La page se tourne pour le 21 Price

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - GUILLAUME ST-PIERRE gst-pierre@le­quo­ti­dien.com

Amor­cée tôt jeu­di ma­tin, la des­truc­tion de l’im­meuble si­tué au 21 Price à Chi­cou­ti­mi s’est ter­mi­née en fin de jour­née. À la fois l’amas de dé­bris, mais pro­ba­ble­ment la fin d’un sym­bole conti­nuait d’at­ti­rer les cu­rieux et de sus­ci­ter bon nombre de ré­ac­tions dans le voi­si­nage.

Les gens sur les trot­toirs flâ­naient et les bal­cons étaient rem­plis afin d’as­sis­ter aux der­niers coups de go­det qui si­gnaient la fin de ce lieu, qui a sou­vent ac­ca­pa­ré l’ac­tua­li­té ré­gio­nale. L’édi­fice, qui a connu son lot d’épi­sodes sor­dides, n’était plus que dé­combres lors du pas­sage du Quo­ti­dien, vers 16 h jeu­di. La page qui était en train de se tour­ner ame­nait son lot de com­men­taires, à la fois par­mi les pas­sants, mais aus­si les com­mer­çants du sec­teur.

Gé­rante du res­tau­rant Joa­chim si­tué face au 21 Price, Lyn­da Ga­gné y tra­vaille de­puis 26 ans. Se­lon elle, le des­tin était scel­lé de­puis long­temps en ce qui a trait à l’ave­nir de la mai­son de chambres. « Il ne res­tait plus vrai­ment de so­lu­tions à mon avis. Ce n’était pas lo­gique de ré­no­ver cette bâ­tisse, qui pré­sen­tait des signes de dé­la­bre­ment. Je n’ai ja­mais cru que c’était adé­quat d’y lais­ser vivre des gens non plus », pré­cise la dame qui avoue en avoir vu de toutes les cou­leurs au­tour du bâ­ti­ment au cours des der­nières an­nées. Son col­lègue Ma­rio Jean y a ha­bi­té en 1978, alors qu’il tra­vaillait au cas­se­croûte. « À l’époque, c’était un en­droit qui avait de l’al­lure. J’y ai ré­si­dé quelque temps et tout al­lait ron­de­ment, à l’époque », a ajou­té ce der­nier. La si­tua­tion au 21 Price s’est dé­gra­dée au fil des an­nées, pre­nant fin le 13 dé­cembre der­nier alors qu’un in­cen­die avait je­té ses ré­si­dants à la rue.

Ma­de­leine Jean pre­nait sa pause à l’ex­té­rieur, cu­rieuse de voir la pro­gres­sion de la dé­mo­li­tion. Celle qui tient le com­merce Le Bar­bier coif­feur avec son conjoint Ger­main Le­febvre était sou­vent aux pre­mières loges des évè­ne­ments qui s’y dé­rou­laient, en tant que voi­sins im­mé­diats du 21 Price. « De­puis 7 h ce ma­tin, le va-et-vient n’ar­rête pas. Faut croire que ça va pas­ser à l’his­toire, cet en­droit. Ça fait drôle de voir dis­pa­raître cet en­droit qui, pour de mau­vaises raisons, était au coeur de la vie du quar­tier », men­tionne la coif­feuse qui sou­lève qu’il se­ra né­ces­saire, tôt ou tard, qu’un im­meuble of­frant des chambres lo­ca­tives soit de re­tour au centre-ville.

Les dé­bris de la cé­lèbre de­meure où pre­naient pen­sion une tren­taine de per­sonnes se­ront vrai­sem­bla­ble­ment ra­mas­sés dès ven­dre­di. « On est sou­la­gés, la dé­mo­li­tion s’est bien dé­rou­lée. Ce n’est pas une mince tâche pour un édi­fice de quatre étages », a confié Charles Lavoie, un proche du pro­prié­taire Ray­nald Pel­le­tier, qui as­su­rait la sécurité sur le site.

L’ave­nir du ter­rain de­meure in­con­nu pour l’ins­tant. De l’aveu de plu­sieurs com­mer­çants ren­con­trés, l’espace dé­sor­mais lais­sé va­cant consti­tue­rait un en­droit stra­té­gique pour y éta­blir un sta­tion­ne­ment, les es­paces étant li­mi­tés dans le sec­teur.

— PHO­TO LE QUO­TI­DIEN,ROCKET LAVOIE

Plu­sieurs per­sonnes se sont dé­pla­cées pour as­sis­ter à la dé­mo­li­tion du 21 Price.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.