Le trem­plin des Fran­cou­vertes pour une ro­ckeuse du Sa­gue­nay

Le Progrès Weekend - - ARTS - DANIEL CÔ­TÉ

Ori­gi­naire de Saint-Ho­no­ré, Va­lé­rie Poulin a quit­té la ré­gion à 20 ans afin de por­ter son pro­jet de mu­sique dans la mé­tro­pole mont­réa­laise. Son pre­mier al­bum, L’or des fous, sor­ti­ra à l’au­tomne, pré­cé­dé par le simple As­sez. Les choses tombent en place, mais ce qui man­quait à la jeune femme à ce stade de sa car­rière, c’est de la vi­si­bi­li­té. Elle était donc heu­reuse le jour où le co­mi­té or­ga­ni­sa­teur des Fran­cou­vertes l’a in­té­grée à la liste fi­nale des 21 can­di­dats. Comme le duo Vice E Roi, l’autre pré­ten­dant pro­ve­nant du Sa­gue­nay–Lac-Saint-Jean, l’au­teu­re­com­po­si­trice-in­ter­prète joui­ra d’une fe­nêtre de 30 mi­nutes afin de pro­duire une bonne im­pres­sion. Elle se­ra flan­quée de ses par­te­naires ha­bi­tuels, le bas­siste Étienne Du­pé­ré et le bat­teur Tho­mas Sau­vé-La­france, ain­si que de la cho­riste An­dy Jon et de la bas­siste Agathe Du­pé­ré.

« Mes chan­sons rockent, elles groovent, et on va pro­fi­ter des pro­chaines ré­pé­ti­tions pour in­té­grer la deuxième basse. En plus de par­ti­ci­per au concours, on va don­ner des spec­tacles dans les pro­chains mois. Pour le mo­ment, rien n’est pla­ni­fié au Sa­gue­nay, mais j’ai vrai­ment le goût de jouer là », a ra­con­té Va­lé­rie Poulin, au cours d’une en­tre­vue ac­cor­dée au jour­nal.

Le titre de l’al­bum vient d’une ex­pé­rience vé­cue dans la ré­gion. Elle avait trou­vé plein de py­rite et y a vu une mé­ta­phore des tra­vers de la vie mo­derne, où ce qu’on ap­pe­lait l’or des fous prend dif­fé­rentes formes. « On cherche de l’or. On croit en trou­ver, alors que c’est de la py­rite. C’est comme faire de l’ar­gent et être connu. De nom­breux ar­tistes veulent avoir du brillant sur eux, lais­ser croire qu’il est fa­cile de pra­ti­quer ce mé­tier, même si ce n’est pas vrai », note celle qui cu­mule les fonc­tions de chan­teuse et de gui­ta­riste.

Plu­sieurs de ses textes tournent au­tour du thème de la dés­illu­sion. Or, c’est avec lu­ci­di­té que la Sa­gue­néenne en­vi­sage son pas­sage aux Fran­cou­vertes. Gagne ou perd, le seul fait d’avoir été en lice, de s’être poin­tée à la salle Le Lion d’Or de Mon­tréal, consti­tue­ra une vic­toire. Son ren­dez-vous se­ra le der­nier de la ronde ini­tiale. Même s’il est pré­vu pour le 1er avril, Va­lé­rie Poulin affiche une belle confiance.

« Ce dont j’ai le plus be­soin, c’est de la vi­si­bi­li­té pour lan­cer mon al­bum. Même si ne je fi­nis pas pre­mière, je sais que ce se­ra bon pour moi d’avoir vé­cu cette ex­pé­rience, fait ob­ser­ver la ro­ckeuse. Dé­jà, par exemple, je suis contente parce que cinq juges fai­sant par­tie de l’in­dus­trie m’ont choi­sie en com­pa­gnie de 29 can­di­dats, tan­dis que cinq autres juges ont ré­duit ce nombre à 21. Nous avons pu prendre connais­sance de leurs com­men­taires, ce qui se­ra aus­si le cas au Lion d’Or. »

— PHO­TO COURTOISIE, AN­DY JON

Va­lé­rie Poulin au­ra la chance de par­ti­ci­per à la 23e édi­tion des Fran­cou­vertes, le 1er avril.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.