Té­moi­gnages : Tra­vailleurs au­to­nomes en exil

Les Affaires Plus - - En Couverture -

Ces jeunes ont tout ven­du pour vivre et tra­vailler dans leur rou­lotte!

Où se trouvent les meilleurs en­droits pour les tra­vailleurs au­to­nomes no­mades ? Se­lon No­mad List, le site de ré­fé­rence qui re­cueille les avis de près de 65 000 tra­vailleurs au­to­nomes pro­ve­nant de par­tout au monde, les cinq meilleurs en­droits sont le village de Cang­gu, à Ba­li, en In­do­né­sie, Bu­da­pest, en Hon­grie, les villes de Chiang Mai et de Bang­kok, en Thaï­lande, ain­si que Ber­lin, en Al­le­magne. Ces des­ti­na­tions, par­ti­cu­liè­re­ment les quatre pre­mières, se dé­marquent pour leur ac­cès In­ter­net, le fac­teur sé­cu­ri­té, leur en­vi­ron­ne­ment de joie de vivre et sur­tout pour leur coût de la vie qui se main­tient sous la barre des 1 800 dol­lars amé­ri­cains par mois. À Chiang Mai, quelque 1 000 dol­lars amé­ri­cains par mois suf­fisent.

La pré­sence de Ber­lin au clas­se­ment peut être contes­tée en rai­son de son coût de la vie éle­vé, à plus de 3 000 dol­lars amé­ri­cains par mois, bien que l’Al­le­magne offre ac­tuel­le­ment un vi­sa pour at­ti­rer des tra­vailleurs pi­gistes sur son ter­ri­toire…

« Le choix d’une des­ti­na­tion plu­tôt qu’une autre est gé­né­ra­le­ment fait en fonc­tion d’un équi­libre entre le plai­sir et le tra­vail. Deux cri­tères sont tout de même es­sen­tiels : le coût de la vie et la vi­tesse moyenne de la connexion In­ter­net », sou­ligne Alexandre Com­tois, fon­da­teur du site Pige Qué­bec. Cette com­mu­nau­té Web re­groupe une pla­te­forme de contrats en ap­pel d’offres, un ré­per­toire de pi­gistes et d’autres res­sources pour tra­vailleurs au­to­nomes fran­co­phones.

De­puis le prin­temps der­nier, Alexandre et sa conjointe Amé­lie sont d’ailleurs de re­tour d’un sé­jour de plus de six mois en Thaï­lande. Juste avant de par­tir, ils ont tout ven­du, mai­son com­prise.

« Je dé­tiens une en­tre­prise Web, ce qui ouvre des portes sur un mode de vie plus flexible et no­made. J’ai sim­ple­ment be­soin de mon por­table, d’une lo­ca­tion Airbnb mu­nie d’une bonne connexion Wi-Fi ou d’un bon gros for­fait de don­nées que je par­tage entre mon té­lé­phone et mon or­di­na­teur por­table », ra­conte ce tra­vailleur au­to­nome âgé de 37 ans.

« En fait, pour­suit-il, ça prend un en­droit stable. Car être no­made nu­mé­rique, c’est pou­voir tra­vailler comme à la mai­son, peu im­porte où on s’ins­talle. Bien que l’on soit à l’ex­té­rieur, on conti­nue d’avoir un ho­raire de tra­vail de 30 à 50 heures se­maine. En gé­né­ral, on se garde de deux à trois jours se­maine pour vi­si­ter la ré­gion. »

Au mo­ment d’écrire ces lignes, le couple, de re­tour au Qué­bec, s’ins­tal­lait à Hat­ley, dans les Cantons-de-l’Est. Il bos­sait à re­cen­ser tous les centres col­la­bo­ra­tifs de la pro­vince où peuvent al­ler les tra­vailleurs au­to­nomes. « D’ici la fin de l’an­née, on veut créer le tout nou­veau ré­per­toire MaP­lace.Qué­bec qui re­grou­pe­ra des es­paces de tra­vail par­ta­gés, des ca­fés, des res­tau­rants, des pubs et autres en­droits pu­blics qui peuvent ac­cueillir pro­fes­sion­nels, tra­vailleurs au­to­nomes, en­tre­pre­neurs, étu­diants et autres no­mades nu­mé­riques », dit Alexandre Com­tois. Cette pla­te­forme s’adres­se­ra à deux pu­blics : les voya­geurs fran­co­phones à la re­cherche d’en­droits confor­tables où tra­vailler lors de leur pas­sage au Qué­bec, ain­si que les nom­breux té­lé­tra­vailleurs qué­bé­cois qui dé­si­rent chan­ger d’air.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.