Les avan­tages de la pé­rio­di­sa­tion

Le Vortex de Bagotville - - LE MOT DU COMMANDANT -

De­puis la nuit des temps, l’hu­main use de la pla­ni­fi­ca­tion ou de la pé­rio­di­sa­tion pour struc­tu­rer ses ob­jec­tifs et ses jour­nées. Que ce soit il y a 30 000 ans, lorsque l’homme pla­ni­fiait ses éven­tuelles at­taques contre les mam­mouths, ou au­jourd’hui pour une ren­contre de bu­reau avec ses col­lègues, nous avons tou­jours em­ployé cette stra­té­gie. Il en va de même pour l’entrainement. Il est pos­sible de di­vi­ser la pla­ni­fi­ca­tion de l’entrainement phy­sique en plu­sieurs cycles.

L’ob­jec­tif de di­vi­ser l’entrainement en plu­sieurs cycles est de per­mettre une adap­ta­tion pro­gres­sive, suite au stress im­po­sé pen­dant les en­trai­ne­ments ( prin­cipe d’adap­ta­tion). Vous pour­riez ain­si pla­ni­fier des ob­jec­tifs pour chaque cycle. De plus, le vo­lume et l’in­ten­si­té de l’entrainement pour­ront être ajus­tés au cou­rant des se­maines afin d’at­teindre les ob­jec­tifs vi­sés. Ce­la amè­ne­ra une di­mi­nu­tion des risques de bles­sures, une pro­gres­sion ef­fi­cace des ap­ti­tudes phy­siques, tech­niques, tac­tiques et men­tales, l’évi­te­ment du sur­en­trai­ne­ment et l’aug­men­ta­tion de la mo­ti­va­tion. Plus pré­ci­sé­ment, avec l’été qui ar­rive à grands pas, le re­tour à la course à pied ou le trans­fert de la course in­té­rieur vers la course ex­té­rieur va tou­cher plu­sieurs per­sonnes. La pé­rio­di­sa­tion se­ra un ou­til in­dis­pen­sable, que ce soit pour com­plé­ter un dix mi­nutes de course en conti­nu ou pour ter­mi­ner un ma­ra­thon. Dès les pre­mières se­maines, des chan­ge­ments phy­siques vont s’opé­rer suite à vos séances de course.

Chan­ge­ments mus­cu­laires

Les muscles se­ront plus ef­fi­caces à con­som­mer de l’oxy­gène ( pre­mière source d’éner­gie lors d’ef­forts de longue du­rée) ce qui amé­lio­ra l’ef­fi­ca­ci­té des muscles et fa­ci­li­te­ra l’éli­mi­na­tion des dé­chets mus­cu­laires ( acide lac­tique).

Les pou­mons et le sys­tème san­guin

Votre coeur et vos pou­mons vont en­voyer une plus grande quan­ti­té d’oxy­gène par mi­nute ( VO2Max.) jus­qu’à vos muscles. Pour une per­sonne sé­den­taire, le VO2Max. peut pro­gres­ser de 5 à 30 % au dé­but. Plu­sieurs autres chan­ge­ments vont se pro­duire, tels qu’une meilleure uti­li­sa­tion des nu­tri­ments, des chan­ge­ments hor­mo­naux et la di­mi­nu­tion du ni­veau de stress. Une pro­gres­sion har­mo­nieuse de ces sys­tèmes re­quiert du temps et une charge d’entrainement pro­gres­sive. Par exemple, en dé­but de sai­son, une per­sonne dé­bu­tant la course au­ra avan­tage à al­ter­ner des pé­riodes d’une mi­nute de marche et une mi­nute de course, afin de di­mi­nuer les risques de bles­sures. En ré­su­mé, il est pré­fé­rable de dé­bu­ter len­te­ment pour ter­mi­ner en force, plu­tôt que de com­men­cer en lion pour ter­mi­ner en mou­ton. Afin d’avoir du plai­sir et d’op­ti­mi­ser vos en­trai­ne­ments, nous vous in­vi­tons à consul­ter votre équipe du condi­tion­ne­ment phy­sique pour pla­ni­fier l’entrainement de vos ac­ti­vi­tés phy­siques. L’équipe PSP du condi­tion­ne­ment phy­sique

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.