Pro­fes­sion : avo­cat

Le droit au coeur de la ré­vo­lu­tion des TI

Les Affaires - - Actualités - Jean-Fran­çois Venne re­dac­tion­le­saf­[email protected]

Amé­lio­rer la gou­ver­nance dans le monde du sport

Le sport et les af­faires sont loin d’être des étran­gers. Ils se­raient même plu­tôt des cou­sins très rap­pro­chés. Cer­tains avo­cats se spé­cia­lisent dans ce sec­teur où la de­vise olym­pique plus vite, plus haut, plus fort s’ap­plique aus­si… aux pro­fits. Un sec­teur qui n’échappe pas aux pro­blèmes de gou­ver­nance. Té­moin les scan­dales fi­nan­ciers qui ébranlent la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de foot­ball as­so­cia­tion (FI­FA), où les coûts des Jeux olym­piques at­teignent des som­mets et où le do­page spor­tif fait des ra­vages. Ou en­core, dans un autre ordre d’idées, la crise que tra­verse ac­tuel­le­ment le Co­mi­té olym­pique ca­na­dien (COC), après la di­vul­ga­tion des ré­sul­tats de l’en­quête in­dé­pen­dante sur les agis­se­ments de l’an­cien pré­sident, Mar­cel Au­but, au­près d’em­ployées.

Éle­vée à Mu­nich, do­mi­cile du cé­lèbre club de soc­cer FC Bayern, Amé­lia S. Fouques, avo­cate spé­cia­li­sée dans le do­maine spor­tif, se pas­sionne tant pour le sport que pour le droit. Elle a fon­dé LexS­por­ti­va, une firme de ser­vices ju­ri­diques et stra­té­giques pour les spor­tifs et or­ga­ni­sa­tions spor­tives. Quand elle est au coeur d’un pro­cès com­plexe, la so­lu­tion ap­pa­raît sou­vent au mi­lieu d’une pente de ski ou pen­dant un match de soc­cer. « Le sport aide à ré­flé­chir », dit-elle.

Du bou­lot pour les avo­cats

Les avo­cats ont un rôle à jouer dans le sec­teur du sport, se­lon Mme Fouques, un mar­ché mon­dial qui re­pré­sente plus de 650 mil­liards de dol­lars amé­ri­cains par an­née et croît à un rythme annuel d’en­vi­ron 4%, se­lon le ca­bi­net AT Kear­ney.

« Pour­tant, en ma­tière de gou­ver­nance fi­nan­cière, c’est sou­vent très mal gé­ré et très opaque », dé­plore l’avo­cate. Celle qui siège au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de Soc­cer Ca­na­da n’a pas la langue dans sa poche. Elle a ré­cla­mé pu­bli­que­ment que cet or­ga­nisme quitte la FI­FA en rai­son de la mau­vaise gou­ver­nance qui est de­ve­nue la marque de cette fé­dé­ra­tion. Elle est aus­si une de celles qui ont dé­non­cé le har­cè­le­ment de la part de l’an­cien pré­sident du COC. Un su­jet qu’elle n’a pas vou­lu com­men­ter dans cette en­tre­vue.

Elle tra­vaille peu au Ca­na­da, où le droit du sport en est à ses bal­bu­tie­ments. Ré­cem­ment, elle a ac­com­pa­gné des en­tre­prises cher­chant à ob­te­nir des contrats de construc­tion de stade pour des évé­ne­ments ma­jeurs en Amé­rique du Sud et en Asie. « Il faut trou­ver de nou­velles ap­proches, car les villes cherchent des pro­jets qui se­ront du­rables, et non des stades qui de­vien­dront désuets après l’évé­ne­ment », dit-elle.

Elle sou­haite aus­si re­pré­sen­ter les ath­lètes ama­teurs, no­tam­ment face aux fé­dé­ra­tions spor­tives, sou­vent ar­mées d’avo­cats che­vron­nés. « On va lan­cer un ser­vice à coût mi­nime pour les ath­lètes qui ont be­soin d’être re­pré­sen­tés dans toutes sortes de si­tua­tions, que ce soit des conflits avec leur fé­dé­ra­tion spor­tive ou la né­go­cia­tion de contrats ou de commandite­s, par exemple », ex­plique l’avo­cate.

« Je crois im­por­tant de faire bé­né­fi­cier ces ath­lètes de l’ex­per­tise d’avo­cats spé­cia­li­sés dans leur do­maine », conclut-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.