L’ex-Bâ­ton­nière lance sa propre étude d’avo­cats

Le Soleil - - ACTUALITÉS - IAN BUSSIÈRES ibus­[email protected]­so­leil.com

L’ex- Bâ­ton­nière du Qué­bec Lu Chan Khuong, qui de­puis 20 ans oeu­vrait au ca­bi­net de son époux Marc Bel­le­mare, a dé­ci­dé de lan­cer sa propre étude d’avo­cats où elle trai­te­ra elle aus­si des dos­siers d’in­dem­ni­sa­tion en as­su­rance-au­to­mo­bile et en sé­cu­ri­té du tra­vail.

« Oui, je s ors de ma zone de confort! Je lance un ca­bi­net avec mes va­leurs à moi, car je pense que l’ac­cès à la jus­tice n’existe pas tou­jours pour ceux qui n’en ont pas les moyens. Il faut prendre le temps de les ai­der, de leur ex­pli­quer c’est quoi, le droit », in­di­quet- elle en en­tre­vue avec Le So­leil. «C’est pour ça que chez LCK Avo­cats, l a pre­mière consul­ta­tion se­ra gra­tuite. Après 20 ans, je suis une spé­cia­liste dans le do­maine et je pour­rai ex­pli­quer ra­pi­de­ment aux clients s’ils ont ou non une cause.»

Lan­cée jeu­di, la nou­velle étude d’avo­cats au­ra pi­gnon sur rue à Qué­bec de même qu’un bu­reau à Mont­réal. « Je pars avec mes clients, mais il y a tel­le­ment de dos­siers et de clients po­ten­tiels au Qué­bec que je ne crois pas que je vais nuire au ca­bi­net de mon ma­ri. Je ne me vois pas comme étant en com­pé­ti­tion avec l ui. C’est plu­tôt une com­plé­men­ta­ri­té. C’est une grosse dé­ci­sion, mais j’ai l’ap­pui de Marc là-de­dans», pour­suit Me Khuong, rap­pe­lant qu’elle vise les clients qui n’ont peu ou pas de moyens.

« Ne nous ra­con­tons pas d’his­toire : il y a beau­coup de gens qui n’osent même pas ap­pe­ler chez Bel­le­mare Avo­cats car i l s ont peur de ne pas avoir les moyens de payer! Moi, après 20 ans, je suis ren­due là dans ma car­rière. J’es­père que d’autres avo­cats vont me suivre et faire comme moi. Quand on est spé­cia­liste dans un do­maine, c’est bien de pou­voir don­ner de son temps, c’est gra­ti­fiant, car ça peut vrai­ment chan­ger la vie des gens qui ne sont pas tous égaux de­vant des or­ga­nismes comme la So­cié­té de l’as­su­rance- au­to­mo­bile du Qué­bec ou la Com­mis­sion des normes, de l’équi­té et de la sé­cu­ri­té du tra­vail», conclut-elle.

CONTRO­VERSE EN 2015

Dé­ten­trice de bac­ca­lau­réats en droit et en ad­mi­nis­tra­tion de même que d’une maî­trise en ad­mi­nis­tra­tion des Af­faires, Me Khuong a été Bâ­ton­nière du Bar­reau du Qué­bec pen­dant quatre mois en 2015.

Une contro­verse qui a écla­té après qu’elle ait re­con­nu avoir fait l’ob­jet d’une plainte po­li­cière pour vol à l’éta­lage avait ce­pen­dant ame­né le Con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion du Bar­reau à ré­cla­mer sa dé­mis­sion, puis à la sus­pendre quand elle avait re­fu­sé de dé­mis­sion­ner. Celle qui n’a ja­mais fait l’ob­jet d’ac­cu­sa­tions cri­mi­nelles et a pro­fi­té du pro­gramme de non- ju­di­cia­ri­sa­tion de cer­taines i nfrac­tions avait f i na­le­ment ac­cep­té de quit­ter son poste en sep­tembre 2015.

Beau­coup de gens n’osent même pas ap­pe­ler chez Bel­le­mare Avo­cats, car ils ont peur de ne pas avoir les moyens de payer! Moi, après 20 ans, je suis ren­due là dans ma car­rière. J’es­père que d’autres avo­cats vont me suivre et faire comme moi

— Me Lu Chan Khuong

— PHOTOTHÈQUE LE SO­LEIL, PAS­CAL RATTHÉ

Après 20 ans au sein du ca­bi­net de son époux Marc Bel­le­mare, l’ex-bâ­ton­nière Lu Chan Khuong a lan­cé jeu­di une nou­velle étude pour les gens qui ont peu ou pas de moyens.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.