Le Qué­bec en bref

Les Affaires - - Le Québec en bref - Le Qué­bec en bref

La di­rec­tion du chan­tier ma­ri­time Ver­reault Na­vi­ga­tion et le dé­pu­té li­bé­ral fé­dé­ral Ré­mi Mas­sé de­mandent à Ot­ta­wa d’in­ter­ve­nir afin que les so­cié­tés de la Cou­ronne cessent de faire ré­pa­rer cer­tains na­vires à l’ex­té­rieur du pays. Se­lon eux, ces cor­po­ra­tions de­vraient être as­su­jet­ties aux règles ap­pli­quées par le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral en la ma­tière. En no­vembre 2016, l’en­tre­prise Ver­reault Na­vi­ga­tion a sou­mis­sion­né pour ob­te­nir le contrat de ré­pa­ra­tion de deux na­vires, pro­prié­tés de Ma­rine At­lan­tique, une so­cié­té de la Cou­ronne fé­dé­rale ayant pour mis­sion d’of­frir un ser­vice de tra­ver­sier entre l’île de Terre-Neuve et la Nou­velle-Écosse. Au terme du pro­ces­sus, le contrat a été oc­troyé à un chan­tier na­val si­tué aux États-Unis. « Ils ont dé­ci­dé d’al­ler au chan­tier De­tyens en Ca­ro­line du Sud, ex­plique Ri­chard Beau­pré, pré­sident et chef des opé­ra­tions chez Ver­reault Na­vi­ga­tion. Le prix a été le point dé­ter­mi­nant pour la so­cié­té dans l’oc­troi de ce contrat. Avec le taux de change, les 10 jours al­ler-re­tour en mer pour ces deux na­vires, ça n’a au­cun sens. Cette an­née, De­tyens a re­çu d’im­por­tants contrats de la ma­rine amé­ri­caine. Est-ce que ces contrats ont per­mis à l’en­tre­prise d’as­su­mer cer­tains frais fixes et de four­nir un prix plus bas pour la sou­mis­sion ? » Dans ce cas-ci, la di­rec­tion de l’en­tre­prise dé­plore l’ab­sence de re­tom­bées éco­no­miques au pays. « Des ba­teaux que les contri­buables ont payés s’en vont aux États-Unis pour se faire ré­pa­rer. Ça veut dire qu’il n’y au­ra au­cune re­tom­bée éco­no­mique au Ca­na­da. » Pour Ver­reault Na­vi­ga­tion, la perte de ce contrat re­pré­sente une somme de 8 M$. — L’AVAN­TAGE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.