

Une ha­bi­tuée du Mar­ché de soir de Comp­ton, Mme Au­bé trouve l’en­droit ex­trê­me­ment vi­vant et fort ré­jouis­sant. « On sent tout de suite l’am­biance qu’on sou­haite ve­nir cher­cher, soit cette convi­via­li­té », fait-elle sa­voir.

Les avan­tages de faire ses em­plettes au mar­ché sont nom­breux, aux dires de la porte-pa­role. « On coupe d’abord tous les in­ter­mé­diaires. Il y a aus­si la fraî­cheur qui est in­com­pa­rable. La plu­part des pro­duits ont été cueillis la jour­née même. En bouche, c’est frap­peur. Et fraî­cheur rime aus­si avec qua­li­té nu­tri­tive », rap­pelle la nu­tri­tion­niste.

« Ce qu’on se pro­cure ha­bi­tuel­le­ment au mar­ché, ce sont des pro­duits de base. Et ceux-ci servent jus­te­ment de base pour cui­si­ner. La cui­sine mai­son, c’est l’une des choses qu’on peut faire pour mieux man­ger. On peut éga­le­ment en­ri­chir notre sa­voir agroa­li­men­taire en dis­cu­tant et en échan­geant avec les pro­duc­teurs. »

Les mar­chés sont éga­le­ment une belle fa­çon de dé­ve­lop­per une certaine fier­té face à notre ré­gion d’adop­tion. « Il y a tel­le­ment une vaste iden­ti­té ali­men­taire et ter­ri­to­riale. On ne peut qu’en être fier. Ce sen­ti­ment gran­di­ra sans même qu’on ait à s’en rendre compte », conclut Mme Au­bé.

(Pho­to Le Pro­grès de Coa­ti­cook – Vincent Cliche)

Les in­vi­tés du Mar­ché de soir de Comp­ton ont pu re­mer­cier les pro­duc­teurs grâce à de pe­tites cartes lors de la Se­maine qué­bé­coise des mar­chés pu­blics. La nu­tri­tion­niste Ju­lie Au­bé en est la porte-pa­role.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.