Un vin au pro­fit de la Fon­da­tion de ma vie

FRAN­ÇOIS CHAR­TIER AU FES­TI­VAL DES VINS DE SA­GUE­NAY

Le Quotidien - - ACTUALITÉS - STÉ­PHANE BOU­CHARD sbou­chard@le­quo­ti­dien.com

Le som­me­lier Fran­çois Char­tier est en ville pour lan­cer Il Mi­cro­sco­pi (le mi­cro­scope), un vin rouge d’ori­gine ca­ta­lane dont 100 % des pro­fits sont re­dis­tri­bués à la Fon­da­tion de ma vie de l’hô­pi­tal de Chi­cou­ti­mi.

Pour la pe­tite his­toire, le vin a été créé en 2012 alors que l’oe­no­logue Irene Ale­ma­ny, une amie de Fran­çois Char­tier, ter­mi­nait des trai­te­ments de chi­mio­thé­ra­pie pour un cancer du sein qu’on lui avait diag­nos­ti­qué. Il tire son nom du mi­cro­scope à la fine pointe de la tech­no­lo­gie qu’il a per­mis de fi­nan­cer. Au­jourd’hui, si le mi­cro­scope est main­te­nant payé, le qua­trième mil­lé­sime de ce rouge sert tou­jours à fi­nan­cer de l’équi­pe­ment mé­di­cal en Catalogne.

« Quand j’ai ap­pris ce qu’il lui était ar­ri­vé et ce qu’elle fai­sait avec ce vin­là, j’ai tout de suite pen­sé : il faut faire quelque chose », ra­conte le som­me­lier re­con­nu in­ter­na­tio­na­le­ment en marge du Fes­ti­val des vins de Sa­gue­nay. Fran­çois Char­tier, qui vit à Bar­ce­lone, a donc dé­ci­dé d’im­por­ter au Qué­bec non seule­ment ce vin, mais aus­si le prin­cipe de bien­fai­sance qui l’ac­com­pagne. « Ça touche tout le monde. On connaît tous quel­qu’un qui de près ou de loin a été af­fec­té par le cancer », pré­cise-t-il.

IM­POR­TA­TION

Avec son agence pri­vée d’im­por­ta­tion, Les Vi­gne­rons de Char­tier, Fran­çois Char­tier a ame­né au Qué­bec une cen­taine de caisses de ce vin. Il re­met­tra tous les pro­fits des ventes à la Fon­da­tion de ma vie, à l’image de ce qu’Irene Ale­ma­ny fait avec les re­ve­nus de cette bou­teille.

« On m’a de­man­dé de faire un évé­ne­ment pour la fon­da­tion en no­vembre, pour cé­lé­brer son dixième an­ni­ver­saire. J’ai ra­con­té l’his­toire d’Il Mi­cro­sco­pi et ils ont tout de suite trou­vé ça ex­tra­or­di­naire. [...] Pour que le mon­tant que l’on verse soit un peu plus sub­stan­tiel, j’ai dé­ci­dé aus­si de ver­ser tout l’ar­gent qu’on va faire avec les évé­ne­ments que je monte. La fon­da­tion ne le sait pas en­core, mais je vais or­ga­ni­ser un évé­ne­ment en oc­tobre à Mon­tréal et on lui re­met­tra tous nos pro­fits. »

HIS­TOIRE DE FA­MILLE

En de­hors de la bonne cause qu’il sou­tient, ce vin dont le cé­page est le ca­ri­gnan, se dé­marque aus­si par son his­toire. C’est le grand-père d’Irene Ale­ma­ny qui a plan­té les vignes il y a plu­sieurs an­nées dé­jà. Elles com­mencent seule­ment à de­ve­nir ex­ploi­tables, no­tam­ment en rai­son des chan­ge­ments cli­ma­tiques. Le vi­gnoble qui le pro­duit est tout pe­tit, mais les plus grandes tables d’Es­pagne s’ar­rachent sa pro­duc­tion.

«C’est un vin qui est gor­gé de fruits. Il est prêt à boire à la mise en bou­teille, mais qui peut vieillir un peu, tout en sou­plesse et un peu épi­cé », in­dique Fran­çois Char­tier.

Ceux qui ai­me­raient s’en pro­cu­rer de­vront par contre s’ar­mer de pa­tience. De la cen­taine de caisses que Fran­çois Char­tier a im­por­tée, il ne res­tait qu’une tren­taine de bou­teilles, ven­dre­di soir.

Les ventes ra­pides de ce vin s’ex­pliquent tant par la bonne cause que par sa qua­li­té. « La qua­li­té prime tou­jours dans ces cas-là. La pre­mière bou­teille est fa­cile à vendre avec une cause comme celle-là. Si le vin n’est pas ter­rible, les gens ne re­viennent pas. »

— PHOTO LE PRO­GRÈS, MI­CHEL TREM­BLAY

Fran­çois Char­tier pré­sente son Il Mi­cro­sco­pi, un vin ca­ta­lan qui ser­vi­ra à fi­nan­cer la Fon­da­tion de ma vie

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.