Des re­fuges d’ani­maux dé­noncent l’eu­tha­na­sie de masse

Une pé­ti­tion a été lan­cée

Le Soleil - - ACTUALITÉS - CÉ­LINE FABRIÈS cfa­[email protected]­so­leil.com Adresse de la pé­ti­tion : spa­de­que­bec.ca/pe­ti­tion/

La Coa­li­tion des re­fuges de la ré­gion de Qué­bec a lan­cé, di­manche, une pé­ti­tion pour faire chan­ger les pra­tiques mu­ni­ci­pales de ges­tion ani­ma­lière dans plu­sieurs villes de la ré­gion de Qué­bec. Quelques se­maines après avoir com­pa­ré la po­li­tique de la ges­tion ani­ma­lière de la Ville de Qué­bec à un «abat­toir à chats», la Coa­li­tion a dé­ci­dé de pour­suivre son of­fen­sive pour faire chan­ger les pra­tiques.

« Si la po­pu­la­tion se pro­nonce en fa­veur des chan­ge­ments, ça va peut-être ame­ner les élus à écou­ter », a ex­pli­qué le pré­sident de la SPA de Qué­bec, Fé­lix Trem­blay.

Se­lon la Coa­li­tion, des mil­liers d’ani­maux do­mes­tiques, en bonne san­té phy­sique et men­tale, sont eu­tha­na­siés chaque an­née par manque de place. «C’est la me­sure la moins chère et qui de­mande le moins d’ima­gi­na­tion. Les ani­maux sont des vic­times in­no­centes » , dé­plore-t-il.

M. Trem­blay re­grette que les mu­ni­ci­pa­li­tés ne mettent pas en place des me­sures pour frei­ner la re­pro­duc­tion. Pour la Coa­li­tion, il existe des so­lu­tions éthiques al­ter­na­tives à l’eu­tha­na­sie de sur­po­pu­la­tion qui res­pon­sa­bi­lisent les pro­prié­taires et qui peuvent s’au­to­fi­nan­cer sans af­fec­ter l’im­pôt fon­cier.

« Des gens viennent nous voir pour nous dire que ça n’a pas de bon sens la fa­çon dont les ani­maux sont trai­tés», af­firme-t-il.

EN MODE SO­LU­TION

Après la sor­tie de M. Trem­blay sur les «abat­toirs à chats», le maire La­beaume avait ac­cu­sé la SPA de Qué­bec de faire du lob­bying, ce que ré­fute le pré­sident de la SPA. «C’est une mis­sion, pas du lob­by. Ça fait 150 ans que c’est comme ça», se dé­fend-il.

M. Trem­blay est éga­le­ment per­sua­dé que les chiffres qu’il avance sur le nombre d’eu­tha­na­sies par an­née à Qué­bec sont les bons. «Se­lon des chiffres de la Ville, il y a 30 000 chats er­rants à Qué­bec. Je connais la re­pro­duc­tion fé­line donc 1500 eu­tha­na­sies, c’est tout à fait plau­sible. J’ai du mal à voir com­ment le chiffre peut être plus bas.»

La Ville de Qué­bec avait ré­tor­qué que la SPA, lors­qu’elle était res­pon­sable du ser­vice de four­rière à Qué­bec, eu­tha­na­siait beau­coup plus d’ani­maux qu’ac­tuel­le­ment. Le pré­sident de la SPA de Qué­bec ex­plique les chiffres éle­vés du pas­sé par le fait qu’il n’y avait pas de dis­tinc­tion dans les sta­tis­tiques entre les eu­tha­na­sies des chats et chiens ma­lades et les eu­tha­na­sies pour sur­po­pu­la­tion et que la SPA gé­rait toute la ré­gion mé­tro­po­li­taine de Qué­bec. « Les ani­maux ma­lades, c’était la grande ma­jo­ri­té des eu­tha­na­sies. Mais l’en­jeu qu’il faut dire au­jourd’hui, c’est le mode de ges­tion. La Ville a lais­sé les chats se re­pro­duire», fait-il va­loir, tout en pré­ci­sant que la Coa­li­tion ne veut pas «une guerre» avec la Ville de Qué­bec, mais plu­tôt sen­si­bi­li­ser les élus.

La Ville de Qué­bec a pro­lon­gé d’un an le contrat de ges­tion ani­ma­lière confié au re­fuge Les Fi­dèles Mous­ta­chus cet au­tomne tout en vou­lant re­voir d’ici l’été l es pra­tiques de ses ser vices ani­ma­liers.

Au mo­ment d’écrire ces lignes, plus de 1500 per­sonnes avaient dé­jà si­gné la pé­ti­tion.

— PHOTOTHÈQUE LE SO­LEIL, YAN DOU­BLET

Se­lon la Coa­li­tion des re­fuges de la ré­gion de Qué­bec, des mil­liers d’ani­maux do­mes­tiques, en bonne san­té phy­sique et men­tale, sont eu­tha­na­siés chaque an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.