L’Océa­nie

en­trer en Nou­velle-Zé­lande et conso­li­der l’Aus­tra­lie

Les Affaires - - Manchette -

Sa­pu­to rêve de s’im­plan­ter en Nou­velle-Zé­lande. Pas pour le mar­ché lo­cal, car la po­pu­la­tion du pays ne s’élève qu’à 4,7 mil­lions d’ha­bi­tants. Elle convoite plu­tôt le réseau de dis­tri­bu­tion des pro­duc­teurs lo­caux de lait et de fro­mage en Asie-Pa­ci­fique, no­tam­ment en Chine, au Ja­pon et en Co­rée du Sud. La mul­ti­na­tio­nale ex­porte dé­jà dans cette ré­gion à par­tir de l’Aus­tra­lie, où elle ex­ploite deux usines. L’ac­qui­si­tion d’une usine en Nou­velle-Zé­lande lui per­met­trait d’ac­croître da­van­tage sa force de frappe en Asie-Pa­ci­fique. Même si cer­taines en­tre­prises le font, Sa­pu­to ex­clut d’ores et dé­jà d’ex­por­ter du lait sous forme li­quide en Chine ou ailleurs dans cette ré­gion, car ce pro­cé­dé est trop coû­teux, se­lon Li­no Sa­pu­to Jr. « On pour­rait par contre ex­por­ter du lait en poudre pour le re­cons­ti­tuer par exemple en Chine en y ajou­tant de l’eau. Il se­rait éga­le­ment en­vi­sa­geable d’ex­por­ter du fro­mage ou un autre pro­duit lai­tier », dit-il. Avoir l’oeil sur la Nou­vel­leZé­lande n’em­pêche pas Sa­pu­to de conti­nuer de s’in­for­mer en ce qui concerne des ac­qui­si­tions en Aus­tra­lie, où elle est pré­sente de­puis 2014. Tou­te­fois, la prio­ri­té est, pour l’ins­tant, d’y ac­croître ses ca­pa­ci­tés de pro­duc­tion. Le mar­ché aus­tra­lien est par­ti­cu­lier. La pro­duc­tion de l’en­semble des trans­for­ma­teurs lai­tiers di­mi­nue en rai­son de la chute des prix. En vou­lant ac­croître sa pro­duc­tion, Sa­pu­to se po­si­tionne donc à contre-cou­rant. Li­no Sa­pu­to Jr. ré­torque que ses deux usines aus­tra­liennes réus­sissent à at­ti­rer de nou­veaux agri­cul­teurs. « Je pense qu’on s’est bâ­ti une bonne cré­di­bi­li­té sur le mar­ché aus­tra­lien », dit-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.