LE CHARME OPÈRE

Le Quotidien - - À L’ÉCRAN - DA­NIEL CÔ­TÉ [email protected]­quo­ti­dien.com

L’hi­ver dans un vil­lage de rêve avec plein de côtes, de jo­lies mai­sons qui pour­raient re­po­ser au pied de l’arbre de Noël et de la neige, beau­coup de neige. Ce qui est en­core mieux, c’est la pré­sence de nom­breux en­fants, ceux qui se rap­pellent au bon sou­ve­nir des ama­teurs de la sé­rie qué­bé­coise La Guerre des tuques, ver­sion des­sin ani­mé. Le nou­vel épi­sode, pro­je­té en salle de­puis ven­dre­di, a pour titre La Course des tuques et pro­pose, une fois de plus, un élé­gant mé­lange de nos­tal­gie et d’aven­tures. Les plus vieux se­ront char­més par le ca­rac­tère in­tem­po­rel de ce long mé­trage réa­li­sé par Be­noit God­bout. Il ré­veille le sou­ve­nir des hi­vers d’au­tre­fois, quand une simple butte suf­fi­sait pour at­ti­rer des di­zaines de jeunes en quête de sen­sa­tions plus ou moins fortes. L’ab­sence d’adultes, ce qui fait pen­ser à la bande des­si­née Pea­nuts, ren­force cette im­pres­sion. Jouer de­hors, c’était pro­fi­ter d’une rare oc­ca­sion d’échap­per à tout en­ca­dre­ment.

La bande est de re­tour au mo­ment où se tient la course an­nuelle de luge. Tous an­ti­cipent une vic­toire du bolide conçu par le pe­tit gé­nie de la place, Fran­çois les Lu­nettes. Mais surprise, voi­ci qu’ap­pa­raît une ma­chine in­fer­nale créée par Zac, un nou­vel ar­ri­vant. Conduit par sa cou­sine, la belle Char­lie, il fi­nit pre­mier grâce à une tri­che­rie dont les contours ap­pa­raissent ra­pi­de­ment. C’est là, au fond, que le film com­mence vrai­ment. Une re­vanche est consen­tie et cette fois, l’en­jeu se­ra la grange où s’amusent les en­fants.

Fran­çois a été suf­fi­sam­ment étour­di pour en­ga­ger ses ca­ma­rades dans ce pa­ri sans ob­te­nir leur consen­te­ment. Le scé­na­rio le pré­sente donc sous un jour peu sym­pa­thique, une piste in­té­res­sante dans la me­sure où elle le place sur un pied d’éga­li­té avec ce­lui qui de­vrait être l’unique « méchant ». Or, Zac com­pose avec une bles­sure pro­fonde, pro­vo­quée par l’in­dif­fé­rence de ses pa­rents. Ils lui pro­curent tout l’ar­gent du monde, mais au­cune af­fec­tion, ce qui le rend si fé­roce que Char­lie ne veut plus faire l’es­pionne pour lui.

L’ami­tié du groupe est tes­tée, tout comme la re­la­tion entre les cou­sins. Le noeud de l’his­toire de­meure tou­te­fois la course fi­nale, et celle que nous sert l’équipe d’ani­ma­teurs re­cru­tée par la firme Carpe Diem est étour­dis­sante. Puis­qu’il n’y a au­cune règle, les sur­prises abondent sur fond d’in­no­va­tion tech­no­lo­gique. L’un vole. L’autre le me­nace avec des scies. Même la piste est mise à rude épreuve.

L’im­por­tant, c’est que les 82 mi­nutes que dure le film passent ra­pi­de­ment. Elles per­mettent d’en­tendre plu­sieurs chan­sons in­ter­pré­tées par Du­mas, Alex Nevs­ky, Co­ol Kids et la Jean­noise Alexe, entre autres, des pièces taillées sur me­sure pour le public cible. Bref, le dé­fi de pro­po­ser un bon di­ver­tis­se­ment, tout en met­tant en lu­mière une va­leur comme l’ami­tié, a été re­le­vé. La Course des tuques est le genre de film qui fait du bien à l’âme, au­tant qu’aux yeux, que se soit en ver­sion ré­gu­lière ou en 3D.

— PHOTO COURTOISIE, LES FILMS SÉ­VILLE

Ceux qui re­trou­ve­ront la bande qui avait ani­mé La Guerre des tuques, il y a trois ans, ne se­ront pas dé­çus. La deuxième pro­duc­tion de la sé­rie, La Course des tuques, se ré­vèle à la fois pal­pi­tante et char­mante.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.