Té­lé­com : Dans la jungle des forfaits ré­si­den­tiels

Êtes-vous de ceux qui paient sans re­gar­der leurs fac­tures de ser­vices de té­lé­vi­sion, d’ac­cès à In­ter­net et de té­lé­pho­nie fi­laire? Sa­chez que les Ca­na­diens dé­pensent en moyenne 1 569dol­lars par an­née pour ces ser­vices, in­dique le der­nier rap­port sur les co

Les Affaires Plus - - En Couverture - par Di­dier Bert

Vous avez réus­si à né­go­cier un bon for­fait cel­lu­laire ? Bra­vo ! Mais ce­lui-ci ne re­pré­sente en moyenne que 41 % de la fac­ture moyenne des Ca­na­diens en ma­tière de té­lé­com­mu­ni­ca­tions, se­lon le CRTC.

Pour­tant, il est pos­sible d’alléger sa fac­ture de ser­vices ré­si­den­tiels. Vous de­vriez vé­ri­fier chaque an­née si votre for­fait In­ter­net et vos ser­vices de té­lé­vi­sion cor­res­pondent à vos at­tentes... et à votre bud­get. Vous payez peut-être pour des chaînes que vous ne re­gar­dez ja­mais. Exa­mi­nez aus­si si votre consom­ma­tion de bande pas­sante évo­lue se­lon vos in­té­rêts per­son­nels et ceux de votre fa­mille.

Vé­ri­fiez vos be­soins

Com­men­cez par dres­ser sur une feuille de pa­pier la liste des chaînes qui vous sont fac­tu­rées. Du­rant une se­maine, poin­tez les chaînes que vous uti­li­sez réel­le­ment. Une fois la se­maine ter­mi­née, de­man­dez-vous si d’autres chaînes vous in­té­res­se­raient da­van­tage... ou si vous pré­fé­re­riez sim­ple­ment di­mi­nuer le nombre de chaînes pour les­quelles vous payez.

N’hé­si­tez pas à re­voir vos be­soins à la baisse. Ajou­tez en­suite des chaînes se­lon vos be­soins quand ils se pré­sentent, par exemple quand votre en­fant de­vient un ado avec de nou­veaux in­té­rêts.

Il est fa­cile de vé­ri­fier sa consom­ma­tion réelle de bande pas­sante sur In­ter­net. « Les four­nis­seurs donnent ha­bi­tuel­le­ment cette in­for­ma­tion sur la fac­ture », in­dique Rolf Tam, fon­da­teur et chef des opé­ra­tions de TelTam, un cour­tier en té­lé­com­mu­ni­ca­tions pour les ser­vices ré­si­den­tiels. Si la fac­ture ne pré­cise pas ce ren­sei­gne­ment, de­man­dez-le di­rec­te­ment à votre four­nis­seur.

Vé­ri­fiez votre vi­tesse réelle de connexion à l’aide des ou­tils en ligne sui­vants, en ef­fec­tuant des tests à dif­fé­rents mo­ments de la se­maine: fast.com/fr speed­test.net/fr band­wid­th­place.com Cette vi­tesse vous convient-elle? Ou bien vous ar­ra­chez-vous les che­veux à cause de la len­teur de votre connexion ? Vos be­soins dif­fèrent gé­né­ra­le­ment se­lon votre pro­fil de consom­ma­teur (voir en­ca­dré).

Des as­tuces à connaître

Au mo­ment de com­mu­ni­quer avec les four­nis­seurs de ser­vices, pen­sez bien à de­man­der le ta­rif qui cor­res­pond pré­ci­sé­ment à votre code pos­tal. Ne vous fiez pas aux vi­tesses moyennes d’ac­cès à In­ter­net, car elles peuvent va­rier beau­coup d’un pâ­té de mai­sons à un autre. « Par­lez à vos voi­sins, com­pa­rez avec les gens de votre quar­tier », pré­co­nise Rolf Tam. C’est comme un achat im­mo­bi­lier : vous de­vez com­pa­rer des offres équi­va­lentes sur le même ter­ri­toire. » Seul le ré­seau de Vi­déo­tron peut être con­si­dé­ré comme stable in­dé­pen­dam­ment de l’adresse, pré­cise le cour­tier.

La pé­riode des dé­mé­na­ge­ments et celle de la ren­trée sco­laire sont les deux mo­ments de l’an­née les plus pro­pices aux pro­mo­tions. Mais n’hé­si­tez pas à vous ren­sei­gner toute l’an­née. Vous n’êtes pas à l’abri d’une bonne sur­prise!

Les re­ven­deurs, oui, mais...

Les re­ven­deurs sont sys­té­ma­ti­que­ment moins chers si vous pre­nez un for­fait In­ter­net sans le for­fait té­lé ni le cel­lu­laire. Le dé­bit In­ter­net peut tou­te­fois va­rier à tout mo­ment, car ces re­ven­deurs achètent du vo­lume en gros. « Ils peuvent ré­duire la vi­tesse s’ils n’ont pas ache­té suf­fi­sam­ment de bande pas­sante pour l’en­semble de leurs clients », pré­vient Na­dir Mar­cos, fon­da­teur de PlanHub, un com­pa­ra­teur en ligne de forfaits té­lé­com.

Seuls les pro­prié­taires de ré­seaux peuvent vous ga­ran­tir une vi­tesse de connexion. Vous paie­rez plus cher pour cette fia­bi­li­té. Avec eux, l’avan­tage fi­nan­cier ré­side dans la pos­si­bi­li­té de faire des éco­no­mies sur l’achat de plu­sieurs ser­vices (In­ter­net, té­lé, cel­lu­laire).

Me­ner à bien les né­go­cia­tions

Com­men­cez par al­ler voir ce que la concur­rence a à vous of­frir. Ce­la vous don­ne­ra des ar­gu­ments pour né­go­cier avec votre four­nis­seur de ser­vices. Il est plus fa­cile d’ob­te­nir une re­mise quand on peut dire ce qu’offre un concur­rent et à quel prix.

« Il est dif­fi­cile de né­go­cier un meilleur ta­rif quand on est client de­puis plu­sieurs an­nées, constate Rolf Tam. La seule fa­çon d’y par­ve­nir est de dire qu’on va par­tir avec un concur­rent parce qu’il offre un meilleur for­fait. » Votre four­nis­seur de­vra alors s’ali­gner sur ce prix ou vous lais­ser par­tir. « C’est comme n’im­porte quelle né­go­cia­tion pour n’im­porte quel pro­duit, comme quand vous né­go­ciez un or­di­na­teur por­table dans un ma­ga­sin, ajoute- t- il. Sauf que la plu­part des gens ne le font pas pour leur for­fait ! »

Une ré­duc­tion pour vous gar­der

Les four­nis­seurs sont en­clins à né­go­cier, car ce­la leur coûte cher de connec­ter un lo­ge­ment, ex­plique Na­dir Mar­cos. Ils sont donc prêts à faire des ef­forts pour amor­tir leur in­ves­tis­se­ment.

Ce­la ex­plique qu’on peut conser­ver de bonnes condi­tions ta­ri­faires, même quand on s’at­tend à payer plus cher. Le prix de la pre­mière an­née est sou­vent pro­mo­tion­nel, puis le ta­rif grimpe. Or, « il y a tou­jours moyen de né­go­cier au bout de la pre­mière an­née afin de conser­ver le prix pro­mo­tion­nel au-de­là », af­firme Na­dir Mar­cos.

Si vous êtes lié par un contrat à du­rée dé­ter­mi­née, com­mu­ni­quez avec votre four­nis­seur de ser­vices trois mois avant la fin de votre for­fait. Le four­nis­seur au­ra in­té­rêt à né­go­cier, car il sait que vous avez le temps de com­pa­rer et de par­tir chez un concur­rent.

Une stra­té­gie de né­go­cia­tion

Votre four­nis­seur de ser­vices ne veut rien né­go­cier ? Rap­pe­lez à l’em­ployé du ser­vice à la clien­tèle que vous payez vos fac­tures à temps... et sou­li­gnez toutes les fois où vous avez dû su­bir des in­ter­rup­tions de ser­vice.

Il reste in­flexible ? De­man­dez à par­ler à son su­per­vi­seur.

Vous n’ob­te­nez tou­jours rien ? De­man­dez for­mel­le­ment à en­ta­mer la pro­cé­dure de ré­si­lia­tion. Vous se­rez alors orien­té vers le ser­vice de fi­dé­li­té, où tout est mis en oeuvre pour re­te­nir les clients sur le point de quit­ter.

+

Les re­ven­deurs sont sys­té­ma­ti­que­ment moins chers si vous pre­nez un for­fait In­ter­net sans le for­fait té­lé ni le cel­lu­laire. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.