Les in­dus­triels s’adaptent à la baisse de la de­mande du lait de consom­ma­tion

Les Affaires - - Actualités - Fran­çois Nor­mand fran­cois.nor­[email protected]

Mal­gré le dé­clin de la de­mande de lait de consom­ma­tion au Ca­na­da, les trans­for­ma­teurs lai­tiers af­firment ne pas trop en pâ­tir, car ils pro­duisent da­van­tage de pro­duits comme du fro­mage et du yo­gourt. Mais peuvent-ils sou­te­nir à long terme cette désaf­fec­tion à l’égard du lait?

De 1995 à 2014, la consom­ma­tion de lait par ha­bi­tant au Ca­na­da a chu­té de 18%, pas­sant de 90,32 à 74,17 litres, se­lon le Centre ca­na­dien d’informatio­n lai­tière (CCIL), une agence fé­dé­rale. Au Qué­bec seule­ment, les ventes de lait de consom­ma­tion ont bais­sé de 1% de juillet 2014 à juillet 2015, cette fois se­lon la firme Niel­sen. Sur la même pé­riode ce­pen­dant, la de­mande d’autres pro­duits lai­tiers a aug­men­té: yo­gourt (1,9%), beurre (3%), crème (3,7%) et lait au cho­co­lat (6,6%).

Autre signe que l’in­dus­trie s’en tire as­sez bien: les quo­tas de pro­duc­tion de lait au Qué­bec sont pas­sés de 2,90 à 2,94 mil­liards de litres de 2013 à 2014, se­lon les Pro­duc­teurs de lait du Qué­bec. Or, en ver­tu du sys­tème de la ges­tion de l’offre, la pro­duc­tion de lait (et de pro­duits lai­tiers) doit être équi­va­lente à la consom­ma­tion.

Chez Agro­pur, pre­mière co­opé­ra­tive lai­tière du Ca­na­da et pro­duc­trice du lait Na­trel, on constate que le marché lai­tier ca­na­dien « croît mo­des­te­ment » chaque an­née, mais que les autres pro­duits neu­tra­lisent cette faible crois­sance. « La baisse de consom­ma­tion li­quide est com­pen­sée par une hausse de la consom­ma­tion de yo­gourt, de fro­mage et de beurre », dit Do­mi­nique Benoit, vi­ce­pré­sident prin­ci­pal, af­faires ins­ti­tu­tion­nelles et com­mu­ni­ca­tions. Agro­pur a d’ailleurs adap­té sa chaîne de pro­duc­tion pour te­nir compte de l’évo­lu­tion des mar­chés. De­puis trois ans, l’en­tre­prise a in­ves­ti dans ses marques de yo­gourt iö­go et de fro­mage Oka pour en ac­croître la pro­duc­tion.

Le fa­bri­cant de pro­duits lai­tiers et de fro­mages Sa­pu­to s’est aus­si adap­té à l’évo­lu­tion du marché. « La consom­ma­tion de lait tra­di­tion­nel n’est pas en crois­sance, mais le lait à va­leur ajou­tée a connu une crois­sance au cours des der­nières an­nées », ex­plique la di­rec­trice des com­mu­ni­ca­tions cor­po­ra­tives, San­dy Vas­sia­dis.

Sa­pu­to compte sur des marques telle Laits Go (Milk2Go), qui offre plu­sieurs sa­veurs de lait, pour ti­rer son épingle du jeu.

Dans le seg­ment du fro­mage, l’en­tre­prise af­firme sur­veiller les ten­dances et mi­ser sur la com­mer­cia­li­sa­tion de pro­duits no­va­teurs, comme de nou­velles sa­veurs de fro­mage. « Nous in­ves­tis­sons constam­ment dans nos usines afin qu’elles soient en me­sure de ré­pondre aux be­soins des clients et des consom­ma­teurs », sou­ligne San­dy Vas­sia­dis. Se­lon elle, plu­sieurs ten­dances ont ren­du po­pu­laire la consom­ma­tion de cer­tains pro­duits lai­tiers, dont les ca­fés gla­cés, les frap­pés aux fruits ( smoo­thies) dans les chaînes de res­tau­ra­tion ra­pide ou les ca­fés dans les chaînes de ca­fé.

Pro­blème à long terme

Bertrand Mon­tel, un cher­cheur indépendan­t spé­cia­li­sé en éco­no­mie agri­cole et agroa­li­men­taire, n’est tou­te­fois pas aus­si op­ti­miste que l’in­dus­trie.

Se­lon lui, même si les ventes de pro­duits lai­tiers aug­mentent au Ca­na­da, elles ne pour­ront pas à terme contre­ba­lan­cer le dé­clin des ventes de lait de consom­ma­tion. « Ce­la ne suf­fi­ra pas à main­te­nir une pro­duc­tion qui aug­men­te­rait suf­fi­sam­ment pour dynamiser l’in­dus­trie », af­firme-t-il.

Bertrand Mon­tel donne quelques sta­tis­tiques pour ap­puyer son pro­pos. Tan­dis que la consom­ma­tion de yo­gourt par ha­bi­tant a tri­plé et que celle de la crème a dou­blé de 1995 à 2014, la consom­ma­tion de beurre et de fro­mage a stag­né pen­dant la même pé­riode, se­lon les don­nées du CCIL.

Par exemple, en 1995, les Ca­na­diens consom­maient en moyenne 13,61 ki­lo­grammes de fro­mage par an­née, par rap­port à 13,8 kg en 2014. Même chose pour le beurre: en 1995, les Ca­na­diens en consom­maient en moyenne 2,76 kg par an­née, com­pa­ra­ti­ve­ment à 2,84 kg en 2014.

seurs « des­ti­na­tion » qui in­dique à l’usa­ger quel as­cen­seur le mè­ne­ra à l’étage vou­lu le plus ra­pi­de­ment ; et un sys­tème de contrôle de la tem­pé­ra­ture qui di­vise les étages en plu­sieurs zones, se­lon le mi­cro­cli­mat sou­hai­té pour une zone don­née. Exit les col­lègues sur­ge­lés à cô­té d’autres qui sur­chauffent.

« Pour De­loitte, par exemple, c’est un grand avan­tage d’être ici pour re­cru­ter des ta­lents, croit Brian Sal­pe­ter. Les at­tentes des membres de la gé­né­ra­tion Y sont dif­fé­rentes. Ils veulent tra­vailler de fa­çon plus in­for­melle, se ras­sem­bler, tra­vailler en équipe. Et pour les at­ti­rer, ça prend un es­pace qui ré­pond à leurs be­soins. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.