« Au-de­là d’un cer­tain ni­veau, une banque n’a pas ga­gné son pro­fit, elle l’a en­le­vé à l’éco­no­mie »

- Pe­ter Blom,

Les Affaires - - Chronique - Chro­nique Trio­dos Fi­nance

D.B. – Existe-il de nom­breuses banques du­rables dans le monde ? P.B.

– La Glo­bal Al­liance for Ban­king on Va­lues [GABV] compte 45 ins­ti­tu­tions fi­nan­cières prin­ci­pales sur tous les conti­nents. [Au Ca­na­da, on trouve entre autres Van­ci­ty, à Van­cou­ver, mais au­cune au Qué­bec.] Elles em­ploient plus de 42 000 per­sonnes et comptent plus de 24 mil­lions de clients pour des ac­tifs sous ges­tion dé­pas­sant 100 mil­liards de dol­lars amé­ri­cains [G$ US]. Ne de­vient pas membre qui veut. Nous de­ve­nons po­pu­laires : plu­sieurs ins­ti­tu­tions veulent l’éti­quette « banque du­rable ». Nous n’ac­cep­tons que les meilleures, celles qui peuvent ser­vir de mo­dèles. Ain­si, une co­opé­ra­tive d’épargne et de cré­dit n’est pas au­to­ma­ti­que­ment ac­cep­tée dans notre groupe. Il faut mon­trer que votre ins­ti­tu­tion a une po­li­tique concrète d’éva­lua­tion des dos­siers en fonc­tion de l’im­pact sur la so­cié­té. Un dé­tail im­por­tant : c’est le PDG de l’ins­ti­tu­tion fi­nan­cière, et non le di­rec­teur de la res­pon­sa­bi­li­té so­ciale, qui est membre de la GABV. Ce­la montre que cette éti­quette est liée au coeur de la mis­sion de nos membres. –

D.B. La dé­fi­ni­tion d’une banque du­rable va­rie-t-elle se­lon qu’on se trouve dans un pays riche ou dans un pays pauvre ? P.B.

– La vi­sion oc­ci­den­tale est très en­vi­ron­ne­men­tale. Dans les pays émer­gents, la vi­sion est plus vaste. Pre­nez l’exemple de cette ins­ti­tu­tion fi­nan­cière né­pa­laise qui migre vers la banque du­rable. Elle ne vise pas uni­que­ment les pro­jets qui se sou­cient de l’en­vi­ron­ne­ment. Elle sou­haite aus­si de­ve­nir plus in­clu­sive sur le plan so­cial, en ai­dant les moins nan­tis qui dé­si­rent se lan­cer en af­faires, par exemple. cen­trale au char­bon, même s’il est lu­cra­tif. Les banques ca­na­diennes, elles, de­vraient se de­man­der si elles veulent en­core in­ves­tir dans l’ex­ploi­ta­tion des sables bi­tu­mi­neux. –

D.B. Quel type de chan­ge­ment est-il le plus dif­fi­cile à im­plan­ter pour le sec­teur fi­nan­cier ? P.B.

– Ne pas in­ves­tir dans ce qui nuit à la so­cié­té peut être re­la­ti­ve­ment simple. In­ves­tir dans ce qui est sain pour la so­cié­té à long terme est plus exi­geant. Ça, c’est un chan­ge­ment fon­da­men­tal pour l’in­dus­trie fi­nan­cière. Il faut ac­qué­rir une com­pré­hen­sion d’autres en­jeux, pen­ser en fonc­tion du long terme. Pour l’ins­tant, de nom­breux pro­jets ne sont pas fi­nan­cés alors qu’ils de­vraient l’être. On les écarte parce qu’ils ne cor­res­pondent pas aux stan­dards de ren­de­ment tra­di­tion­nels.

D.B. – Comment fait-on pour être une banque du­rable au mi­lieu de concur­rents tra­di­tion­nels ? P.B.

– Les di­ri­geants ont be­soin de convic­tions et de cou­rage. Et il faut être fu­té pour ti­rer pro­fit de notre avan­tage concur­ren­tiel comme banque du­rable aux yeux de la po­pu­la­tion. Cer­tains pour­raient voir notre mo­dèle et nos choix comme une fai­blesse. Nous en fai­sons une force. Nous ré­pon­dons à un be­soin. Trio­dos fait très peu de mar­ke­ting ; les gens viennent à nous parce qu’ils nous croient, parce qu’ils ont confiance en nous.

D.B. – Quelle ins­ti­tu­tion fi­nan­cière ju­gez-vous la plus pro­gres­siste ? P.B.

– La bri­tan­no-co­lom­bienne Van­ci­ty m’im­pres­sionne. C’est une co­opé­ra­tive de cré­dit dé­mar­rée pour fi­nan­cer le re­tour à la vie ci­vile des vé­té­rans de la Se­conde Guerre mon­diale. Sous la di­rec­tion de Ta­ma­ra Vroo­man, Van­ci­ty a consta­té que cette mis­sion était ac­com­plie. La co­opé­ra­tive contri­bue dé­sor­mais à rendre Van­cou­ver plus du­rable. Au­jourd’hui, il n’est plus uni­que­ment ques­tion de fi­nan­cer le dé­ve­lop­pe­ment lo­cal, mais aus­si de s’as­su­rer que les pro­jets fi­nan­cés au­ront une por­tée du­rable. Van­ci­ty fait en­core du prêt tra­di­tion­nel, mais une par­tie de plus en plus im­por­tante de ses ac­tifs sont in­ves­tis dans des pro­jets tel l’im­mo­bi­lier éco-en­vi­ron­ne­men­tal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.