2019, l’an 1 de l’élec­tro­mo­bi­li­té

De­puis le temps que c’est dans l’air, 2019 pro­met d’être l’an­née où l’in­dus­trie au­to­mo­bile en­tame un vé­ri­table vi­rage élec­trique. Les nou­veau­tés au­tom­nales sont les pre­mières d’une longue sé­rie qui pro­mettent en­fin de ren­ver­ser l’hé­gé­mo­nie du mo­teur therm

Les Affaires Plus - - En Couverture - par Alain McKen­na

Les nou­veau­tés au­tom­nales sont les pre­mières d’une longue sé­rie qui pro­mettent en­fin de ren­ver­ser l’hé­gé­mo­nie du mo­teur ther­mique.

Des voi­tures élec­triques et des vé­hi­cules à mo­teur hy­bride re­char­geable cir­culent sur la route de­puis des an­nées dé­jà. La nou­veau­té, c’est qu’on ver­ra ap­pa­raître des vé­hi­cules plus abor­dables dont le for­mat et l’au­to­no­mie n’ont rien à en­vier à leurs ho­mo­logues à es­sence.

Pour ri­va­li­ser avec Tes­la et Che­vro­let, Nis­san ajou­te­ra une deuxième bat­te­rie au ca­ta­logue pour la Leaf 2019, qui fe­ra mon­ter son au­to­no­mie à près de 340 ki­lo­mètres. Hyun­dai et Kia pro­po­se­ront, pour leur part, des Ko­na et des Ni­ro élec­triques à 380 ki­lo­mètres d’au­to­no­mie par charge, au bas mot. Ces deux VUS re­la­ti­ve­ment abor­dables risquent d’at­ti­rer plu­sieurs ache­teurs, vu la po­pu­la­ri­té de ce for­mat par­tout au pays.

Avec leurs bat­te­ries plus im­po­santes, ces vé­hi­cules pren­dront plus de temps à se re­char­ger. À la mai­son, on a gé­né­ra­le­ment le temps. Sur la route, les gens plus pres­sés de­vront trou­ver une borne de re­charge ra­pide (400 V), ca­pable de re- char­ger un bon pour­cen­tage de la bat­te­rie d’un vé­hi­cule com­pa­tible en 30 mi­nutes à peine. Seul hic : on compte peu de ces bornes au Qué­bec à l’heure ac­tuelle (en­vi­ron 150), mais les ré­seaux de bornes pu­blics et pri­vés, comme Cir­cuit élec­trique, Elec­tri­fy Ca­na­da et Char­geNow, en pro­mettent des mil­liers de plus par­tout au Ca­na­da d’ici quelques an­nées.

Des élec­triques plus abor­dables

En li­vrant en­fin ses pre­mières ber­lines Mo­del 3 au Ca­na­da, Tes­la, l’ico­nique marque ca­li­for­nienne du co­lo­ré PDG Elon Musk, confirme en quelque sorte un pa­ri éga­le­ment pris par Ge­ne­ral Mo­tors il y a un an dé­jà : il est pos­sible de com­mer­cia­li­ser une pe­tite voi­ture élec­trique en quan­ti­té suf­fi­sante pour ré­duire le coût de la tech­no­lo­gie.

Cet été, l’Ins­ti­tut du vé­hi­cule in­no­vant (IVI) de Saint-Jé­rôme a fait le cal­cul et est ar­ri­vé à la conclu­sion qu’en par­cou­rant 20 000 km par an­née, on pou­vait dans bien des cas amor­tir le coût d’achat d’une

voi­ture élec­trique en moins de trois ans, par­fois même plus vite.

Ces vé­hi­cules élec­triques pro­posent par ailleurs plus d’es­pace de char­ge­ment qu’on peut le croire, vu l’ab­sence d’une cy­lin­drée en­com­brante. Comme les mo­teurs élec­triques gé­nèrent un couple éle­vé d’en­trée de jeu, il en ré­sulte une conduite aux an­ti­podes des pre­mières hy­brides lentes, voire pa­res­seuses : leur com­por­te­ment rou­tier est dy­na­mique et risque même d’en sur­prendre plus d’un.

Des hy­brides bran­chables qui en mènent large

L’IVI es­time que plus de quatre pro­prié­taires de vé­hi­cules élec­triques sur cinq se branchent tous les soirs à la mai­son. Une re­charge com­plète peut prend cinq heures ou plus à l’aide d’une borne ré­si­den­tielle nor­male, mais un al­ler-re­tour au bou­lot épuise ra­re­ment toute la bat­te­rie, ce qui rend cette re­charge moins longue.

Pour ceux qui craignent de man­quer de jus, des vé­hi­cules hy­brides bran­chables sont tout in­di­qués. Ça tombe bien : les grands fa­bri­cants comptent en pro­duire plu­sieurs nou­veaux mo­dèles au fil des pro­chaines an­nées. Dé­jà, Mit­su­bi­shi a mis en vente l’Out­lan­der PHEV, une ver­sion de son VUS qui pro­pose une cin­quan­taine de ki­lo­mètres en mode pu­re­ment élec­trique, après quoi la cy­lin­drée à es­sence prend le re­lais.

Un autre avan­tage des mo­dèles hy­brides bran­chables est qu’ils peuvent se ré­vé­ler moins coû­teux, puis­qu’ils re­quièrent une bat­te­rie moins im­po­sante, le nerf de la guerre dans ce cré­neau. C’est ce qui fait dire à l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l'éner­gie ( ADEME), en France, que, d’ici 2030 à tout le moins, les vé­hi­cules hy­brides bran­chables se­ront plus at­trayants pour les ache­teurs de­vant sor­tir fré­quem­ment de la ville. En re­vanche, « il semble que l’ave­nir du pe­tit vé­hi­cule ur­bain soit pro­mis au vé­hi­cule élec­trique », ajoute l’agence.

Bref, à cha­cun son propre vé­hi­cule élec­trique. Le mo­ment est pro­pice, car cette an­née, ce n’est pas le choix qui manque.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.