Da­nièle Hen­kel

Les Affaires - - Actualités - Da­nièle Hen­kel da­niele.hen­[email protected] Chro­ni­queuse

75 ans de droit de vote pour les Qué­bé­coises... mais pas que ça

Le 25 avril 1940, il y a tout juste 75 ans, les femmes ob­te­naient le droit de vote au Qué­bec. Cé­lé­brer cet an­ni­ver­saire, c’est se sou­ve­nir, comme le sug­gère si bien la de­vise de notre belle pro­vince, mais aus­si rendre un hom­mage vi­brant à une poi­gnée de femmes fran­co­phones et an­glo­phones qui, avec dé­ter­mi­na­tion et per­sé­vé­rance, se sont bat­tues pour nous me­ner sur la voie d’une so­cié­té éga­li­taire et ou­verte. Ce qu’est de­ve­nu le Qué­bec au­jourd’hui.

Si nous sa­luons à l’unis­son cette écla­tante vic­toire de la femme, cer­tains n’hé­sitent pas à y mettre un pe­tit bé­mol. Une ré­serve qui ne s’ap­plique en rien à la lé­gi­ti­mi­té du com­bat, mais plu­tôt au temps qu’il a né­ces­si­té pour por­ter ses fruits dans une so­cié­té qué­bé­coise qui sem­blait plu­tôt ré­frac­taire au chan­ge­ment… et qui l’est en­core un peu à cer­tains égards.

Dans bon nombre de pays, le droit de vote avait été ac­cor­dé aux femmes dès le dé­but du 20e siècle. C’est en 1918 qu’elles ob­tiennent gain de cause pour les élec­tions fé­dé­rales au Ca­na­da.

Le contexte de la Pre­mière Guerre mon­diale les a quelque peu ai­dées. Elles tra­vaillent alors dans les usines pour rem­pla­cer les hommes par­tis au com­bat, et le gou­ver­ne­ment a ma­ni­fes­te­ment de plus en plus be­soin de leur ap­pui po­li­tique. Pro­ba­ble­ment une belle dé­mons­tra­tion que la li­ber­té passe aus­si par le tra­vail, mais plus im­por­tant en­core, cette dé­ci­sion fé­dé­rale ou­vrait la porte aux pro­vinces re­tar­da­taires qui em­boî­tèrent le pas très ra­pi­de­ment. C’est le Qué­bec qui a fer­mé cette longue marche vers l’éga­li­té, 15 ans après Terre-Neuve – qui le pré­cé­dait – et presque un quart de siècle après le Ma­ni­to­ba, qui avait ou­vert le bal en 1916.

Pour­quoi ce re­tard? Les rai­sons pour­raient sem­bler bien pué­riles 75 ans plus tard, mais les em­bûches étaient nom­breuses, no­tam­ment à cause de forces conser­va­trices très vi­vaces au Qué­bec. Les ac­tions des suf­fra­gettes étaient for­te­ment dé­criées par le cler­gé et par cer­tains in­tel­lec­tuels qui n’hé­si­taient pas à te­nir des pro­pos très vi­ru­lents sur la place des femmes qui, se­lon eux, de­vaient se li­mi­ter au rôle qu’elles avaient à jouer au foyer. Même cer­taines femmes s’op­po­saient à l’époque au suf­frage fé­mi­nin, es­ti­mant qu’en par­ti­ci­pant à la vie pu­blique elles pour­raient perdre leur pou­voir à la mai­son. Il au­ra fal­lu une guerre au Ca­na­da pour prendre conscience que les femmes étaient ca­pables d’autres choses qu’al­lai­ter, faire la cui­sine et le mé­nage… et beau­coup plus de temps au Qué­bec!

Un droit in­dis­so­ciable de ce­lui à l’édu­ca­tion

Si le droit de vote est la vic­toire la plus flam­boyante rem­por­tée par les femmes dans leur dif­fi­cile com­bat vers l’éga­li­té et la li­ber­té, je reste per­sua­dée qu’il n’a de rai­son d’être que s’il reste as­so­cié à un autre droit chè­re­ment ga­gné: ce­lui à l’édu­ca­tion. En­core au­jourd’hui, sur la pla­nète, des mil­lions de femmes qui n’ont pas eu le pri­vi­lège d’ap­prendre, s’ex­priment dans les urnes sous l’in­fluence d’un conjoint, d’un fils, d’un voi­sin ou, en­core plus grave, d’une en­ti­té re­li­gieuse qui al­tère leur ju­ge­ment et les choix éclai­rés qu’elles au­raient pu faire si elles avaient sim­ple­ment été édu­quées.

Nous avons la chance de vivre dans un pays, dans une pro­vince, où l’édu­ca­tion est libre et ou­verte à tous. Les femmes sont dé­sor­mais aus­si nom­breuses que les hommes dans les uni­ver­si­tés, voire plus nom­breuses dans cer­taines dis­ci­plines. Il a même été dé­mon­tré qu’elles étaient plus stu­dieuses et plus per­sé­vé­rantes dans la pour­suite de leurs études.

Le ré­sul­tat s’est vite fait sen­tir. Si elles ont ga­gné le droit de s’ex­pri­mer et ce­lui d’être élues, elles ont aus­si main­te­nant la li­ber­té de nous dé­mon­trer leurs com­pé­tences et de nous faire bé­né­fi­cier de leur sa­voir. Et qu’elles tra­vaillent sur un chan­tier, qu’elles conduisent un bus sco­laire, qu’elles pi­lotent un avion ou qu’elles soient tout sim­ple­ment ma­mans, elles jouent toutes un rôle dé­ter­mi­nant dans le pay­sage po­li­tique, éco­no­mique et cultu­rel du Qué­bec.

Une ten­dance qui se confirme d’an­née en an­née, no­tam­ment dans le monde de l’en­tre­pre­neu­riat. Non seule­ment elles y sont de plus en plus pré­sentes, mais les sta­tis­tiques confirment ré­gu­liè­re­ment une ré­duc­tion de l’écart qui les sépare des hommes, tant en ce qui concerne l’in­ten­tion de se lan­cer en af­faires que la créa­tion d’en­tre­prises. Elles re­pré­sentent pas loin du sixième des Qué­bé­cois qui ont cette in­ten­tion, et la moi­tié d’entre elles font of­fi­ciel­le­ment les dé­marches né­ces­saires. De plus en plus nom­breuses à être pro­prié­taires d’en­tre­prises, cer­taines contri­buent plus qu’à leur tour au rayon­ne­ment du Qué­bec à l’in­ter­na­tio­nal. Sources d’ins­pi­ra­tion et d’es­poir pour les gé­né­ra­tions mon­tantes, elles sont la dé­mons­tra­tion la plus écla­tante qu’au Qué­bec, tout est pos­sible et dans tous les do­maines, mais sur­tout que tout est à por­tée de femme! Si le che­min a été long et si­nueux pour ac­qué­rir des droits et li­ber­tés plus que lé­gi­times, il est éclai­ré au­jourd’hui par au­tant de réus­sites qui ne font que confir­mer l’éten­due de la dis­tance par­cou­rue en 75 ans.

On a l’ha­bi­tude de dire que der­rière tout grand homme, il y a une femme. J’ai sou­vent en­ten­du cette for­mule pro­ba­ble­ment fon­dée dans bien des cas, mais qui, même si elle va­lo­rise le rôle que peut jouer la femme dans la réus­site d’un homme, la place aus­si un peu dans son ombre. J’ai quant à moi l’im­pres­sion que, de­puis quelques dé­cen­nies, elle a plu­tôt ten­dance à de­ve­nir son so­leil.

Les femmes sont la dé­mons­tra­tion la plus écla­tante qu’au Qué­bec, tout est pos­sible et dans tous les do­maines.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.