C

Les Affaires - - Investir -

om­men­çons par une pré­ci­sion. Une bonne par­tie de notre temps de lec­ture est em­ployé à lire des rap­ports de re­cherche, qui ne sont mal­heu­reu­se­ment gé­né­ra­le­ment pas ac­ces­sibles au grand pu­blic.

Le reste du temps se ré­par­tit sur une di­zaine de sites, tan­tôt gé­né­raux, tan­tôt spé­cia­li­sés.

Pour la nou­velle et les cotes bour­sières, il y a les in­con­tour­nables le­saf­faires.com (évi­dem­ment le pre­mier de tous), CNBC.com, Bloom­berg.com, the­glo­beand­mail.com et… la­pres­seaf­faires.com (chut!).

Si vous êtes prêt à dé­pen­ser quelques sous, la ver­sion iPad du Fi­nan­cial Times est aus­si un bon re­père. Il s’agit d’une com­bi­nai­son or­ga­ni­sée jour­nal-Web. Pro­ba­ble­ment notre mé­dia pré­fé­ré. La ver­sion nord-amé­ri­caine traite de tout, sou­vent même de ce qui se passe au Ca­na­da, avec une pers­pec­tive sur l’Eu­rope et l’Asie qu’on ne trouve pas ailleurs. Le Wall Street Jour­nal? Éga­le­ment sur la liste des re­pères, mais avec un saut par-des­sus les pages d’opi­nion, qui sont moins ob­jec­tives que celles du Fi­nan­cial Times et dont l’orien­ta­tion est peu sub­tile. Les sites spé­cia­li­sés En marge des sites de nou­velles éco­no­miques et financière­s gé­né­raux, quelques sites spé­cia­li­sés. See­king Al­pha Sans doute le site le plus com­plet d’opi­nions sur les mar­chés fi­nan­ciers.

Beau­coup d’ana­lyses de titres, gé­né­ra­le­ment de so­cié­tés amé­ri­caines, mais aus­si d’en­tre­prises ca­na­diennes. Peu de so­cié­tés qué­bé­coises, mal­heu­reu­se­ment (il fau­dra nous lire).

Des jour­na­listes fi­nan­ciers y pro­duisent des textes pour les­quels ils sont payés au nombre de clics ob­te­nus, mais la ma­jo­ri­té des ana­lyses pro­viennent de ges­tion­naires et d’ac­teurs du monde du pla­ce­ment.

La force du conte­nu n’est pas tou­jours égale, mais est gé­né­ra­le­ment as­sez éle­vée. Évi­dem­ment, il faut lire avec un oeil cri­tique. Un bon site pour re­pé­rer des va­leurs po­ten­tiel­le­ment sous-éva­luées et vé­ri­fier si ce n’est pas plu­tôt l’in­verse en com­pa­rant avec d’autres points de vue. Zacks Un autre site où on ana­lyse des titres. Une sec­tion né­ces­site un abon­ne­ment payant, mais une autre est of­ferte gra­tui­te­ment.

La par­tie la plus in­té­res­sante – et payante – est celle

e risque po­li­tique (au Ca­na­da et à l’étran­ger) est le plus dif­fi­cile des risques à gé­rer pour les in­ves­tis­seurs, car il est qua­li­ta­tif et non pas quan­ti­ta­tif, comme les risques éco­no­miques et fi­nan­ciers. Mal­gré tout, il est pos­sible de le ré­duire.

En quoi consiste au juste le risque po­li­tique? Ce sont des dé­ci­sions (la na­tio­na­li­sa­tion d’un sec­teur), des évé­ne­ments (des at­ten­tats ter­ro­ristes ou une guerre) ou des ten­dances (la mon­tée du pro­tec­tion­nisme) qui peuvent nuire à vos pla­ce­ments. Des dé­ci­sions qui ont un im­pact sur la crois­sance éco­no­mique d’un pays, la san­té fi­nan­cière des en­tre­prises, la va­leur de leurs ac­tions, sans par­ler des rendements obligatair­es.

Comment ré­duire le risque po­li­tique? Il faut lire des livres, consul­ter des mé­dias spé­cia­li­sés et di­vers sites Web. Pour vous ai­der dans cette dé­marche, voi­ci trois sites in­con­tour­nables, dont la consul­ta­tion est gra­tuite. Co­face La so­cié­té fran­çaise Co­face as­sure les tran­sac­tions d’ex­por­ta­teurs, dont plu­sieurs du Ca­na­da. Son site Web est une mine d’or, car il contient une foule d’in­for­ma­tions sur des pays, des mar­chés et des ten­dances.

Par exemple, chaque tri­mestre, Co­face pu­blie son ba­ro­mètre des risques sur cer­tains pays. Ce­lui du pre­mier tri­mestre de 2016 porte no­tam­ment sur le Ja­pon et des pays émer­gents. Le ba­ro­mètre n’est pas uni­que­ment consa­cré à l’ana­lyse du risque po­li­tique; il aborde aus­si les risques éco­no­miques et fi­nan­ciers ou de cré­dit. Ex­por­ta­tion et dé­ve­lop­pe­ment Ca­na­da (EDC) Cette agence fé­dé­rale fa­ci­lite les tran­sac­tions d’ex­por­ta­tion et d’in­ves­tis­se­ment des en­tre­prises ca­na­diennes à l’étran­ger, par­fois de concert avec des ins­ti­tu­tions financière­s et le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral.

Si le site d’EDC s’adresse avant tout aux ex­por­ta­teurs, il contient éga­le­ment de l’in­for­ma­tion stra­té­gique des­ti­née aux in­ves­tis­seurs, no­tam­ment grâce à ses ana­lyses tri­mes­trielles des risques de pays, qui traitent entre autres du risque po­li­tique. Nou­vel exemple: dans son ana­lyse tri­mes­trielle du prin­temps 2016, EDC aborde l’instabilit­é en Ara­bie saou­dite. Les ana­lystes de l’agence fé­dé­rale se penchent éga­le­ment sur le risque de guerre entre États et le risque de ter­ro­risme. La ru­brique in­fo-pays est aus­si fort utile. The World Fact­book de la CIA La CIA, la cé­lèbre agence amé­ri­caine du ren­sei­gne­ment, ne fait pas uni­que­ment de l’es­pion­nage à l’étran­ger pour le compte des États-Unis. Elle dis­pose aus­si d’une quan­ti­té de don­nées pu­bliques qu’elle col­lige et pu­blie sur le site The World Fact­book.

Ain­si, pour chaque pays, la CIA pu­blie de l’in­for­ma­tion à pro­pos de sa géo­gra­phie, de son peuple et de sa so­cié­té, de son gou­ver­ne­ment, de son éco­no­mie, de ses sec­teurs de l’éner­gie, des com­mu­ni­ca­tions et du trans­port, de son ar­mée et des enjeux de sé­cu­ri­té, etc.

La sec­tion éco­no­mie est par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sante, car elle per­met de dé­ce­ler les ré­formes (po­si­tives et né­ga­tives) qu’un gou­ver­ne­ment compte faire. C’est le cas du Mexique, par exemple. La sec­tion à pro­pos des enjeux in­ter­na­tio­naux est fort utile: elle donne la pos­si­bi­li­té de re­con­naître les points chauds d’un pays avec ses voi­sins (par exemple le Viet­nam) et de ci­bler les risques de dé­ra­page. e se­rait vous men­tir de vous dire que je fré­quente ces sites quo­ti­dien­ne­ment. Par contre, je m’y ré­fère sou­vent lorsque je suis en quête d’une in­for­ma­tion pré­cise. Le Pla­ni­guide fiscal Une res­source es­sen­tielle pour les ques­tions fis­cales. Ja­dis pu­blié ex­clu­si­ve­ment en pe­tit for­mat pa­pier, le Pla­ni­guide est main­te­nant of­fert sur In­ter­net. Vous re­cher­chez des ren­sei­gne­ments sur un cré­dit d’im­pôt, l’im­po­si­tion des di­vi­dendes de titres amé­ri­cains ou en­core le frac­tion­ne­ment de re­ve­nu? Vous trou­ve­rez vos ré­ponses sans peine dans cet ou­til conçu par la firme Ray­mond Cha­bot Grant Thorn­ton. L’in­for­ma­tion est ré­par­tie entre 13 thèmes, par exemple « Per­sonne en af­faires » ou « Oi­seaux mi­gra­teurs ». Poin­tue, l’in­for­ma­tion n’en reste pas moins di­geste. Le Pla­ni­guide existe aus­si sous la forme d’une ap­pli­ca­tion mo­bile pour iP­hone et les ap­pa­reils An­droid. Cal­cu­la­trices financière­s C’est ici que vous di­rez peut-être: « Ce type n’a pas de vie ». Je vous confesse, j’aime perdre du temps avec des cal­cu­la­trices financière­s. Que ce soit pour connaître l’éco­no­mie d’im­pôt sur les REER, l’ac­cu­mu­la­tion de l’épargne ou pour consta­ter les dé­gâts de l’in­fla­tion, je me di­rige le plus sou­vent sur le site cal­cu­la­trices-fi­nan­cieres.ca. Pas de fla-fla, vous n’y ob­tien­drez qu’une di­zaine de cal­cu­la­trices très pra­tiques. Agence de la consom­ma­tion en ma­tière fi­nan­cière du Ca­na­da (fcac-acfc.gc.ca) Le site de cette agence fé­dé­rale est une vé­ri­table mine d’in­for­ma­tion sur des su­jets aus­si di­vers que le cré­dit au­to­mo­bile, la pla­ni­fi­ca­tion de re­traite, la vie de couple, la fis­ca­li­té, etc. Le site de l’agence contient éga­le­ment des cal­cu­la­trices utiles, un ou­til de sé­lec­tion de compte ban­caire, un sé­lec­teur de carte de cré­dit, des ou­tils bud­gé­taires et plus en­core. Por­tail na­tio­nal sur la lit­té­ra­tie fi­nan­cière, où vous pou­vez éva­luer vos connais­sances sur la ques­tion. On y trouve de plus des rap­ports éclai­rants sur les pra­tiques dans di­vers sec­teurs com­mer­ciaux. Ques­tion re­traite Vous com­men­cez à son­ger à la sor­tie? Vos pro­jets de re­traite res­tent vagues, mais ils com­mencent à prendre forme? L’in­for­ma­tion réunie à cette adresse est pour vous. À lui seul, le Guide de la pla­ni­fi­ca­tion de la re­traite (té­lé­char­geable) vaut le dé­tour. On y dé­cor­tique vos sources de re­ve­nus, on y ex­plique comment de­man­der vos rentes pu­bliques, on y éva­lue vos be­soins d’épargne. Le site offre éga­le­ment plu­sieurs cal­cu­la­trices qui vous ai­de­ront à mieux cer­ner les dé­fis qui vous at­tendent avant d’at­teindre la re­traite. Au­to­ri­té des mar­chés fi­nan­ciers Comme les sites men­tion­nés plus haut, ce­lui de l’Au­to­ri­té des mar­chés fi­nan­ciers ne se dis­tingue ni par son de­si­gn ni par sa fa­ci­li­té de na­vi­ga­tion. Di­sons-le: il n’est plus au goût du jour. C’est dom­mage, car le site de l’AMF ren­ferme beau­coup d’in­for­ma­tions per­ti­nentes et des bases de don­nées es­sen­tielles pour qui­conque fait af­faire avec un pro­fes­sion­nel de l’in­dus­trie fi­nan­cière. Car c’est par l’in­ter­mé­diaire de ce site que vous pou­vez vé­ri­fier que votre conseiller fi­nan­cier est dé­ten­teur d’un droit de pra­tique. Vous vou­lez por­ter plainte ou faire une de­mande d’in­dem­ni­sa­tion? C’est par ici aus­si. Le site vous offre éga­le­ment de nom­breuses pu­bli­ca­tions des­ti­nées aux consom­ma­teurs qui dé­cor­tiquent l’in­dus­trie des ser­vices fi­nan­ciers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.