«Nous croyons au po­ten­tiel de la plage des Cantons»

Le Reflet du Lac - - ACTUALITÉS - DA­NY JACQUES djacques@le­re­flet­du­lac.com

L’ac­ti­vi­té pré­sen­tée par la Co­opé­ra­tive de so­li­da­ri­té du mar­ché pu­blic de Ma­gog est ap­plau­die, mais la plage des Cantons ne re­pré­sente pas le meilleur en­droit pour vendre des fruits et des lé­gumes, se­lon eux.

Alain Albert a ma­ni­fes­té les plus vives ré­ac­tions, rap­pe­lant que la vo­ca­tion « mar­ché pu­blic» n’ap­pa­raît pas dans le plan di­rec­teur des parcs de Ma­gog. «Je dé­plore sou­vent le manque de vi­sion de la Ville, et en voi­ci un autre exemple. On de­vrait pré­voir des en­droits spé­ci­fiques pour dif­fé­rents types d’ac­ti­vi­tés, au lieu de dé­rou­ler ra­pi­de­ment le ta­pis rouge aux pre­miers pro­mo­teurs ve­nus », dé­plore-t-il.

M. Albert, qui ha­bite dans le sec­teur et qui s’op­po­sait au pro­jet Di­ver­ti­go à la plage des Cantons, croit que le mar­ché pu­blic nui­ra da­van­tage à plage des Cantons, plu­tôt que de la mettre en va­leur. « J’en­dosse la sub­ven­tion de 20 000 $ ac­cor­dée à cet or­ga­nisme, mais j’au­rais pré­fé­ré mettre l’équi­valent pour amé­lio­rer ce bi­jou de la ville », sug­gère-t-il en spé­ci­fiant que son in­ter­ven­tion n’a rien à voir avec la proxi­mi­té de son do­mi­cile.

Le ci­toyen craint éga­le­ment un ac­cès li­mi­té aux fa­milles et usa­gers de la plage pen­dant les jours d’ou­ver­ture du mar­ché. Se­lon lui, les es­paces de sta­tion­ne­ment risquent d’être consi­dé­ra­ble­ment ré­duits, sur­tout si le mar­ché pu­blic de­vient po­pu­laire.

Mal­gré ses ré­ti­cences, il as­sure qu’il n’or­ga­ni­se­ra pas de ré­sis­tance col­lec­tive pour s’op­po­ser au pro­jet.

L’an­cien conseiller mu­ni­ci­pal du sec­teur, Ro­bert Ranger, a éga­le­ment ex­pri­mé des doutes sur l’em­pla­ce­ment ci­blé. Lui aus­si ne com­prend pas le choix de l’an­cienne plage mu­ni­ci­pale, pré­fé­rant un site plus pas­sant comme le vaste ter­rain va­cant si­tué de­vant le Wal­mart.

Les élus ex­pliquent qu’il s’agit d’un pro­jet­pi­lote d’un an, même si une en­tente de trois ans a été si­gnée entre la Ville et la Co­opé­ra­tive de so­li­da­ri­té du mar­ché pu­blic de Ma­gog. Le conseil ac­corde une aide fi­nan­cière de 20 000 $, en plus d’ache­ter des équi­pe­ments es­ti­més à en­vi­ron 40 000 $ pour ac­com­mo­der les ex­po­sants. Ces in­fra­struc­tures pour­ront éga­le­ment ser­vir à d’autres fins et oc­ca­sions.

M. Rom­pré ajoute que l’en­tente est re­né­go­ciable chaque an­née pen­dant ces trois ans, au­tant sur l’em­pla­ce­ment que sur l’as­pect fi­nan­cier. «Nous croyons au po­ten­tiel de la plage des Cantons. Tant mieux si le mar­ché rem­porte un vif suc­cès, si­non on ré­éva­lue­ra notre tir», dit-il.

M. Rom­pré ex­plique que les ac­ti­vi­tés du mar­ché pu­blic se tien­dront sur le plus pe­tit sta­tion­ne­ment, mais sans tou­cher à l’an­cien la­by­rinthe. Ce­pen­dant, l’ac­cès de la po­pu­la­tion à la plage l’in­trigue un peu. En contre­par­tie, l’im­men­si­té du vaste sta­tion­ne­ment si­tué du cô­té Est le ras­sure, tout comme l’ac­ti­vi­té qui se tien­dra seule­ment aux deux se­maines, pour un to­tal de dix jours dans l’été.

D’autres em­pla­ce­ments, comme l’an­cien Ri­gol­feur sur la route 112 et de­vant le Wal­mart sur la rue Sher­brooke, ont été avan­cés. Tou­te­fois, aux dires de M. Rom­pré, la plage des Cantons est une de­mande pro­ve­nant des ar­ti­sans du mar­ché pu­blic.

Tout comme M. Albert (voir autre texte), le conseiller Rom­pré ne croit pas qu’une le­vée de bou­cliers s’or­ga­ni­se­ra pour s’op­po­ser au mar­ché pu­blic.

Le ci­toyen Alain Albert ap­pré­cie les mar­chés pu­blics, mais ne croit pas que les ache­teurs de fruits et lé­gumes ont be­soin d’une vue sur le lac pour ache­ter leurs pro­vi­sions. (Photo Le Re­flet du Lac/Archives)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.