Du ski de haute route dans le nord du Lac

Le Quotidien - - LA UNE - GUILLAUME ROY re­dac­[email protected]­quo­ti­dien.com

De­puis deux ans, un groupe de skieurs de haute route dé­frichent un nou­veau ter­rain de jeu sur le mont des Al­le­mands, dans le nord du Lac-Saint-Jean, of­frant un mé­lange d’aven­ture et de dé­fi per­son­nel pour les adeptes de pou­dreuse.

En se pro­me­nant dans les che­mins fo­res­tiers sur la ZEC des Passes, Guillaume Trem­blay Bou­let, un in­gé­nieur fo­res­tier au mi­nis­tère de la Faune, de la Fo­rêt et des Parcs (MFFP), a dé­ce­lé un im­pres­sion­nant po­ten­tiel pour le ski de haute route, il y a trois ans. « Au ki­lo­mètre 60, on re­trouve des landes fo­res­tières sur des mon­tagnes qui font près de 150 mètres de haut, ex­plique-t-il. C’était su­per à skier, mais l’en­goue­ment pour la mo­to­neige hors-piste a ren­du le sec­teur in­uti­li­sable pour les skieurs », dé­plore l’adepte qui a ten­té de pré­ser­ver un cou­loir de neige pou­dreuse en ajou­tant des pan­cartes, mais sans suc­cès.

À dé­faut de pou­voir pro­fi­ter des champs de neige dans les landes, Guillaume Trem­blay Bou­let et sa conjointe Ju­lie Les­sard, qui ont dé­cou­vert le ski de haute route, aus­si ap­pe­lé ski hors-piste ou ski de mon­tagne, au mont Lac-Vert, puis au mont Édouard, se sont mis à la re­cherche de mon­tagnes ac­ces­sibles pour faire des amé­na­ge­ments spé­ci­fiques pour le ski de haute route. Grâce à leur sa­voir-faire en car­to­gra­phie et en géo­ma­tique (Ju­lie Les­sard est géo­ma­ti­cienne au MFFP), ils ont re­pé­ré les sec­teurs à fort po­ten­tiel, avant de sé­lec­tion­ner une mon­tagne dans le sec­teur du lac Alex sur la ZEC des Passes, au nord de SaintLud­ger-de-Mi­lot. « On cher­chait une mon­tagne à proxi­mi­té de la route pour mi­ni­mi­ser le temps de dé­pla­ce­ment », note l’in­gé­nieur fo­res­tier.

À l’au­tomne 2017, Guillaume Trem­blay Bou­let réus­sit à ob­te­nir tous les per­mis et au­to­ri­sa­tions né­ces­saires pour dé­brous­sailler une pre­mière piste. Avec Ju­lie Les­sard, il re­crute un groupe de bé­né­voles (dont l’au­teur de ces lignes) pour dé­ve­lop­per un nou­veau ter­rain de jeu, sur le mont des Al­le­mands, nom­mé in­for­mel­le­ment ain­si en l’hon­neur d’un camp de pri­son­niers al­le­mands qui a été construit dans le sec­teur pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale.

Dans un pre­mier temps, les adeptes ont amé­na­gé une pre­mière piste ou­verte, sur un ver­sant où l’on re­trouve une pente moins forte, entre 20° et 25° d’in­cli­nai­son, pour per­mettre à tous les pra­ti­quants d’y trou­ver leur compte. Pour ajou­ter un peu de confort à l’ex­pé­rience, ils ont fait l’achat d’une ca­bane à pêche qui fait of­fice de cha­let de ski, ques­tion de se ré­chauf­fer au pied des pentes.

C’est ain­si qu’à l’hi­ver 2017-18, quelques fer­vents de neige pou­dreuse ont pu sa­vou­rer la joie de des­cendre la piste qu’ils avaient eux­mêmes dé­fri­chée. « C’est sti­mu­lant de fa­çon­ner la pente à notre goût, parce que chaque nou­velle ouvre la porte à de nou­veaux dé­fis, sou­tient Ju­lie Les­sard, qui trouve une source de fier­té à avoir amor­cé ce pro­jet. Il nous per­met de skier des sec­teurs qui n’au­raient pas vu le jour sans notre im­pli­ca­tion, et de pro­fi­ter plei­ne­ment de l’hi­ver à proxi­mi­té de chez nous. »

Cette pre­mière piste a aus­si per­mis de faire connaître le sport à des skieurs ha­bi­tués aux centres de ski, comme Pa­trice Dro­let. «C’est vrai­ment sa­tis­fai­sant de mon­ter la pente par ses propres moyens et de skier dans la pou­dreuse, dit-il. C’est un vrai dé­pay­se­ment, une aven­ture qui per­met de se dé­pen­ser plei­ne­ment.»

Au cours de l’an­née, le groupe de skieur a fon­dé un or­ga­nisme à but non lu­cra­tif, Ski hors-piste LacSaint-Jean (SHPLSJ), pour faire la pro­mo­tion du sport. Plus ré­cem­ment, l’OSBL a re­çu un fi­nan­ce­ment de la Fé­dé­ra­tion qué­bé­coise de mon­tagne et d’es­ca­lade (FQME), en s’af­fi­liant à son ré­seau qui compte main­te­nant 14 sites, pour dé­ve­lop­per une deuxième piste sur un ter­rain plus abrupt avec une pente de 30° à 40° d’in­cli­nai­son sur un dé­ni­ve­lé de 210 mètres.

En s’as­so­ciant à la FQME, les pro­mo­teurs ob­tiennent ain­si une as­su­rance en res­pon­sa­bi­li­té ci­vile et les pra­ti­quants doivent payer des frais de 32 $ pour la sai­son, ou 10 $ pour une jour­née pour ac­cé­der au site, ce qui donne éga­le­ment une as­su­rance in­va­li­di­té per­son­nelle et le trans­port d’ur­gence le cas échéant. « Chaque nou­veau membre nous donne pos­si­bi­li­té d’in­ves­tir dans de fu­turs sites ou sur les sites exis­tants », re­marque Maxime Bol­duc, di­rec­teur ski de mon­tagne pour la FQME, qui a vu le nombre de sites af­fi­liés dou­bler en 2018.

Étant don­né les risques as­so­ciés à la pra­tique du sport, Guillaume Trem­blay Bou­let re­com­mande d’être ac­com­pa­gné pour une pre­mière sor­tie. Tous les dé­tails sont dis­po­nibles sur la page Fa­ce­book de Ski hors piste Lac-Saint-Jean.

Au cours des pro­chaines an­nées, Ski hors piste Lac-Saint-Jean sou­haite amé­na­ger da­van­tage de pistes sur le mont des Al­le­mands et éven­tuel­le­ment trou­ver d’autres sites d’in­té­rêt dans la ré­gion. Les pro­mo­teurs planchent éga­le­ment sur l’idée d’of­frir un ser­vice de guide et d’of­frir des sé­jours en tente pros­pec­teurs sur des ter­ri­toires nor­diques.

— PHO­TOS LE PRO­GRÈS, GUILLAUME ROY

Les ama­teurs de ski de haute route peuvent s’amu­ser sur le mont des Al­le­mands, dans le nord du Lac-SaintJean.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.