Prêts pour un Plan Nord 2.0

Les Affaires - - Dossiers - Ma­rie Lyan re­dac­tion.le­saf­[email protected]

En ta­blant sur un in­ves­tis­se­ment du sec­teur minier de 22 mil­liards de dol­lars d’ici cinq ans, la re­lance du Plan Nord, an­non­cée le 8 avril par le pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard, pré­fi­gure des dé- bou­chés pour les ca­bi­nets ju­ri­diques. Se­lon Ann Bi­gué, res­pon­sable de l’équipe qui se consacre au Plan Nord chez Den­tons Ca­na­da, la nou­velle mou­ture pré­sen­tée par le gou­ver­ne­ment du Qué­bec « est plus réa­liste, car ses ob­jec­tifs sont bien dé­fi­nis. La mo­bi­li­sa­tion se fe­ra par étapes et se­ra fa­ci­li­tée par les pro­jets d’in­fra­struc­tures ».

Cette spé­cia­liste du droit au­toch­tone consi­dère que la nou­velle ap­proche, plus col­la­bo­ra­tive à l’égard des po­pu­la­tions lo­cales, de­vrait as­su­rer un meilleur suc­cès au pro­jet. « Au­pa­ra­vant, c’était un peu comme si le monde ex­té­rieur ar­ri­vait dans le ter­ri­toire du Plan Nord et s’im­po­sait da­van­tage », ré­sume-t-elle.

« Mal­gré le fait qu’on ne connaît pas en­core beau­coup de choses, ce plan sti­mu­le­ra for­cé­ment le développem­ent des ter­ri­toires du Nord et l’éco­no­mie », dit Gas­ton Des­ro­siers, as­so­cié di­rec­teur na­tio­nal chez Cain La­marre Cas­grain Wells.

Pour Pierre An­dré The­mens, as­so­cié di­rec­teur chez Da­vies, « la réus­site de ce plan dé­pen­dra sur­tout des prix du mar­ché ». Car si l’in­dus­trie mi­nière est tou­chée par la baisse du prix de res­sources comme le fer, d’autres mé­taux, dont le li­thium, les terres rares et le gra­phite, sont très re­cher­chés, no­tam­ment pour l’élec­tri­fi­ca­tion des trans­ports.

« Le développem­ent dé­pen­dra aus­si des in­ves­tis­se­ments que le gou­ver­ne­ment s’est en­ga­gé à réa­li­ser, comme le Port de Sep­tÎles, la troi­sième voie de che­min de fer et les routes d’ac­cès », pré­cise Na­dir An­dré, as­so­cié et chef ré­gio­nal du groupe Droit des au­toch­tones chez Bor­den Lad­ner Ger­vais (BLG).

Il rap­pelle que des pays tels que la Chine ont dé­jà mon­tré leur in­té­rêt au­près du gou­ver­ne­ment pro­vin­cial. « L’Inde a aus­si des in­dus­triels dé­jà pré­sents au Qué­bec, comme Ar­ce­lorMit­tal, qui ont be­soin des res­sources pour sou­te­nir le développem­ent des classes moyennes », dit M. An­dré.

Il ne faut pas ou­blier non plus les so­cié­tés amé­ri­caines, qui re­com­mencent à in­ves­tir.

Des équipes en place

De quoi sus­ci­ter l’in­té­rêt des ca­bi­nets d’avo­cats, qui ont tous pro­fi­té des di­verses mou­tures du Plan Nord pour as­su­rer la spé­cia­li­sa­tion de leurs équipes.

Par exemple, BLG a for­mé une équipe mul­ti­dis­ci­pli­naire de 80 per­sonnes à l’échelle nationale, dont une ving­taine au Qué­bec, qui com­prend des spé­cia­listes en fi­nan­ce­ment, en in­fra­struc­tures, en constructi­on et en droit au­toch­tone. Le ca­bi­net peut éga­le­ment comp­ter sur l’ex­per­tise de Na­dir An­dré, is­su d’une com­mu­nau­té au­toch­tone.

« Les né­go­cia­tions peuvent prendre bien plus de temps qu’une né­go­cia­tion entre deux en­tre­prises à To­ron­to, car il faut avoir ce de­gré de com­pré­hen­sion de la di­ver­si­té cultu­relle. Ce­la peut faire la dif­fé­rence entre une réus­site et un échec », ex­plique M. An­dré.

Fas­ken Mar­ti­neau mise entre autres sur la pré­sence, en tant qu’as­so­ciés, de Jean M. Ga­gné et Frank Ma­riage, qui viennent d’être élus res­pec­ti­ve­ment pré­sident du conseil de Mi­nal­liance et pré­sident de l’As­so­cia­tion de l’ex­plo­ra­tion mi­nière du Qué­bec. En droit au­toch­tone, la firme bé­né­fi­cie de l’ex­pé­rience de pro­fes­sion­nels comme Émi­lie Bun­dock et Ray­mond Ch­ré­tien, né­go­cia­teur en chef d’une en­tente his­to­rique entre le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da et les Cris du Qué­bec.

BCF a lui aus­si bâ­ti une équipe à Qué­bec, char­gée de re­grou­per les ex­per­tises en va­leurs mo­bi­lières et fi­nan­ce­ment, et d’as­su­rer les contacts avec les dif­fé­rents par­te­naires, ain­si qu’une an­tenne à Sep­tÎles. Le ca­bi­net adopte tou­te­fois une ap­proche pru­dente : « Quand il est né­ces­saire de re­dé­ployer les ef­forts concer­nant le Plan Nord, nous y sommes, mais nous ne fai­sons pas de ges­tion spé­ci­fique pour y être ab­so­lu­ment », ex­plique Ma­rio Char­pen­tier, as­so­cié di­rec­teur chez BCF.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.