QUELS IM­PACTS POUR LES TRA­VAILLEURS?

Les Affaires - - Stratégies -

La fin du sa­la­riat marque-t-elle l’af­fran­chis­se­ment des tra­vailleurs ou une nou­velle forme d’ex­ploi­ta­tion ? L’un et l’autre. En 2003, l’au­teur de science-fic­tion William Gib­son a lan­cé « le fu­tur est dé­jà là, et il n’est pas dis­tri­bué éga­le­ment ». Gib­son évo­quait l’ac­cès in­égal à In­ter­net. Au­jourd’hui, c’est l’ac­cès au tra­vail qui est in­éga­le­ment dis­tri­bué, dit le Néo-Bruns­wi­ckois Ha­rold Jarche, for­ma­teur en dé­ve­lop­pe­ment de connais­sances. Tout le monde n’a pas les ou­tils né­ces­saires pour ré­pondre à la constante mar­chan­di­sa­tion de soi qu’exige le nou­veau mar­ché du tra­vail. Les gé­né­ra­tions pré­cé­dentes ob­te­naient leur di­plôme avec près de 100% des com­pé­tences re­quises pour ac­com­plir leur tra­vail. Au­jourd’hui, on s’en tire avec à peine 50%. Com­ment ap­prendre le reste?

Se for­mer tout au long de sa vie

À par­tir de Sa­ck­ville, au Nou­veau-Bruns­wick, Ha­rold Jarche a dé­ve­lop­pé le cours en ligne PKM ( Per­so­nal know­ledge mas­te­ry). Ce pro­gramme de six se­maines ac­cueille des co­hortes de 10 à 15 per­sonnes à la fois. Les par­ti­ci­pants, ve­nus des quatre coins du globe, ap­prennent à s’adap­ter à un monde ré­seau­té. PKM est uti­li­sé dans 12 uni­ver­si­tés et au Na­tio­nal Health Ser­vice, en Grande-Bre­tagne.

« Nous de­vons dé­ve­lop­per l’ap­pren­tis­sage social, in­siste le for­ma­teur. Vous n’êtes plus votre di­plôme ni votre titre. Vous êtes votre ré­seau. Vous ap­pre­nez par l’in­ter­mé­diaire des autres. » Ha­rold Jarche évoque le concept de ré­seau d’échange de va­leurs, qui ap­porte à la fois des re­tom­bées tan­gibles (des contrats) et in­tan­gibles (des connais­sances).

« Notre vie pro­fes­sion­nelle de­vient une sé­rie de boucles d’ap­pren­tis­sage, illustre Paul Ben­nett, di­rec­teur de la créa­tion chez Ideo, une en­tre­prise ca­li­for­nienne icône du de­si­gn. Une suc­ces­sion de tâches que l’on fait, puis que l’on cesse d’ac­com­plir. L’ap­pren­tis­sage n’est plus une ques­tion d’âge. Mon conjoint, qui a 66 ans, en est à sa qua­trième car­rière. » De­puis plu­sieurs an­nées, elle des­sine non seule­ment des ob­jets, mais aus­si des ser­vices et des ex­pé­riences, no­tam­ment dans le sec­teur de l’édu­ca­tion.

Bâ­tir sa ré­pu­ta­tion sans em­ployeur

Se for­mer est une chose. Mettre en va­leur son ex­per­tise en est une autre. Com­ment bâ­tir sa ré­pu­ta­tion lors­qu’on na­vigue d’un contrat à l’autre, d’un client à l’autre? Com­ment « trans­por­ter » sa ré­pu­ta­tion avec soi?

L’en­tre­pre­neur es­pa­gnol Juan Car­te­ge­na a lan­cé la pla­te­forme Trai­ty pour ré­soudre ce pro­blème. « Nous avons ima­gi­né une sorte de cote de cré­dit ci­vil, qui ras­semble toutes les étoiles ac­cu­mu­lées dans vos dif­fé­rentes in­ter­ac­tions pro­fes­sion­nelles et per­son­nelles », ex­plique ce­lui qui est pas­sé par l’ac­cé­lé­ra­teur amé­ri­cain 500 Star­tups. Chaque pro­fil contient trois ca­té­go­ries d’in­for­ma­tions: des don­nées fac­tuelles, des ren­sei­gne­ments sur votre com­por­te­ment et des ré­fé­rences. Celles de vos clients au­tant que de vos amis ou de vos hôtes Airbnb. Trai­ty, qui se trouve à Ma­drid, né­go­cie, entre autres, avec l’as­su­reur Axa afin qu’il uti­lise sa pla­te­forme pour éla­bo­rer les sou­mis­sions des­ti­nées aux tra­vailleurs in­dé­pen­dant

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.