Dos­sier Au­to À chaque en­tre­pre­neur son vé­hi­cule

Les Affaires - - Dossier - Clau­dine Hébert re­dac­tion­le­saf­[email protected]

Plu­sieurs PME adoptent les ca­mion­nettes et les VUS comme prin­ci­paux vé­hi­cules d’en­tre­prise. Des vé­hi­cules sé­lec­tion­nés, d’abord, en fonc­tion de leur es­pace pour fa­ci­li­ter le trans­port de mar­chan­dises et d’équi­pe­ment, mais aus­si en fonc­tion de leur ca­bine in­té­rieure pour as­su­rer le confort des em­ployés et des em­ployeurs qui y prennent place. Trois en­tre­pre­neurs nous parlent de leur choix.

Ca­mions avec ca­bine tout équi­pée pour Sh­rink Ex­pert

« Chez nous, le choix du vé­hi­cule fait car­ré­ment par­tie des avan­tages so­ciaux que j’offre à mes em­ployés », lance d’em­blée Mar­tin Ca­ron, pro­prié­taire fon­da­teur de l’en­tre­prise Sh­rink Ex­pert, à Qué­bec. Et comment !

Spé­cia­li­sée en em­bal­lage in­dus­triel de mar­chan­dises et d’im­meubles en construc­tion, l’en­tre­prise dis­pose d’une flotte de quatre ca­mions GMC… de l’an­née. Un Sil­ve­ra­do 1500, deux Sier­ra 1500 et un Sier­ra De­na­li 2500 die­sel, tous équi­pés de sièges en cuir, d’un bon sys­tème de son, de com­mandes de tem­pé­ra­ture à l’avant et à l’ar­rière de la ca­bine et d’un GPS pou­vant être ac­tion­né par la cen­trale de l’en­tre­prise.

« Mes 10 em­ployés font beau­coup de route. Par­fois, ils ont be­soin d’ef­fec­tuer jus­qu’à six heures de trans­port

al­ler-re­tour dans une jour­née. Rai­son pour la­quelle je ne lé­sine pas sur le confort du vé­hi­cule », in­siste l’en­tre­pre­neur.

No­tez que l’en­tre­prise re­nou­velle sa flotte de ca­mions tous les six mois. « Ces vé­hi­cules de lo­ca­tion par­courent cha­cun entre 20 000 et 25 000 km. En re­nou­ve­lant la flotte deux fois par an­née, l’en­tre­prise évite les vi­sites au ga­rage pour l’en­tre­tien, y com­pris le chan­ge­ment sai­son­nier des pneus », ex­plique l’en­tre­pre­neur Ca­ron.

Pour­quoi la marque GMC ? « J’ai ana­ly­sé les trois prin­ci­paux construc­teurs amé­ri­cains de ca­mion­nettes. Mon choix s’est por­té sur GM pour l’ef­fi­ca­ci­té et la ro­bus­tesse. Ce sont d’ailleurs des ca­mions GMC qu’uti­lisent les grandes so­cié­tés pour sillon­ner les routes en gra­vier du nord de la pro­vince », conclut Mar­tin Ca­ron.

Un Sprin­ter avec na­celle qui rap­porte à Op­ti­maI­ma­ging

L’in­ves­tis­se­ment de 150 000 $ en au­ra va­lu le coup. De­puis qu’Op­ti­ma-Ima­ging a fait l’ac­qui­si­tion d’un Sprin­ter de Mer­cedes-Benz équi­pé d’une na­celle, l’en­tre­prise de Ga­ti­neau a vu ses re­ve­nus du ser­vice d’ins­tal­la­tion aug­men­ter d’au moins 20 %, sou­tient Gilles Char­trand, pro­prié­taire-fon­da­teur d’Op­ti­ma-Ima­ging.

L’en­tre­prise, qui se spé­cia­lise no­tam­ment dans l’im­pres­sion grand for­mat et l’af­fi­chage, n’a plus be­soin de re­cou­rir à la lo­ca­tion d’un vé­hi­cule pour ins­tal­ler des ori­flammes et autres af­fiches en hau­teur sur les im­meubles. Elle a le sien de­puis deux ans.

En plus de per­mettre d’of­frir des ta­rifs plus com­pé­ti­tifs aux clients, le vé­hi­cule et sa na­celle pré­sentent des avan­tages tech­niques très ap­pré­ciés par l’en­tre­pre­neur.

Tout d’abord, il y a l’es­pace de la ca­bine, qui per­met aux em­ployés d’ac­cé­der à la mar­chan­dise en cir­cu­lant de­bout. Le confort des sièges conduc­teur et pas­sa­ger plaît aus­si. Tou­te­fois, ce qui ré­jouit en­core plus GillesC­har­trand, c’est la sus­pen­sion du vé­hi­cule al­le­mand.

« Grâce à la sus­pen­sion à air du Sprin­ter, ex­plique l’en­tre­pre­neur, l’uti­li­sa­tion de la na­celle ne né­ces­site au­cun ap­pui sur les cô­tés du vé­hi­cule. Ce­la nous per­met de bé­né­fi­cier d’une meilleure ac­ces­si­bi­li­té à la zone d’ins­tal­la­tion. On gagne au moins un mètre en hau­teur, ce qui n’est pas né­gli­geable. »

Des éco­no­mies d’es­sence pour Ilios Trai­teur

En 2015, la chef Fou­li Tsa­tou­mas, qui di­rige l’en­tre­prise Ilios Trai­teur, à Mon­tréal, a vu sa fac­ture d’es­sence men­suelle pas­ser de 500 $ à moins de 200 $. Sa re­cette : elle a tro­qué son Yu­kon XL GMC contre un Soul de Kia.

« Ce VUS n’est peut-être pas aus­si spa­cieux que le Yu­kon XL, mais il convient très bien pour les li­vrai­sons de re­pas à des groupes de 80 per­sonnes ou moins, qui consti­tuent ma prin­ci­pale clien­tèle », si­gnale la chef. Créé en 2012, Ilios Trai­teur se spé­cia­lise dans la cui­sine grecque gour­mande.

Et si le groupe est plus nom­breux ? « J’em­prunte le Toyo­ta 4 Run­ner de mon conjoint », ré­pond-elle du tac au tac.

Pour­quoi le Soul de Kia ? « J’ai eu le coup de foudre pour le look du mo­dèle Red Zone. J’aime les vé­hi­cules qui se dis­tinguent. Et en plus, il cor­res­pon­dait à mon bud­get », sou­ligne Mme Tsa­tou­mas.

De gauche à droite : Sté­pha­nie Jas­min (UBU com­pa­gnie de créa­tion), Bri­gitte Le­Blanc (Banque Na­tio­nale du Ca­na­da), De­nis Mar­leau (UBU com­pa­gnie de créa­tion), Mé­la­nie Jo­ly, mi­nistre du Pa­tri­moine ca­na­dien, Gi­nette Noi­seau (ES­PACE GO), Ré­mi Mar­coux (TC Trans­con­ti­nen­tal), Mar­tine Turcotte (Bell et pré­si­dente du conseil d’ES­PACE GO), An­nick Gué­rard (Tran­sat Tours Ca­na­da) et So­phie Ca­dieux (co­mé­dienne et membre du conseil du théâtre). ES­PACE GO peut do­ré­na­vant agran­dir et ré­no­ver ses ins­tal­la­tions, mises à mal par 20 ans d’usure. L’ob­jec­tif de fi­nan­ce­ment de 5 859 142 $ a été at­teint, en grande par­tie grâce à la gé­né­ro­si­té et aux ef­forts des amou­reux des arts réunis sur la pho­to. L’échéan­cier des tra­vaux pré­voit la fer­me­ture d’ES­PACE GO au mois de mai 2017 et la re­prise des ac­ti­vi­tés en fé­vrier 2018. Mi­chaël Pot­vin a re­çu le titre de « Jeune per­son­na­li­té d’af­faires 2016 » dans le cadre du 25e Ga­la Jeune per­son­na­li­té d’af­faires Banque Na­tio­nale (Ga­la JPA), or­ga­ni­sé par la Jeune chambre de com­merce de Qué­bec (JCCQ). Mi­chaël Pot­vin est le fon­da­teur, pré­sident et di­rec­teur gé­né­ral de Ter­ral­pha, une en­tre­prise spé­cia­li­sée en ar­chi­tec­ture du pay­sage et en amé­na­ge­ment pay­sa­ger. La qua­li­té ex­cep­tion­nelle des ser­vices de Ter­ral­pha est re­con­nue au­tant dans le mi­lieu com­mer­cial que dans le mi­lieu ré­si­den­tiel. Ter­ral­pha compte main­te­nant une di­zaine de pas­sion­nés de la na­ture et du de­si­gn, tra­vaillant avec l’ob­jec­tif com­mun de de­ve­nir les lea­ders en amé­na­ge­ment pay­sa­ger en­vi­ron­ne­men­tal au Qué­bec.

« Au cours des der­nières an­nées, je me suis en­tou­ré de per­sonnes qui croyaient en mes am­bi­tions et en mes convic­tions, ex­plique M. Pot­vin. Ce­la m’a per­mis d’avoir le cou­rage de me lan­cer en af­faires avec l’in­ten­tion de chan­ger le monde ou, du moins, d’y ajou­ter de la va­leur. C’est un hon­neur d’être cou­ron­né JPA. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.