En forme pour du­rer

Le Quotidien - - SEXOLOGIE -

moi congé­die au­jourd’hui l’in­fir­mière que je suis aus­si.

Puisque qu’une in­suf­fi­sance ré­nale, la cé­ci­té, l’an­gine de poi­trine, les caillots ou je ne sais trop quoi ne semblent, du moins pour plu­sieurs, ja­mais vous in­ter­pel­ler au­tant qu’un pé­nis en souf­france, lais­sez-moi vous par­ler de pré­ven­tion de la dys­fonc­tion érec­tile et par consé­quent, d’autres pro­blèmes prio­ri­taires de santé. in­dé­nia­ble­ment deux, sans « pool » de sang, dif­fi­cile pour mon­sieur pé­nis de se mettre en érec­tion. Sans faire le Grand dé­fi Pierre La­voie, un trente mi­nutes de marche quo­ti­dienne a fait ses preuves en termes de pré­ven­tion, mais aus­si d’amé­lio­ra­tion des symp­tômes de la­dite pro­blé­ma­tique érec­tile. MY­RIAM BOU­CHARD In­fir­mière-sexo­logue à l’hy­per­cho­les­té­ro­lé­mie, l’hy­per­gly­cé­mie et l’hy­per­ten­sion ar­té­rielle.

Qui n’a ja­mais vu cette photo de ci­ga­rette mol­las­sonne imi­tant in­dé­nia­ble­ment cette verge en manque de to­nus ? Image sai­sis­sante, pre­nant qua­si la su­per­fi­cie to­tale du pa­quet de ci­ga­rettes, net­te­ment pas pour rien.

Au diable cancer du pou­mon, si vous êtes du type à si­phon­ner le mé­got, sa­chez que votre pré­va­lence à faire niet les soirs de grandes cé­lé­bra­tions se voit consi­dé­ra­ble­ment plus éle­vée que chez ce bougre aux pou­mons roses. Re­mer­ciez cette ni­co­tine en­core à la base d’une per­tur­ba­tion cir­cu­la­toire et tant qu’à y être, aus­si ex­cel­lente pour faire pa­ni­quer votre li­bi­do.

Qui après une soi­rée bien ar­ro­sée ne s’est pas vu dans l’in­ca­pa­ci­té d’opé­rer ? Anec­do­tique la fois de l’an­née où ça ar­rive, tout au­tre­ment lorsque la sé­quence se ré­pète avec une le­vée du coude im­por­tante.

Ayant un im­pact sur la sé­cré­tion de la tes­to­sté­rone, entre autres, une consom­ma­tion ex­ces­sive d’al­cool peut aus­si être une cause in­dé­niable du trouble érec­tile.

Que de stress vous ha­bite mes pauvres hommes ! « Co­ol Raoul, re­laxe Max », ai-je si sou­vent en­vie de vous ré­pé­ter. Pré­oc­cu­pés au point de ne pas ban­der, voi­ci le lot de plus d’un. La grande ques­tion reste à sa­voir après quoi cou­rez­vous tant ? Qu’y a-t-il de si im­por­tant pour que la dé­tente de­vienne à ce point in­ac­ces­sible ? Quand le pé­nis ab­dique, il y a main­te­nant lieu de re­voir l’im­por­tant pour vous.

Pro­prié­taires de phal­lus, vous en êtes les grands res­pon­sables. Parce qu’une vie sexuelle épa­nouis­sante consti­tue aus­si une sphère de votre santé glo­bale, à vous de jouer comme prin­ci­pal in­ter­ve­nant. À votre main­te­nance !

— PHOTO 123RF

En plus d’amé­lio­rer la santé glo­bale, faire de l’exer­cice per­met aus­si de gar­der la forme... au lit.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.