Grâce à votre dis­ci­pline mi­li­taire, vous réus­si­rez en Bourse

Pour l’in­ves­tis­seur, comme pour le sol­dat, il peut être fa­tal de prendre des risques in­utiles.

Les Affaires - - Investir - Yan­nick Clé­rouin yan­nick.cle­[email protected] Chro­ni­queur | C @@ Cle­rouin_Inc *Pré­nom fic­tif

Il n’y a pas de re­cette mi­racle pour réus­sir en Bourse, mais s’il y a une règle d’or à suivre, c’est de se consti­tuer une mé­thode d’in­ves­tis­se­ment avec la­quelle on est à l’aise et qu’on ap­pli­que­ra avec ri­gueur tout au long de sa vie.

Après avoir me­né une car­rière mi­li­taire pen­dant 10 ans, un lec­teur du dé­but de la tren­taine m’a de­man­dé des conseils pour in­ves­tir l’épargne-re­traite qu’il a ac­cu­mu­lée au cours des an­nées pas­sées dans les Forces ar­mées. Fran­cis* dit avoir confiance en ses moyens pour faire fruc­ti­fier ses avoirs en in­ves­tis­sant en Bourse, mais les gens de son en­tou­rage ont ten­té de le dé­cou­ra­ger en lui di­sant qu’il est « fou de vou­loir faire ça ».

« Com­ment ci­bler les en­tre­prises de qua­li­té su­pé­rieure sans avoir re­cours au ser­vice d’un conseiller ou pas­ser un bac en fi­nance? » se de­mande-t-il entre autres.

Met­tons une chose au clair avant d’al­ler plus loin. Vous n’avez pas be­soin d’être un ex­pert pour vous en­ri­chir en Bourse. Il est plus simple que ja­mais de pro­fi­ter du po­ten­tiel d’ap­pré­cia­tion des mar­chés, grâce no­tam­ment aux fonds né­go­ciés en Bourse (FNB) qui re­pro­duisent la per­for­mance des in­dices.

Bâ­tir un por­te­feuille de titres in­di­vi­duels est une mis­sion plus com­plexe que celle de se consti­tuer un por­te­feuille de fonds in­di­ciels. Vous pou­vez tou­te­fois at­teindre votre but en sui­vant quelques prin­cipes fon­da­men­taux, à l’ins­tar du code de conduite que doit res­pec­ter un sol­dat. Je vous pro­pose cinq re­pères qui vous ai­de­ront à éta­blir votre marche à suivre. 1Fa­mi­lia­ri­sez-

vous avec le lan­gage bour­sier et comp­table Même s’il n’est pas né­ces­saire de dé­cro­cher un di­plôme en fi­nance pour in­ves­tir en Bourse, il faut au mi­ni­mum com­prendre les no­tions de base qui aident à suivre la per­for­mance des en­tre­prises et à éva­luer leur titre en fonc­tion de leur ren­ta­bi­li­té ac­tuelle et fu­ture. Bien des livres peuvent vous ai­der à com­prendre ra­pi­de­ment les ru­di­ments de la Bourse, tels que le ra­tio cours/ bé­né­fice, le ren­de­ment du ca­pi­tal in­ves­ti ou la va­leur in­trin­sèque. Un de mes ou­vrages pré­fé­rés pour ap­prendre la base du pla­ce­ment en quelques heures est Le pe­tit livre qui bat le mar­ché, du cé­lèbre in­ves­tis­seur Joel Green­blatt. 2 Éta­blis­sez une rou­tine de lec­ture et d’ap­pren­tis­sage Une des prin­ci­pales tâches de l’in­ves­tis­seur à long terme est de dé­ni­cher de bonnes idées de pla­ce­ment et, comme vous le sou­li­gnez, de ci­bler des en­tre­prises ex­cep­tion­nelles. Pour y par­ve­nir, il y a un pas­sage obli­gé : vous de­vez suivre l’ac­tua­li­té fi­nan­cière, lire sur les en­tre­prises et ai­gui­ser votre es­prit afin de trou­ver des oc­ca­sions de pla­ce­ment dans votre quo­ti­dien. Ayez la dis­ci­pline de consa­crer plu­sieurs heures par se­maine à cet exer­cice. Au-de­là des pu­bli­ca­tions fi­nan­cières comme

Les Af­faires, Bar­ron’s ou For­tune, je vous in­vite à lire les rap­ports an­nuels du plus grand nombre d’en­tre­prises pos­sible. Por­tez par­ti­cu­liè­re­ment at­ten­tion à la lettre aux ac­tion­naires ré­di­gée par le pré­sident. Celle-ci vous donne une bonne idée de la culture du di­ri­geant et peut vous mettre sur la piste d’une idée de pla­ce­ment. La lettre pu­bliée il y a quelques jours par le pré­sident du four­nis­seur de lo­gi­ciels to­ron­tois Cons­tel­la­tion Soft­ware ( CSU, 490,67$), Mark Leo­nard, est un bi­jou. Son mes­sage per­met d’en ap­prendre da­van­tage sur l’évo­lu­tion de l’en­tre­prise et d’ap­pro­fon­dir ses connais­sances d’in­ves­tis­seur et d’en­tre­pre­neur. 3N’ap­puyez pas sur la gâ­chette

trop vite Re­pé­rer la crème des en­tre­prises est un tra­vail de longue ha­leine, mais l’étape cri­tique est celle où on passe à l’acte et dont on achète le titre. Vous pou­vez pla­cer vos pions dans la meilleure en­tre­prise du monde, vous ob­tien­drez un ren­de­ment dé­ce­vant si ce­la se fait à un prix dé­rai­son­nable. Voi­ci un exemple qui peut nour­rir votre ré­flexion. Fa­ce­book ( FB, 116,94$ US) se né­go­ciait à plus de 13 fois les re­ve­nus et à 33 fois les bé­né­fices pré­vus après avoir dé­voi­lé, il y a quelques jours, des ré­sul­tats su­pé­rieurs aux at­tentes pour son pre­mier tri­mestre. Les ana­lystes sont amou­reux du titre. Il est vrai que le po­ten­tiel de crois­sance de l’en­tre­prise ca­li­for­nienne est grand, mais son éva­lua­tion semble bien éle­vée. À l’in­verse, Apple ( AAPL, 93,18$ US) est tom­bée en dis­grâce après avoir dé­voi­lé des ré­sul­tats et des pers­pec­tives dé­ce­vants. Ré­sul­tat: le titre se né­go­cie à 2 fois les re­ve­nus pré­vus et à 11 fois les bé­né­fices an­ti­ci­pés pour l’exer­cice 2016. Le titre est en­core moins cher si on re­tranche les 27,62$ US par ac­tion de li­qui­di­tés nettes que dé­tient l’en­tre­prise de Cu­per­ti­no. Le­quel des deux géants tech­nos est une au­baine? Pas évident, n’est-ce pas? Mû­ris­sez donc bien vos hy­po­thèses avant de ti­rer sur la gâ­chette. 4Évi­tez

ces champs de mines Pour l’in­ves­tis­seur, comme pour le sol­dat, il peut être fa­tal de prendre des risques in­utiles. Un mi­li­taire ne se lan­ce­rait pas à dé­cou­vert sur un ter­rain vague sans avoir étu­dié au mi­ni­mum la pré­sence d’en­ne­mis po­ten­tiels. De la même fa­çon, un in­ves­tis­seur aver­ti doit évi­ter de spé­cu­ler en fonc­tion de ru­meurs ou d’in­for­ma­tions peu so­lides. Ré­sis­tez à la ten­ta­tion d’in­ves­tir sur marge. Ça peut être une vé­ri­table bombe à re­tar­de­ment, par­ti­cu­liè­re­ment pour un in­ves­tis­seur dé­bu­tant. 5 Dé­ve­lop­pez un mo­ral à toute épreuve On ne peut me­ner une car­rière mi­li­taire sans se for­ger une en­du­rance men­tale à toute épreuve. La maî­trise des émo­tions est aus­si une qua­li­té es­sen­tielle pour ce­lui qui veut réus­sir en Bourse. Il est dif­fi­cile de ré­sis­ter à la ten­ta­tion de vendre ses pla­ce­ments quand les mar­chés perdent plus de 10% en un court laps de temps.

Du­rant votre vie d’in­ves­tis­seur, vous al­lez su­bir des échecs, des mar­chés bais­siers et des pé­riodes de contre-per­for­mance. L’es­sen­tiel est de main­te­nir le cap sur votre mis­sion pre­mière, celle de faire fruc­ti­fier votre épargne.

À l’aide de cette courte liste, j’ai joué le rôle d’éclai­reur pour vous ai­der à éla­bo­rer une ap­proche d’in­ves­tis­se­ment qui vous res­semble. Der­nier conseil: avant de vous lan­cer, em­prun­tez une stra­té­gie mi­li­taire qui a fait ses preuves: la si­mu­la­tion. Sé­lec­tion­nez une quin­zaine de titres qui ré­pondent à vos cri­tères, faites comme si vous pla­ciez 10 000$ dans cha­cun, et sui­vez leur évo­lu­tion pen­dant plu­sieurs mois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.