Hom­mage aux mé­tiers ré­vo­lus

Le Progrès Weekend - - ARTS - STÉ­PHANE BOU­CHARD sbou­[email protected]­quo­ti­dien.com

L’Odys­sée des Bâtisseurs met la lu­mière sur les tra­vailleurs ou­bliés qui ont par­ti­ci­pé à la construc­tion de la ré­gion, dans l’ex­po­si­tion À chaque mé­tier ses ou­tils. For­ge­rons, lai­tiers, cor­don­niers, dra­veurs ; l’his­toire de ces pro­fes­sions est illus­trée par des ou­tils et des ob­jets ou­bliés. L’im­po­sante pe­sée de l’épi­cier, le stan­dard té­lé­pho­nique, la hache du bû­che­ron sont des exemples de ces re­liques d’un pas­sé ré­vo­lu, mais qui a contri­bué à créer le monde ac­tuel.

Les ob­jets qui sont ex­po­sés à Alma dor­maient dans les ar­chives du mu­sée. L’Odys­sée des Bâtisseurs a pui­sé dans la col­lec­tion de la So­cié­té d’his­toire du Lac-Saint-Jean, qui compte près de 3000 pièces, pour mon­ter cette ex­po­si­tion tem­po­raire.

La co­or­don­na­trice des ex­po­si­tions et de l’édu­ca­tion, Jes­si­ca Lapointe, ra­conte que les vi­si­teurs de­man­daient sou­vent de voir ce qui se trouve dans les ar­chives.

« On se fait sou­vent po­ser la ques­tion de ce qu’il y a dans la col­lec­tion, si on peut les voir, etc. Le but, c’était de sor­tir le plus d’ob­jets pos­sible en lien avec la thé­ma­tique », ex­plique Mme Lapointe.

À TRA­VERS LES ÉPOQUES

Sur place, on peut en ap­prendre plus sur les ou­tils uti­li­sés pour des pro­fes­sions qui se perdent ou qui ont chan­gé à tra­vers les époques. Si le tra­vail de l’épi­cier per­siste au­jourd’hui, ce­lui de la stan­dar­diste n’existe plus. D’autres pro­fes­sions, comme celle du bû­che­ron et celle du cor­don­nier, ont été trans­for­mées par les nou­veaux modes de pro­duc­tion et par l’au­to­ma­ti­sa­tion du tra­vail.

« À Alma, il reste un cor­don­nier qui a en­core une bou­tique. Il nous ex­pli­quait que la qua­li­té des chaus­sures est un obs­tacle à la sur­vie du mé­tier. Les fa­bri­cants uti­lisent des ma­té­riaux de moindre qua­li­té et de la colle au lieu de clous. Ça vaut moins la peine de faire ré­pa­rer ses sou­liers », in­dique Mme Lapointe.

De la même ma­nière, l’in­ven­tion de la scie mé­ca­nique a chan­gé à ja­mais la pro­fes­sion de bû­che­ron et de dra­veur. « On a fait des re­cherches dans la col­lec­tion et on a trou­vé qu’il y avait beau­coup d’ob­jets liés aux mé­tiers fon­da­teurs dans la ré­gion. On es­saie aus­si de mettre en va­leur les fonds pho­to­gra­phiques de la So­cié­té d’his­toire », pour­suit Jes­si­ca Lapointe, ajou­tant que des en­tre­prises fa­mi­liales de plu­sieurs gé­né­ra­tions, comme la Cor­don­ne­rie Pot­vin, ont par­ti­ci­pé à la concep­tion de l’ex­po­si­tion.

PIÈCE IM­PO­SANTE

Une des pièces les plus im­po­santes de cette ex­po­si­tion est le stan­dard té­lé­pho­nique, cet ob­jet uti­li­sé par les stan­dar­distes à une époque où plu­sieurs fils étaient nécessaires pour faire fonc­tion­ner les té­lé­phones.

Pour l’anec­dote, un groupe d’an­ciennes té­lé­pho­nistes qui tra­vaillait pour Bell s’est pré­sen­té lors du ver­nis­sage. « Sur les pho­tos les plus ré­centes, cer­taines per­sonnes se sont re­con­nues. Elles pos­sèdent un groupe et se réunissent de temps en temps. Elles étaient as­sez im­pres­sion­nées », ex­plique Mme Lapointe.

Un pro­gramme de mé­dia­tion spé­cia­le­ment conçu pour les jeunes dé­bu­te­ra pro­chai­ne­ment, pour faire connaître ces pro­fes­sions en voie de dis­pa­ri­tion à la nou­velle gé­né­ra­tion.

À chaque mé­tier ses ou­tils est au pro­gramme jus­qu’au 9 avril.

— PHO­TO LE PRO­GRÈS, GIMMY DESBIENS

À chaque mé­tier ses ou­tils montre les ou­tils de tra­vail des pro­fes­sions d’au­tre­fois.

— PHO­TO LE PRO­GRÈS, GIMMY DESBIENS

Le stan­dard té­lé­pho­nique est un des ob­jets les plus im­po­sants de cette ex­po­si­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.