MARC ST-HI­LAIRE

Le Quotidien - - ÉDITORIAL -

Après avoir fait le por­tait des cir­cons­crip­tions de Ro­ber­val et de Lac-Saint-Jean dans notre édi­tion de ven­dre­di, je­tons au­jourd’hui un re­gard sur celles de Jon­quière, de Chi­cou­ti­mi et de Du­buc.

Entre autres faits à consi­dé­rer, il est à pro­pos de rap­pe­ler que le chan­ge­ment est au coeur du dis­cours de la CAQ, qui mise sur un cou­rant po­pu­laire in­dé­niable. On n’a qu’à pen­ser à la der­nière élec­tion mu­ni­ci­pale, où de nom­breux maires consi­dé­rés ef­fi­caces ont été re­mer­ciés de leurs ser­vices sans autre rai­son ap­pa­rente que le dé­sir de re­muer l’échi­quier de la gou­ver­nance.

JON­QUIÈRE

Le pé­quiste Syl­vain Gau­dreault fut l’un des mi­nistres les plus per­for­mants du gou­ver­ne­ment Ma­rois. Son sé­jour au pou­voir, bien qu’éphé­mère, lui a per­mis de prou­ver sa va­leur au mi­nis­tère des Trans­ports et à ce­lui des Af­faires mu­ni­ci­pales, des Ré­gions et de l’Oc­cu­pa­tion du ter­ri­toire. Il jouit en­core d’un im­mense ca­pi­tal de sym­pa­thie. Or, il n’est pas in­sen­sible à la chute du PQ dans les son­dages, c’est évident. Con­trai­re­ment à Lac-Saint-Jean ou à Chi­cou­ti­mi, les élec­teurs de Jon­quière ont dé­jà tour­né le dos au Par­ti qué­bé­cois en 2001, lorsque le chef de l’époque, Lu­cien Bou­chard, a quit­té la po­li­tique ac­tive. La li­bé­rale Fran­çoise Gau­thier lui a suc­cé­dé comme dé­pu­tée, puis comme mi­nistre jus­qu’en 2007. Un can­di­dat de taille au sein de l’équipe de Fran­çois Le­gault, pro­pul­sé par une vague ca­quiste, pour­rait me­ner à un chan­ge­ment de cou­leur dans cette cir­cons­crip­tion. Rap­pe­lons-nous seule­ment la vague orange de 2011, alors que le néo-dé­mo­crate Claude Patry a dé­trô­né le con­ser­va­teur JeanPierre Blackburn, qui, comme Syl­vain Gau­dreault, sem­blait im­bat­table en dé­but de cam­pagne.

CHI­COU­TI­MI

De­puis 1973, le PQ règne sur Chi­cou­ti­mi ; une his­toire d’amour de près d’un de­mi-siècle qui a vu dé­fi­ler les Marc-André Bé­dard, Jeanne Blackburn, Sté­phane Bé­dard et l’ac­tuelle dé­pu­tée Mi­reille Jean. Élue en 2016 dans le cadre d’une par­tielle, Mi­reille Jean n’a eu que deux ans pour se faire un nom et une no­to­rié­té au­près de l’élec­to­rat. Elle a été brillante lors de sa cam­pagne, d’au­tant qu’elle de­vait com­po­ser avec un chef contes­té dans sa cir­cons­crip­tion, Pierre Karl Pé­la­deau, qui avait pro­vo­qué la dé­mis­sion de Sté­phane Bé­dard quelques mois plus tôt. À l’in­té­rieur de son man­dat écour­té, Mi­reille Jean de­vait par contre sor­tir de l’ombre de Syl­vain Gau­dreault et d’Alexandre Clou­tier, une tâche qui était vi­si­ble­ment trop im­po­sante en si peu de temps. Comme dans Jon­quière et Ro­ber­val, elle ne sait tou­jours pas qui se­ra le can­di­dat que lui op­po­se­ra la CAQ. Par contre, la pré­sence d’une autre femme dans l’arène, la li­bé­rale Ma­rie-Jo­sée Mo­ren­cy, qui, comme elle est is­sue du monde des af­faires, au­ra sans doute un ef­fet de di­vi­sion dans cette ca­té­go­rie d’élec­teurs. Entre les branches, cer­tains af­firment que la CAQ sou­hai­te­rait elle aus­si pré­sen­ter une femme. Cette ru­meur se dé­fend. Aus­si se­rait-il très pé­rilleux de pré­dire l’is­sue de l’élec­tion. Si le par­ti de Fran­çois Le­gault met la main sur une per­son­na­li­té bien connue et res­pec­tée dans Chi­cou­ti­mi, cette course se­ra ser­rée jus­qu’à la fin.

DU­BUC

Vrai­sem­bla­ble­ment, ce se­ra aus­si une chaude lutte dans Du­buc. Le li­bé­ral Serge Si­mard est ap­pré­cié de ses élec­teurs et il leur a bien ren­du, grâce à un tra­vail honnête. Il n’a tou­te­fois pas eu la chance de se faire va­loir au sein du ca­bi­net mi­nis­té­riel de Phi­lippe Couillard, ce qui a li­mi­té son pou­voir d’ac­tion. Au terme de son pre­mier man­dat, en 2012, les élec­teurs lui avaient pré­fé­ré le pé­quiste Jean-Ma­rie Cla­veau. Puis, moins de deux ans plus tard, il a ven­gé sa dé­faite en re­pre­nant son siège. Cer­tains in­dices tendent à dé­mon­trer que cette cir­cons­crip­tion, long­temps pé­quiste, a ap­pris à se ran­ger du cô­té du pou­voir de­puis quelques élec­tions. Qui plus est, le can­di­dat ca­quiste, Fran­çois Trem­blay, a oeu­vré comme conseiller mu­ni­ci­pal de Sa­gue­nay et bé­né­fi­cie d’un sens po­li­tique ai­gui­sé. As­su­ré­ment, Du­buc est à la por­tée de Fran­çois Le­gault.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.