Veuillez pa­tien­ter

Les Affaires - - Billet - Billet Ju­lie Cailliau Ré­dac­trice en chef, Groupe Les Af­faires ju­[email protected] @ju­lie140c

La sai­son est pro­pice au ra­len­tis­se­ment. Pre­nons donc le temps de voir à quoi ça peut bien ser­vir, jus­te­ment, de prendre son temps.

Je tente une ré­ponse: prin­ci­pa­le­ment, prendre son temps per­met de du­rer.

Pre­nez le cas de Sa­pu­to. Dans son re­por­tage sur la mul­ti­na­tio­nale qué­bé­coise, Fran­çois Normand ex­plique comment Sa­pu­to est pas­sée d’une pe­tite fro­ma­ge­rie fa­mi­liale à un em­pire lai­tier. Une his­toire qui a dé­bu­té en 1954. Oui, il y a 63 ans.

Ça peut sem­bler beau­coup, 63 ans, à notre époque. Ça peut même sem­bler exa­gé­ré. Main­te­nant que tout va vite et que les suc­cès qua­si ins­tan­ta­nés se mul­ti­plient, Sa­pu­to n’est-elle pas un peu pe­tite pour son âge? Si on me­sure la va­leur ac­cu­mu­lée par Fa­ce­book en une di­zaine d’an­nées, on se­rait por­té à pen­ser que le suc­cès se bâ­tit dé­sor­mais plus vite qu’avant.

Je n’en crois rien. En règle gé­né­rale (et bra­vo à tous ceux qui l’in­fir­me­ront), le suc­cès, le vrai, ce­lui qui dure, né­ces­site du temps et de la pa­tience.

Un bon in­di­ca­teur que cet énon­cé n’est pas loin de la vé­ri­té, c’est l’âge moyen des en­tre­prises qui fi­gurent dans notre clas­se­ment an­nuel des 500 plus grandes en­tre­prises du Qué­bec. D’après les don­nées col­li­gées au prin­temps, les grands em­ployeurs du Qué­bec ont en moyenne 55,3 ans. Ce ne sont plus exac­te­ment des dé­bu­tants... Bâ­tir une grande en­tre­prise prend de nom­breuses an­nées.

C’est en­core plus vrai si on prend l’échan­tillon des 50 plus grandes ca­pi­ta­li­sa­tions qué­bé­coises à la Bourse: la moyenne d’âge du top 50 au Qué­bec est de 62,8 ans, et Mol­son, fon­dée au 18e siècle, est la doyenne.

J’ai cher­ché quelques ré­fé­rences in­ter­na­tio­nales. Le Monde écri­vait en mars que les 70 plus grandes ca­pi­ta­li­sa­tions fran­çaises à la Bourse étaient âgées de 137 ans. Il faut dire qu’avec une doyenne comme Saint-Go­bain, fon­dée en 1665 par nul autre que Col­bert, mi­nistre de Louis XIV, la moyenne monte vite. Et le quo­ti­dien fran­çais de dé­plo­rer que l’écart se creuse entre une in­dus­trie fran­çaise qui se fos­si­lise et des États-Unis tou­jours plus dy­na­miques: les 150 plus grandes en­tre­prises amé­ri­caines co­tées n’au­raient plus « que » 91 ans.

Plus de gros suc­cès ra­pides, plus de nou­velles ve­nues sur les mar­chés, une éco­no­mie qui se re­nou­velle de fond en comble. Très bien, j’en suis. Ce­pen­dant, sou­hai­tons qu’après la re­lève de la garde, la moyenne d’âge re­parte à la hausse. Ce se­ra le signe que les nou­velles ve­nues sau­ront bra­ver les crises, comme leurs aïeules avant elles.

la

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.