MA­JOR VÉ­RO­NIQUE GA­GNÉ D’AL­MA Ca­pi­taine de la garde de Sa Ma­jes­tée

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - NOR­MAND BOI­VIN nboi­vin@le­quo­ti­dien.com

Au cours du der­nier mois, la parade pour la re­lève de la garde de la reine d’An­gle­terre, à Londres, a été com­man­dée par une fille d’Al­ma.

Le ma­jor Vé­ro­nique Ga­gné, in­gé­nieure en aé­ro­spa­tiale qui a dé­jà com­man­dé les équipes d’en­tre­tien des CF-18 de Ba­got­ville, a pu cô­toyer la fa­mille royale et dis­cu­ter en pri­vé avec le prince Charles pen­dant quelques mi­nutes, un hon­neur qu’elle n’au­rait pu ima­gi­ner quand elle s’est en­rô­lée en 2000, à l’âge de 17 ans.

Chaque an­née, la reine Eli­sa­beth in­vite un pays du Com­mon­wealth à ve­nir se­con­der, pen­dant quelques se­maines, la garde d’hon­neur de ses ré­si­dences royales de Bu­ckin­gham, de Saint-James et de Wind­sor, de même que la tour de Londres. Cette an­née, elle avait lan­cé son in­vi­ta­tion au Ca­na­da, et le pays a dé­ci­dé d’y dé­lé­guer, pour la toute pre­mière fois, l’Avia­tion royale ca­na­dienne (ARC), pour sou­li­gner le cen­te­naire de la Royal Air Force.

L’ARC a donc for­mé un contin­gent de 120 per­sonnes pro­ve­nant de toutes les bases aé­riennes du Ca­na­da, dont 35 mu­si­ciens de Tren­ton, et ce­lui-ci avait pour tâche de mon­ter la garde de­vant les quatre ré­si­dences royales, en al­ter­nance avec leurs confrères bri­tan­niques.

Le com­man­de­ment de la Force opé­ra­tion­nelle aérienne des ser­vices d’hon­neur de l’ARC a été confié au ma­jor Ga­gné.

Ca­na­diens et Bri­tan­niques se re­layaient toutes les 24 heures, et chaque fois, c’était l’oc­ca­sion de la gran­diose parade de la re­lève de la garde que com­man­dait Vé­ro­nique Ga­gné. À ce mo­ment, elle por­tait le titre de « Ca­pi­taine de la garde de la reine ».

« C’est quelque chose que je n’au­rais ja­mais ima­gi­né quand j’ai joint les Forces à 17 ans », a confié sa­me­di, au Pro­grès, la fille de Ber­trand Ga­gné et de Ma­rianne Trem­blay, quelques mi­nutes après la der­nière parade mar­quant la fin de la mis­sion. Le re­tour au Ca­na­da est pré­vu le 17 juillet. « J’ai été ho­no­rée qu’on m’ait de­man­dé d’as­su­mer cette fonc­tion, et j’ai été ter­ri­ble­ment tou­chée par l’ac­cueil qui nous était fait par les mil­liers de per­sonnes qui as­sistent, chaque jour, à la re­lève de la garde. »

Elle dit avoir ren­con­tré plu­sieurs Ca­na­diens qui se sont dits fiers de voir leurs com­pa­triotes di­ri­ger ces cé­ré­mo­nies. « Lors­qu’on mar­chait vers la foule pour al­ler prendre nos po­si­tions, on nous lan­çait des mots d’en­cou­ra­ge­ment, et les gens s’iden­ti­fiaient comme Ca­na­diens. »

RENCONTRE ROYALE

À l’is­sue de l’une de ces cé­ré­mo­nies, le ma­jor Ga­gné a eu l’oc­ca­sion de s’en­tre­te­nir avec le pre­mier pré­ten­dant au trône, le prince Charles. « Je lui ai ser­ré la main, et nous avons dis­cu­té pen­dant trois mi­nutes au pa­lais de Bu­ckin­gham. C’était très tou­chant. Il m’a po­sé des ques­tions sur l’ex­pé­rience que nous étions en train de vivre et m’a dit qu’il était heu­reux d’avoir l’Avia­tion royale ca­na­dienne par­mi eux. »

En plus de di­ri­ger les parades, l’Al­ma­toise de­vait veiller, en sa qua­li­té de plus haut gra­dé, aux dé­tails de la mis­sion ca­na­dienne, et s’as­su­rer que tout se dé­rou­lait dans le bon ordre et que les ef­fec­tifs né­ces­saires étaient en poste.

Les sen­ti­nelles ca­na­diennes pre­naient des tours de garde de 24 heures et se re­layaient chaque heure. Elles avaient évi­dem­ment droit aus­si à une pé­riode de som­meil.

— PHOTO COUR­TOI­SIE, CAPORALCHEF WILLIAM BOU­CHER

Le 25 juin, le ma­jor Vé­ro­nique Ga­gné a ac­cep­té le com­man­de­ment de la garde de la reine.

PHOTO 123RF

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.