Un re­mède à la mé­fiance

4 2 3 5 En­cou­ra­ger les jeunes en­tre­pre­neurs

Les Affaires - - Actualités - Mat­thieu Cha­rest mat­thieu.cha­[email protected] ET ART ISTIQ EL UE R U T C L é U li C n e D i o n ÉCO­NO­MIE MONT­RÉA­LAISE — AU­DREY NE­VEU

Le Qué­bec est plon­gé dans une pro­fonde « crise de confiance », et ce, « de­puis plu­sieurs an­nées », sou­tient l’Ins­ti­tut de la confiance dans les or­ga­ni­sa­tions (ICO). Un constat peu re­lui­sant, mais sur­tout, un ap­pel à l’ac­tion. L’Ins­ti­tut veut ré­ta­blir la confiance dans tous les pans de la so­cié­té qué­bé­coise, no­tam­ment dans le mi­lieu des af­faires. Une tâche im­mense à ac­com­plir, et tout un mou­ve­ment pour y par­ve­nir.

« [La confiance], ce se­ra l’en­jeu prin­ci­pal du do­maine des af­faires au cours des pro­chaines an­nées », croit Do­nald Riendeau, di­rec­teur gé­né­ral et fon­da­teur de l’ICO. À preuve, la confiance des Qué­bé­cois à l’égard de l’en­semble des pro­fes­sions est pas­sée de 65 % à 52 %, de 2002 à 2015, se­lon l’or­ga­nisme qui cite des études me­nées par Lé­ger.

« C’est ex­trê­me­ment im­por­tant, pour­suit le di­rec­teur gé­né­ral. Il y a un im­pact éco­no­mique lié aux enjeux de confiance. Notre ob­jec­tif, c’est de faire com­prendre à quel point le manque de confiance est un pro­blème criant, mais aus­si, qu’il est pos­sible de la ré­ta­blir. Pour ce faire, il faut d’abord im­pli­quer toutes les par­ties pre­nantes puis ins­tau­rer un dia­logue au sein des or­ga­ni­sa­tions. » Un som­met et des prix Pour sou­li­gner l’im­por­tance des enjeux de confiance et en­ta­mer le dia­logue, l’ICO a or­ga­ni­sé le Som­met in­ter­na­tio­nal de la confiance dans les or­ga­ni­sa­tions, les 21 et 22 mai, à Mon­tréal. Deux jours de confé­rences et de for­ma­tions, aux­quels ont par­ti­ci­pé entre autres Ca­ro­line Né­ron, pré­si­dente de Bi­joux Ca­ro­line Né­ron, De­nis Gal­lant, ins­pec­teur gé­né­ral de la Ville de Mon­tréal, Su­zanne Blan­chet, vice-pré­si­dente prin­ci­pale de Cas­cades, et Mi­chel Nadeau, di­rec­teur gé­né­ral de l’Ins­ti­tut sur la gou­ver­nance d’or­ga­ni­sa­tions pri­vées et pu­bliques (IGOPP). C’est pen­dant l’évé­ne­ment qu’ont été re­mis les « Sa­luts » de la confiance, des prix des­ti­nés à sou­li­gner les per­son­na­li­tés « qui ont le plus contri­bué à ré­ta­blir la confiance », aux yeux des Qué­bé­cois. Un poin­tage fon­dé sur le rang Les lau­réats des « Sa­luts » ont été choi­sis par un son­dage Web me­né par Ip­sos du 15 au 20 avril, au­près de 500 per­sonnes. Les per­son­na­li­tés ont d’abord été re­grou­pées dans six sec­teurs (po­li­tique, af­faires, sec­teur pu­blic, cultu­rel et ar­tis­tique, in­for­ma­tion et jour­na­lisme de même que ca­ri­ta­tif et so­cial) et clas­sées par la suite se­lon deux va­riables. La ques­tion po­sée était la sui­vante : « Qui a contri­bué le plus à amé­lio­rer la confiance du pu­blic en­vers son sec­teur d’ac­ti­vi­té ? » Les per­son­na­li­tés ont re­çu 10 points par pour­cen­tage quand elles étaient le pre­mier choix des per­sonnes son­dées, et 5 points lors­qu’elles consti­tuaient le deuxième choix. Ain­si, De­nis Co­derre, le pre­mier choix de 18 % des per­sonnes son­dées, a re­çu 180 points (18 x 10 points) et 75 autres points parce qu’il était le deuxième choix de 15 % des ré­pon­dants (15 x 5 points), pour un to­tal de 255 points, ce qui en fait le ga­gnant de la ca­té­go­rie po­li­tique. Le to­tal de points de­vient l’« in­dice », le­quel per­met de clas­ser les per­son­na­li­tés entre elles.

Un concours de po­pu­la­ri­té ?

Même si les ré­pon­dants choi­sissent, en règle gé­né­rale, des per­son­na­li­tés connues, il ne s’agit pas là d’un concours de po­pu­la­ri­té, se dé­fend Ip­sos. « Comme dans n’im­porte quelle étude, la po­pu­la­ri­té joue un rôle, dit Luc Durand, le pré­sident d’Ip­sos pour le Qué­bec. Mais si l’im­pact de la no­to­rié­té teinte un peu les ré­sul­tats, ça ne vient pas les biai­ser. » Le Conseil jeu­nesse de Mon­tréal veut faire de l’en­tre­pre­neu­riat jeu­nesse le prin­ci­pal le­vier de développem­ent éco­no­mique de Mon­tréal. Le Conseil a dé­voi­lé le 21 mai son avis « J’en­tre­prends ma ville », com­pre­nant 22 re­com­man­da­tions pour at­teindre cet ob­jec­tif, qui reste à quan­ti­fier. L’or­ga­nisme mu­ni­ci­pal veut entre autres faire pas­ser de 12 à 20 % la pro­por­tion d’ar­tistes en­tre­pre­neurs dans les pro­grammes d’Ac­cès culture. Cré­dit d’im­pôt pour le trans­fert d’en­tre­prise à un jeune en­tre­pre­neur, développem­ent d’in­cu­ba­teurs d’en­tre­prises, créa­tion d’un ré­gime d’ac­cès à l’en­tre­pre­neu­riat et d’un pro­gramme d’aide à la mo­der­ni­sa­tion pour la re­lève en­tre­pre­neu­riale sont no­tam­ment pro­po­sés pour sti­mu­ler la re­lève dans la mé­tro­pole.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.