Tou­risme Montréal : le vi­rage af­faires rap­porte

Les Affaires - - Actualités - Mar­tin Jolicoeur mar­[email protected]

L’in­dus­trie vient de connaître une ex­cel­lente sai­son es­ti­vale.

Le vi­rage « af­faires » qu’a im­po­sé le nou­veau pa­tron de Tou­risme Montréal à son or­ga­ni­sa­tion com­mence à por­ter ses fruits. Coïn­ci­dence ou non, deux ans après qu’Yves La­lu­mière eut pris les rênes de l’or­ga­nisme, l’in­dus­trie mont­réa­laise bat tous les re­cords.

La re­mon­tée du dol­lar amé­ri­cain par rap­port au huard y a cer­tai­ne­ment contri­bué, re­con­naît Yves La­lu­mière. « Mais ce n’est pas tout. On au­rait tort d’at­tri­buer tous nos suc­cès à ce seul fac­teur », dit-il.

Au cours des mois de juin, juillet et août, les hô­tels de la mé­tro­pole ont ven­du 30000 nui­tées de plus qu’en 2014 et leur taux d’oc­cu­pa­tion moyen a grim­pé à 86,1%. Cette em­bel­lie a per­mis à l’in­dus­trie hô­te­lière d’ac­croître ses ta­rifs de 4,75% à 171,90$ la nuit, en moyenne, et ses re­ve­nus de 7,54% à 211 mil­lions de dol­lars pen­dant l’été. On com­mence à en­vi­sa­ger sé­rieu­se­ment des in­ves­tis­se­ments dans de nou­veaux pro­jets hô­te­liers.

Ce re­bond s’ex­plique sur­tout par l’ac­crois­se­ment du « rub­ber tire mar­ket », cette clien­tèle qui nous ar­rive par route en provenance de l’On­ta­rio (+ 10%) et du nord-est des États-Unis (+ 33%). Les Eu­ro­péens pro­fitent aus­si d’une de­vise forte (l’eu­ro). Mais c’est sur­tout du cô­té de la France, où Tou­risme Montréal a dé­ployé ses ef­forts de mar­ke­ting, que la re­mon­tée a été la plus mar­quée (+ 5%).

En ré­su­mé, en dé­pit de condi­tions météo peu clé­mentes et d’une concur­rence pré­su­mée dé­loyale d’Airbnb, « ja­mais de­puis 20ans l’in­dus­trie tou­ris­tique mont­réa­laise n’a connu une meilleure sai­son es­ti­vale », dit le pdg de Tou­risme Montréal.

Le mé­nage

Yves La­lu­mière a suc­cé­dé il y a bien­tôt deux ans à l’an­cien mi­nistre Charles La­pointe, qui a été pdg de l’or­ga­nisme pen­dant 24 ans et dont la ges­tion a fait l’ob­jet de dures cri­tiques par le vé­ri­fi­ca­teur gé­né­ral du Qué­bec. Dé­vas­ta­teur, le rap­port de ce­lui-ci met­tait en lu­mière le laxisme de la di­rec­tion et l’ab­sence de contrôles fi­nan­ciers à Tou­risme Montréal.

« J’ar­ri­vais du sec­teur com­mer­cial [Ame­ri­can Express, Tran­sat Dis­tri­bu- tion]. Je n’étais pas pré­pa­ré à ce genre de tour­mente, confie Yves La­lu­mière. J’ai vite dû développer mes ha­bi­le­tés po­li­tiques et mes connais­sances de la gou­ver­nance. »

« Nous avons ap­pli­qué l’en­semble des re­com­man­da­tions du vé­ri­fi­ca­teur. Et même plus, je vous di­rais, ajoute-t-il. On s’est brû­lés une fois, on ne se re­brû­le­ra pas une autre fois. »

En outre, Tou­risme Montréal, qui dis­pose d’un bud­get de 33 M$ par an­née, compte sur un nou­veau pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion (l’ex­mi­nistre des Fi­nances, Ray­mond Ba­chand, qui a rem­pla­cé Louis Va­chon). L’or­ga­nisme s’est do­té d’un code d’éthique et a for­mé ses cadres et membres du conseil en ma­tière de gou­ver­nance.

« Tout est me­su­ré »

De plus, Yves La­lu­mière dit avoir res­ser­ré les contrôles sur les dé­penses et les dé­pla­ce­ments des membres de l’or­ga­ni­sa­tion, avoir rem­pla­cé 30% du per­son­nel, ré­duit de 10% la taille de son équipe (80 em­ployés ac­tuel­le­ment) et di­mi­nué de moi­tié la su­per­fi­cie to­tale des bu­reaux, ce qui per­met au­jourd’hui d’épar­gner 500000$ par an­née en loyers.

« Main­te­nant, tout est me­su­ré. Et pour qu’ils mé­ritent de l’aide fi­nan­cière, nous at­ten­dons des or­ga­ni­sa­teurs d’évé­ne­ments qu’ils nous fassent la dé­mons­tra­tion de leur ap­port, tant en no­to­rié­té qu’en nombre de nui­tées », dit M. La­lu­mière.

C2Mon­tréal et la Confé­rence de Montréal, évé­ne­ment as­so­cié au Fo­rum éco­no­mique in­ter­na­tio­nal des Amé­riques, font fi­gure d’exemples à suivre, se­lon lui.

Les dé­penses de mar­ke­ting de Tou­risme Montréal ont été re­cen­trées afin d’at­ti­rer da­van­tage de tou­ristes d’af­faires. L’or­ga­nisme consacre au­jourd’hui 7M$ an­nuel­le­ment à ce marché, soit 50% de plus que l’en­semble de son bud­get de pro­mo­tion sur le marché hors Qué­bec (4,5M$).

En 2009, le marché du Tou­risme d’af­faires avait en­gran­gé 180 000 nui­tées; l’an­née der­nière, il en a ac­cu­mu­lé 267400. Tou­risme Montréal es­time que les tou­ristes d’af­faires, dont le nombre est for­te­ment lié à l’at­trac­tion de grands congrès in­ter­na­tio­naux, dé­boursent 40% de plus par jour que le tou­riste moyen.

Dans ce contexte, l’agran­dis­se­ment du Pa­lais des congrès de Montréal et l’éta­blis­se­ment d’un nou­veau centre de foires pour Montréal sont des prio­ri­tés aux yeux d’Yves La­lu­mière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.