FIERS D’ÊTRE FRAN­CO­PHONES

Le Reflet (The News) - - LA UNE - CA­RO­LINE PRÉVOST ca­ro­line.pre­vost@eap.on.ca

L’émo­tion était pal­pable chez les fran­co­phones et les fran­co­philes d’Em­brun et de la ré­gion mar­di der­nier, alors qu’a eu lieu l’inau­gu­ra­tion of­fi­cielle du Mo­nu­ment de la fran­co­pho­nie.

L’émo­tion était pal­pable chez les fran­co­phones et les fran­co­philes d’Em­brun et de la ré­gion mar­di der­nier, alors qu’a eu lieu l’inau­gu­ra­tion of­fi­cielle du Mo­nu­ment de la fran­co­pho­nie.

La fier­té pou­vait se lire sur les vi­sages des fran­co­phones et fran­co­philes qui ont été nom­breux à se dé­pla­cer pour as­sis­ter à l’inau­gu­ra­tion du Mo­nu­ment de la fran­co­pho­nie d'Em­brun et la ré­gion.

« Au­jourd’hui, chers amis, je vous in­vite à por­ter un re­gard fier sur notre mo­nu­ment », a dé­cla­ré le pré­sident du co­mi­té or­ga­ni­sa­teur Mo­nu­ment Em­brun et la ré­gion, Claude Gré­goire. Ce der­nier a fait va­loir le ca­rac­tère his­to­rique de ce mo­nu­ment pour les gé­né­ra­tions à ve­nir.

« (Ce mo­nu­ment est) un legs de notre vil­lage, de notre pa­roisse, de l’édu­ca­tion, de l’agri­cul­ture et en­fin, un legs de qui nous sommes et de celles et ceux qui nous ont pré­cé­dés. Je rê­vais d’une grande fran­co­pho­nie. Me voi­là de­vant cette réa­li­té, un mo­nu­ment qui en est l’écho. »

M. Gré­goire a sou­li­gné la per­sé­vé­rance du co­mi­té or­ga­ni­sa­teur. « Après deux ans de tra­vail in­tense de la part d’une équipe ex­cep­tion­nelle, voi­ci le ré­sul­tat. » Il a éga­le­ment re­mer­cié les col­la­bo­ra­teurs qui ont sou­te­nu le pro­jet fi­nan­ciè­re­ment. « Vos noms y se­ront gra­vés et se­ront le re­flet de fran­co­phones en­ga­gés, por­teurs du flam­beau de notre belle langue »

La dé­pu­tée pro­vin­ciale de Glen­gar­ry-Pres­cott-Rus­sell, Aman­da Si­mard, s’est aus­si mon­trée très fière de cet ac­com­plis­se­ment com­mu­nau­taire. « Je suis avec vous non seule­ment à titre de votre dé­pu­té pro­vin­ciale mais aus­si à titre de fière Fran­co-on­ta­rienne d'Em­brun. Nous avons fi­na­le­ment un mo­nu­ment, un lieu de ras­sem­ble­ment, un sym­bole de notre fier­té. Notre fran­co­pho­nie, j’y tiens. »

Gilles Da­vid­son, ce­lui qui a conçu et des­si­né le mo­nu­ment, a fait va­loir cer­tains as­pects his­to­riques qu’il a in­té­grés dans le mo­nu­ment. « Si on se place à une ex­tré­mi­té, on peut voir la sil­houette sty­li­sée d’un ca­not et dou­ce­ment en sui­vant la courbe qui des­cend, on ar­rive au soc de la char­rue. Le ca­not de­vient un soc de char­rue, deux ou­tils qui ont été uti­li­sés par nos pre­miers an­cêtres ici. »

Ce mo­nu­ment est le 16e Mo­nu­ment de la fran­co­pho­nie en On­ta­rio. Il est le fruit d’un tra­vail achar­né de près de 20 bâ­tis­seurs. Le pro­jet a été Ini­tia­le­ment es­ti­mé à en­vi­ron 200 000 $. La com­mu­nau­té a contri­bué plus de 330 000 $, bien au-de­là des at­tentes .

—pho­to Ca­ro­line Prévost

« Au­jourd’hui, chers amis, je vous in­vite à por­ter un re­gard fier sur notre mo­nu­ment », a ex­pri­mé le pré­sident du co­mi­té or­ga­ni­sa­teur Mo­nu­ment Em­brun et la ré­gion, Claude Gré­goire. Ce der­nier a fait va­loir le ca­rac­tère his­to­rique de ce mo­nu­ment pour les gé­né­ra­tions à ve­nir. En mor­taise, des ac­teurs com­mu­nau­taires fran­co­phones ont ré­di­gé des textes qui ont été in­sé­ré dans une cap­sule du temps, qui re­po­se­ra sous le dra­peau fran­co-on­ta­rien. Les membres du co­mi­té or­ga­ni­sa­teur comptent sur les plus jeunes pour ou­vrir cette cap­sule du temps en 2043.

Pride shone through all the faces of Fran­co­phones and Fran­co­philes, ma­ny of whom tra­vel­led far to at­tend the inau­gu­ra­tion of the Mo­nu­ment de la fran­co­pho­nie d’Em­brun and the re­gion on Tues­day..

Une pré­sen­ta­tion mise sur pied par Fé­lix Saint-De­nis, de l’Écho d’un peuple, et in­ter­pré­té par des élèves des dif­fé­rentes écoles de la ré­gion a fait voya­ger le pu­blic à Em­brun, d’hier à au­jourd’hui.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.